Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Boghé : L’Association Tidjane Anne organise des journées culturelles et artistiques.


Boghé : L’Association Tidjane Anne organise des journées culturelles et artistiques.
Dans le cadre de son objectif de revalorisation de nos valeurs traditionnelles, l’Association Tidjane Anne (du nom d’un illustre journaliste disparu en 2001), a organisé les 7, 8 et 9 octobre 2009, des journées culturelles et artistiques, les 3e du genre depuis sa création en 2002.

Le programme a débuté mercredi soir par une conférence animée par le poète et chercheur Ndiaye Saïdou Amadou portant sur les grandes étapes de l’histoire du Fuuta Tooro du IXe siècle après JC jusqu’à la période coloniale. Cette période peu connue des générations actuelles a été revisitée de fonds en comble :

Le Tekrour (des Dia Oogo aux Laam-Tooro en passant par les Manna, les Tondiong, les Termès les Taaga), le Fuuta-Tooro de la dynastie peule des Déniyankés (fondée par Koly Tenguella) à la conquête coloniale sans passer sous silence l’ère des almamy issue de la Révolution Torodo conduite par Thierno Souleymane Ball avant de céder le pouvoir à Abdel Kader Kane.

Le conférencier saisira cette occasion solennelle pour exhorter les générations actuelles « à s’enraciner dans les valeurs ancestrales car une société coupée de ses racines ne peut prendre en main son destin avec célérité ». M. Ndiaye a aussi appelé à l’union des cœurs et des esprits en vue de créer un environnement propice au progrès social et économique.

L’autre fait marquant de ce programme est la tenue jeudi et vendredi soir de deux soirées artistiques animées respectivement par des artistes de pékaan et de dilléré (aires musicales traditionnelles spécifiques des subalbés (pêcheurs) et des maaboubés (tisserands). Adama Moussa Sy et Koylel Samba Diop ont retenu en haleine durant plus de deux heures un public qui avait la nostalgie de leurs voix douces et pétillantes. Dans un ton alliant la poésie et la prose entrecoupé souvent par des formules incantatoires, ces héritiers de Guellaye Aly Fall ont évoqué à travers leurs compositions le riche patrimoine séculaire de la caste des pêcheurs.

De leur côté, Hamady Matoury Diong, Goma Dia, Samba Amadou Guisset et Adama Guisset sont entrés en scène pour montrer à leur tour leur genre musical (le dilléré) qui est aussi un mélange de chants et d’incantations (formules magiques destinées à repousser les mauvais esprits). Ces deux mélodies traditionnelles qui ont tendance à disparaître progressivement à cause des influences de la musique moderne se distinguent par leur originalité (absence d’instruments).

Elles consistent « à concilier la magie des mots à la puissance de la voix humaine, le tout véhiculant la bravoure, les moments solennels, la description physique et les mystères de la corporation des pêcheurs et des tisserands ». Elles sont aujourd’hui menacées par les multiples influences du monde moderne d’où la nécessité de les faire renaître pour que les générations actuelles et futures puissent les connaître et les apprécier à leur juste dimension. C’est le but visé par l’Association Tidjane Anne de Boghé, initiatrice de cette manifestation.

Notons que ces journées culturelles et artistiques ont été rehaussées par la présence du maire adjoint Ndiaye Djibril mais aussi de responsables de l’Association Tidjane Anne de Nouakchott (MM. Samba Neené Sall et Adama Diawo Komé) et ceux de l’Association du même nom venus de Séno Boussobé ainsi que du coordinateur des associations homonymes de Boghé et environs, M. Alassane Samba Sy.

Dia Abdoulaye
cridem
Samedi 10 Octobre 2009 - 22:32
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542