Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Contribution du capitaine Breyka Ould M’Bareck à l’incontournable débat sur la menace terroriste suite à l’attentat de Nouakchott


Contribution du capitaine Breyka Ould M’Bareck à l’incontournable débat sur la menace terroriste suite à l’attentat de Nouakchott
Au-delà des condamnations unanimes de cet attentat barbare par l’ensemble de la classe politique, des autorités religieuses, il convient de noter que ces bandes de criminels endoctrinés et entraînés pour semer la mort et la désolation sur leur passage disposent d’une organisation qui planifie pour eux et met à leur disposition toute la logistique et les moyens financiers pour exécuter leur sale besogne.

Pour mieux cerner les contours de cette nébuleuse jihadiste, il convient de rappeler que dés 1988, au moment de la création d’AL QAIDA, les recrues étaient tenues de faire leur « hayatt » c'est-à-dire de prêter un serment d’allégeance à l’émir, de lui obéir sur tout ce qu’il dit. Il faut à partir de cette allégeance aveugle savoir toute la difficulté de lutter contre les jihadistes.

Il s’agit d’un véritable défi que l’on ne peut relever sans mettre au point une stratégie globale axée sur la prévention par l’infiltration, la collecte de l’information et

l’anticipation d’offensives sur les repères de ces groupuscules.

Nous devons aussi tenir compte de la réorganisation d’AL QAIDA au Maghreb qui devant les coups de boutoir de l’armée algérienne au Nord et les attaques des forces maliennes à l’Est, se sont repliées vers le désert mauritanien ce qui place notre pays dans sa ligne de mire.. L’attentat du 08/08 à Nouakchott est peut être un tournant dans le mode opératoire des jihadistes dans notre pays.

Pour ma part et compte tenu de ma modeste expérience, je livre ici quelques pistes pour enrichir le débat sur la lutte anti-terroriste dans notre pays.

Au niveau politique continuer le dialogue national sur les voies et moyens susceptibles d’éradiquer ce phénomène.

Au niveau social améliorer la réinsertion des jeunes, favoriser la formation professionnelle en vue de leur offrir des débouchés.

Renforcer les moyens destinés à la lutte contre la pauvreté et améliorer la vie des citoyens ce qui permettra à ces derniers de contribuer à la lutte contre ces réseaux tentaculaires.

Au niveau des forces de sécurités, les Cies doivent renforcer les commissariats de quartiers en vue de leur donner une plus grande autonomie et une capacité de réaction plus rapide. Ensuite remplacer ces Cies par une force anti-terroriste d’intervention rapide sous commandement unique. Faire appel aux officiers sous officiers, hommes de troupes retraités dans les différents corps car ils disposent d’un capital d’expérience et de la formation pouvant les rendre utiles à leur pays dans ce combat crucial.

Au niveau des autorités administratives, il s’agira de réhabiliter le volet sécuritaire dans les différentes régions, volet longtemps négligé par celles-ci.

Les médias ont un rôle déterminant dans la sensibilisation des populations sur les dangers que représentent ces individus pour le pays, ils doivent remplir leur mission et contribuer à endiguer ce phénomène.

Les autorités religieuses constitueront l’avant-garde de cette lutte contre la barbarie et la bêtise humaine qui n’a rien à voir avec notre religion. Elles sont invitées à prononcer des fetwas et à dédier une partie de leur prêche du vendredi pour sensibiliser les croyants sur les dérives de ces criminels..

Vu l’importance de ces défis, les autorités en charge de la sécurité devront être soumises à la logique de la récompense pour la réussite des missions qui leur sont confiées mais aussi aux sanctions en cas de manquement ou d’erreurs dans l’appréciation.

La gravité de la menace terroriste implique plus de fermeté, de détermination ainsi qu’une mobilisation de dimension nationale sans laquelle les autorités ne peuvent pas relever ce défi.


Capitaine Breyka Ould M’Bareck


Jeudi 13 Août 2009 - 03:06
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542