Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Carnet de route : Mauritanie


Route de l'espoir vers Lemden
Route de l'espoir vers Lemden
Taoufik Mjaied et James Andre sont allés en Mauritanie pour interviewer le chef de la junte militaire, le général Mohamed Ould Abdelaziz. Lisez leur carnet de route.

Mercredi 8 avril

À peine arrivé en Mauritanie, on se rend compte que ce n’est pas seulement le pays du million de poètes. C'est un brassage étrange, oscillant entre arrogance arabe et sagesse africaine. Les gens disent oui à tout. Ils ne tentent même pas de mettre des bâtons dans les roues. En tout cas, aucun obstacle dans notre travail. L’entretien avec le général Mohamed Ould Abdelaziz a été réalisé dès le lendemain de notre arrivée. En attendant l’arrivée du général mon collègue, James André, a vite sympathisé avec le responsable de la sécurité. Cet homme charmant lui a offert le thé et l’a même laissé se balader librement à l’intérieur du palais tant convoité.

Nous assistons à un évènement que nous ne risquons pas de voir dans d’autres pays maghrébins : une grande manifestation de l'opposition organisée le jour même, au stade de Nouakchott pour protester contre la candidature du général. Nous avons a été ébahis par la liberté d’expression des participants et la passivité de la police qui ne surveillait même pas l’entrée du stade. Pendant la manifestation, tout le monde commentait le contenu de l’entretien diffusé par FRANCE 24.
La femme mauritanienne est très active en politique, une autre diffférence avec les autres nations arabes. Nous avons pu le constater durant le meeting, composé pour moitié de femmes. Plusieurs d'entre elles ont pris la parole sur le podium.

Pour autant, tout n'est pas permis. Au restaurant, James André a tendu la main à une mauritanienne pour la saluer. Elle a répondu qu’on ne tendait pas la main à une femme en Mauritanie. Dont acte.

Jeudi 9 avril

Direction : Lemden, le village natal du président renversé Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Le village est situé à 300 km de la capitale - 260 km de route et 40 km de piste. Un petit village de 300 habitants, où il n’y a ni château ni villa de prestige. Nous avons été bien reçu. Pour le déjeuner, les habitants nous ont proposé un mouton entier en méchoui. Nous avons répliqués qu’un mouton nous ferait un trimestre en France.

En route vers Lemden, nous avons traversé le village de Boutilimit. Le président fondateur de la Mauritanie, Moktar Ould Dadah est né ici. C’est aussi le lieu du collège le plus prestigieux du pays. Les habitants du village bloquent la route et marchent sur l'unique voie de passage des voitures. En leur faisant la remarque, ils répondent simplement : "Cette route a été construite par notre fils Ould Dadah. Elle nous appartient. Donc nous en faisons ce que nous voulons."

Le nombre d’ânes en Mauritanie est remarquable. Ces ânes errants n’ont pas de propriétaires. Ils sont néanmoins utilisés à volonté par tout le monde : par les fermiers ou par toute personne des quartiers pauvres souhaitant transporter des biens. On apprend que ces ânes causent du tort et provoquent de nombreux accidents de la route. À la frontière entre la mauritanie et le Sénégal ces animaux sont chassés par un grand producteur de sucre car ils dévastent les champs.

Un grand cheptel de dromadaires très disciplinés est aussi présent. Question de James : "comment retrouve-t-on ces dromadaires qui se baladent seuls en plein désert ?" Réponse : ils sont immatriculés, comme les voitures. Nous apprenons que le dromadaire coûte 1000 dollars en moyenne.

Autre fait marquant en Mauritanie : pour les amateurs du divorce cet acte est très facile. Il suffit au mari de demander à l’épouse de rentrer chez ses parents et le divorce est consommé. La femme est répudiée, sans indemnités.

La Mauritanienne est la seule femme au monde qui s’habille en noir la nuit du mariage, estimant le blanc réservé à la mise en terre, le jour de la mort.

Il y en Mauritanie quatre dialectes. Le wolof, le sonoké, le poular, et le hassania - c’est à dire l’arabe.

Taoufik MJAIED

Source: France24
Vendredi 10 Avril 2009 - 23:03
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542