Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

AJD/MR : le directoire de campagne reçu par Michel SAPIN


AJD/MR : le directoire de campagne reçu par Michel SAPIN
Une délégation du directoire de campagne du candidat Ibrahima Moctar SARR en France a été reçue ce mercredi 17 juin 2009 à l’Assemblée Nationale Française par Michel Sapin, député de l’Indre, président du groupe d’amitié Franco-mauritanien à l'Assemblée Nationale, ancien Ministre de l’économie et des Finances gouvernement Pierre Bérégovoy.

La délégation était composée de :

Ousmane DIAGANA, Porte-Parole du candidat et Secrétaire National chargé des Relations Extérieures de l’AJD/MR

Docteur Tidiane M'Paly KOITA, Adjoint du directeur de campagne

Moulaye DIOUM, Secrétaire général de la Section AJD/MR France et président de la commission politique du Directoire de campagne.

Après avoir introduit la rencontre, Moulaye DIOUM invite Ousmane DIAGANA à répondre aux questions du Groupe d’amitié franco-mauritanien.

Le Chargé des Relations Extérieures, à la demande de Michel SAPIN, a fait un historique de la naissance de l’AJD/MR en remontant aux élections présidentielles de 2007 où le candidat du Mouvement de la Réconciliation Nationale a créé la surprise de par son rang et de par le pourcentage obtenu. Pour arriver à ce résultat, le candidat a tenu un discours de vérité et de responsabilité devant les Mauritaniens durant la campagne fustigeant le système qui a entraîné à la déchirure nationale que le pays a connu et dont le point culminant a été 1989 et les années 1990 et 1991 au cours desquelles un passif humanitaire sans précédent a été commis en terre musulmane de Mauritanie.

Bien qu’ayant participé aux élections de 2007, le candidat SARR avait attiré aupravant l’attention de toute la classe politique sur l’échec inévitable de la transition de 2007 si les élections étaient organisées dans la configuration de l’époque, avec un candidat soutenu par les militaires et qui sera leur otage et un refus absolu de s’attaquer à la question de la Cohabitation : c’est la transition en dérive d’Ibrahima Moctar SARR qui, en mai 2006, décrira, de façon prémonitoire ce que nous vivons aujourd’hui.

Il a par ailleurs expliqué les raisons de la prise d’acte de l’AJD/MR suite au coup d’état du 6 août 2008 liées à la lutte, au sein d’un même système, pour la conservation d’un pouvoir qui méconnaît royalement nos préoccupations. L’AJD/MR estimait que le problème de la Mauritanie n’est pas un problème de démocratie qui n’existe pas et n’a jamais existé mais un problème de coexistence pacifique et harmonieuse entre les Mauritaniens.

Pour donner une chance à la prise en compte de ses préoccupations, l’AJD/MR a participé très positivement aux Etats Généraux de la Démocratie où elle a soulevé et fait accepter une partie très importante de ses revendications. C’est tout naturellement que son Conseil National transformé en congrès extraordinaire a investi son président Ibrahima Moctar SARR pour représenter et défendre ses idées aux élections présidentielles du 6 juin 2009.

Mais le candidat SARR et son parti ont toujours dit qu’ils étaient favorables à un accord de sortie de crise permettant à toute la classe politique de participer aux élections : c’est pourquoi, les accords du 4 juin reportant les élections au 18 juillet ont été salués par eux. Le candidat SARR avait même suspendu sa campagne électorale pour donner une chance à la médiation, le 22 mai 2009, à la demande de Cheikh Tidiane GADIO et du Groupe de Contact International sur la Mauritanie. A chaque fois que le Ministre sénégalais des affaires étrangères du Sénégal a consulté Monsieur SARR dans cette médiation (trois fois), le président de l’AJD/MR a indiqué que son parti et lui-même se rangerait derrière tout accord entre les protagonistes, en conséquence, il n’est pas nécessaire de nous consulter à chaque fois.

