Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Bilan 2008 : La communauté internationale peine à trouver une solution à la crise en Mauritanie .


Bilan 2008 : La communauté internationale peine à trouver une solution à la crise en Mauritanie .
L'ultimatum fixé à la Mauritanie par l'Union européenne (UE) a expiré le 20 novembre dernier. La communauté internationale n'a pas pu obtenir du gouvernement instauré par la junte militaire du 6 août dernier le rétablissement de "l'ordre constitutionnel".

"Il s'agit d'une impasse politique", a déclaré à l'agence Xinhua (Chine Nouvelle) le secrétaire général des Forces africaines de Mauritanie (FLAM) et enseignant à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), Mamadou Wane.

Face à cette situation, l'UE menace de suspendre l'aide publique au développement allouée à la Mauritanie. Dans une lettre adressée le 19 novembre au secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, le gouvernement issu du putsch demande la"poursuite des discussions"

Dans ce courrier, la junte militaire indique avoir "libéré" le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi renversé le 6 août. Dans ce même document, le Haut Conseil d'Etat, mis en place par les hommes en tenue, évoque l'organisation "d'états généraux de la démocratie", des journées de consultations censées réunir la classe politique et la société civile pour préparer de nouvelles élections.

Il demande également la poursuite des consultations entamées le 15 octobre dernier, en référence à l'article 96 des accords de Cotonou. Cet accord prévoit "120 jours de consultations" pour aboutir à un consensus, rappelle le nouveau pouvoir mauritanien. "Aux dernières nouvelles, l'UE est sur le point d'envoyer une mission en Mauritanie d'ici le 12 décembre pour rencontrer le président démocratiquement élu Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et le général Abdel Aziz. Il est donc encore possible de trouver une solution à la crise", estime M. Wane.

D'après les observateurs politiques, l'éventuelle suspension de l'aide non humanitaire de l'UE pourrait aboutir à "une situation économique instable", comme au Zimbabwe. "Il s'agit de sanctions ciblées. Les populations risquent d'en souffrir, car elles vivent une situation déjà extrêmement difficile", explique M. Wane. Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, premier président mauritanien élu démocratiquement en mars 2007, a été renversé le 6 août par un coup d'Etat militaire. Le putsch était mené par le chef de la garde présidentielle, le général Mohammed Ould Abdel Aziz, démis peu avant de ses fonctions par décret présidentiel, alors que l'écrasante majorité du Parlement mauritanien menait une fronde contre le président Abdallahi qui tenait les rènes de l'Etat à peine 16 mois.

Le président déchu, assigné à résidence dans son village natal de Lemden, à 250 km au sud de la capitale Nouakchott, a appelé le 21 novembre ses compatriotes à l'appuyer "pour faire barrage au coup d'Etat dont son régime a été la victime". "J'ai besoin de votre concours et de votre adhésion pour que, sans heurts et sans violence mais loin des compromissions et des solutions qui ne règlent rien quant au fond, soit rétabli l'ordre constitutionnel par la mise en échec du coup d'Etat du 6 août 2008", a-t-il souligné à la presse qu'il était autorisé à recevoir.

Sidi Ould Cheikh Abdallahi a également déclaré qu'il sera "ouvert à toute discussion et à toute réflexion sur l'avenir de nos institutions qui s'inscrive dans le cadre de la Constitution et des lois de la République islamique de Mauritanie et qui serve, dans un esprit de tolérance et de pardon, la cohésion et l'unité de la nation", une fois le coup d'Etat mis en échec. Les Etats-Unis et la France ont respectivement gelé une partie leur aide non humanitaire à la Mauritanie, tandis que la Commission de l'Union africaine a suspendu celle-ci de l'Organisation panafricaine jusqu'à ce qu'elle "retrouve un gouvernement constitutionnel".

Sous la forte pression de la communauté internationale, le nouveau pouvoir mauritanien, s'arc-boutant toujours sur son bien-fondé du "Changement du 6 août 2008", a juré de ne jamais ramener le pays à la situation d'avant cette date.

source : Xinhuanet (Chine)
Mardi 2 Décembre 2008 - 15:37
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542