Ensuite, les discussions ont tourné autour des prochaines échéances du 18 juillet, des blocages nés après les accords de Dakar, du contrôle international de ces élections, Michel SAPIN dira d’ailleurs qu’il est fort probable qu’il se rende en Mauritanie pour l’occasion.

Enfin avec Tidiane KOITA, une discussion riche a été engagée sur la coopération décentralisée entre le NORD et le SUD et plus particulièrement entre la France et la Mauritanie en favorisant le développement local par des créations d’emplois permettant de fixer les populations sur place.

Cette rencontre a donc permis d’exposer la ligne politique du parti et enfin de clarifier notre position. La délégation a présenté le programme qu’ambitionne le Président Ibrahima Moctar SARR où la cohabitation et la réconciliation nationale occupent une place de choix.

La délégation a pu mettre à disposition de Monsieur Michel SAPIN les textes fondamentaux du parti, certaines déclarations officielles, ainsi que le célèbre article du Président Ibrahima Moctar SARR « La transition en dérive, se ressaisir ! » publié le 16 Mai 2006.

Après avoir remercié la délégation et exprimé sa satisfaction pour cet échange qu’il a qualifié de riche, de fructueux et qui lui a permis de connaître mieux ce parti et son président, Michel SAPIN s’est dit disposé à rencontrer Ibrahima Moctar SARR dès que l’occasion se présentera.


Paris le 21 Juin 2009
Commission communication du directoire de campagne du
candidat Ibrahima Moctar SARR en France

Ousmane Diagana, Tidiane Koita et Moulaye Dioum
Ousmane Diagana, Tidiane Koita et Moulaye Dioum
Dimanche 21 Juin 2009 - 16:49
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Djiné Lô le 21/06/2009 17:25
Le président Sarr n'a jamais eu de problème avec Mourtoudo, son père spirituel ,contraiment aux accusations de Bara Bâ dit Hadee Wada , président d'un mouvement et vivant aux Etats-Unis .. Moutoudo est seulement un homme qui prefère vivre libre et continuer son combat en electron libre en dehors des structures des partis politiques. D'ailleurs ,au sein de l'AJ.D/MR son fils Sarr,l'avais proposé comme président d'honneur.
Ce qu'il ya entre Mourtoudo, Saidou Kane et Ibrahima Sarr dépasse complétement le cadre politique. Quelque soit la nature de leur combat, ils se concertent. Ce sont les diviseurs qui parlent de problème. Ces derniers portaient les mêmes accusations contre Saidou Kane avant sa mort et chercheraient à faire de l'exploitation politique au tour du decés de Mourtoudo.
Pour ce qui des problèmes avec certains militants, c'est la nature des partis politiques. Combien de fois Ahmed Daddah s'est séparé avec certains de ses cadres ou militants? Pour autant on n'en fait pas un problème particulier.
Les partis et les lignes politiques sont mortels comme des êtres humains; à chaque fois qu'on est plus en mesure de s'entendre sur ne ligne, la logique voudrait qu'on se sépare. Sinon on prend ses bagages. N'est-ce pas? Il n'ya que chez les négro-africains que cela pose problème. Un peuple qui a dû mal a accepter un leader. Combien de grand Marabout ( Serigne Touba, Elhadj Malik sy, Baya Niass, Cheikh Oumar Tall...) se sont exilés pour être reconnu ailleurs?
Pour ce qui est des divergences avec nos anciens amis qui ont quitté le parti ces temps-ci, je parle des frondeurs et d'autres, bientôt ils rentreront dans à la maison; tout sera fait pour un dialogue sincères et respectueux. Maisi il faut qu'ils se mettent dans une bonne disposition de dialoguer et du bon vouloir de travailler dans les règles de la discipline du parti ,cela veut dire cesser de mettre les batons dans les roues du président. Il faut qu'il sachent donc qu'il ya un gouverneur dans la région!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542