AVOMM-INFOS
Mercredi 16 Avril 2014

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......

Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."

E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif:

Mme Rougui Dia, présidente

M.Amadou Bathily , secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, chargé de la communication et porte-parole

M. Demba Fall, trésorier

M. Ngolo Diarra, secrétaire chargé de l'organisation

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Mme Mireille Hamelin, webmestre

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

" Cultures " sur les deux rives !!!


" Cultures " sur les deux rives !!!
Le Mauritanien qui traverse le fleuve Sénégal n’a pas à aller très loin pour constater la différence notoire qui existe entre ici et là-bas. A cinq cents mètres du débarcadère, les champs de canne à sucre s’étalent à perte de vue, donnant la preuve que le fleuve qui constitue pourtant la frontière naturelle entre la Mauritanie et le Sénégal pour bien son nom. Et ce sera ainsi tout le long de la route qui vous amène jusqu’à Dakar. La terre et l’eau offrent bien leurs richesses à des populations qui mettent à profit ces dons de la nature pour améliorer leurs conditions de vie : des montagnes de melons attendent sur les abords de la route à être chargées dans des camions, à destination de la Mauritanie, justement, et peut être aussi des marchés d’Europe. Des vendeuses de fruits traquent les voyageurs et les " forcent " à acheter arachides, bananes, mangues et autres fruits " made in Sénégal ", alors que sur l’axe Nouakchott - Rosso c’est la désolation totale.

On me dira que les conditions naturelles ne sont pas les mêmes ! Oui, peut être, mais pas aux abords du fleuve où la Mauritanie dispose des mêmes conditions que son voisin sénégalais mais manque de stratégie - et de volonté de ses populations - pour en tirer le même profit.

C’est vraiment dommage que l’on n’accepte pas encore d’ôter notre habit de " pays au million de poètes " pour porter celui du " million d’agriculteurs ". Ça rapporte infiniment plus que cette notoriété qui ne nourrit pas son homme et qui exaspère, de plus en plus, des pouvoirs publics qui veulent changer la donne sans savoir comment.

En attendant de repenser l’ensemble du système éducatif national, pour passer d’un enseignement théorique - et plutôt humaniste - vers un enseignement pratique (technique), l’Etat doit orienter tous ses efforts vers la valorisation des ressources agricoles et animales du pays.

Comment comprendre que la Mauritanie qui dispose de près de 20 millions de têtes de bétail, toutes espèces confondues, continuent encore à importer une bonne partie du lait que consomment ses habitants, tout comme elle le fait encore pour le riz, le blé et le sucre ?

On comprend que l’on ne soit pas en mesure de produire des machines-outils mais pas que l’on puisse de qualité (intensif et non extensif), aménager des terres pour y cultiver ce dont on a besoin pour notre consommation de tous les jours et transformer notre poisson sur place.

On n’en demande pas plus à ceux qui nous gouvernent et à ceux qui ont eu la chance - ou la malchance - d’accaparer une bonne partie des richesses de ce pays. Et qui sont aujourd’hui les premiers visés par toutes les critiques qui dénoncent le mal-développement de la Mauritanie.

Sneiba


Source: lauthentic
Mardi 9 Octobre 2012 - 15:43
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Yero mama le 09/10/2012 20:33
Réaction à l' article Mr Sneiba:
J'estime que c'est un bon article avec des observations le pourquoi, cette situation ?
Tous les observateurs savent pertinement pourquoi ce résultat si différent entre ces deux pays
limités seulement par quelques centaines de métre de part et d'autre du fleuve sénégal.
.Avant les indépendances jusqu' en 1960 la production agricole et de l'élevage pourtant traductionnelle se faisait de la même façon et permetter de subvenir à l'autosuffisance alimentaire de toute la population des communautés des deux rives qui partageait beaucoup de valeur : réligion, fraternité, la tenure du sol, la justice, l'amour de l'autre et le partage de l'usufruit.
Après les indépendances le Sénégal évolue positivement malgré quelques faux pas de ces dirigents, mais cela reste marginal sur le parcours à préserver ou à développer les acquis.
En Mauritanie avec les régimes succéssifs c'est la décadence désolente dû a beaucoup de facteurs : Régime tribalisme à tour de rôle, expropriations des terres aux autochtones par des cartels de commerçants qui ne savent rien de l'agricullture au détriment des vrais agriculteurs, détournement des moyens mis à la disposition par la coopération internationale ou l' Etat Mauritanien ( materiels agricoles, finances, encadrement technique) par ces cartels de commerçants pour les réorienter vers des activités de commerce en boutiques ou banque tribale en accord avec le projet du pouvoir exécutif raciste.
Vous vous étonnez alors du résultat si different à ce niveau entre les deux Etats.
Avant de réaliser un objectif national de développement, il faut avant tout l'existance " d'un ETAT NATION" au sens propre du mot ou le Pouvoir Exécutif doit favoriser l'unité nationale : à travers la justice, l'égalité, et la fraternité entre tous citoyens sans exception et avec l'aide des dignes représentants de chaque groupe, ou communautés connus par leur sagesse, et honnêtété.
En contrepartie tout citoyen assuré de ce droit, sera très motivé à relever le défi majeur pour le développement de sa mère patrie chère plus que toute chose.
Malheureusement cette Mauritanie que nous avons toujours rêvé, peine encore à exister dans le concert des nations dignes.
- Il y'a des Mauritaniens même s'ils sont naturement mauritaniens, n'ont de Mauritanité que pour son aspect profit pour un développent personnel ou tribal, de tirer profit au maximum de sa richesse par tous les moyens en harmonie avec leurs idéologies importées : baasisme, nasérisme, salafiste, Moujaomiste etc..efficace pour tuer, expulser, marginaliser le frére d'arme ou la soeur d'une même "patrie" rien que pour restreintre le partage des droits et le gateau national.
- Il y'a la deuxième catégorie de Mauritaniens qui ne jurent que pour l'unité nationale et le développement global de l'ensemble de ces citoyens et sans exclusion.
Ils sont trop nombreux et trop marginalisés,et s'organisent peu à peu pour démolir totalement cette fausse identité, cette prétendue et fausse unité nationale, cette fausse justice des aveugles, cet Etat illégitime au service tout simplement d' un groupe de soldats et ses complices affairistes et civils corrompus jusqu'aux os sur le dos du peuple mauritanien totalement désorienté par les mouvements de ces régimes arrogants avec leurs 'idéologies importées loin des vrais Soninkés de Shinguiti, d'aodaghost, de kombi saleh, d'atara, des vrais beydans marabouts ou guerriers, des vrais peulhs à travers toute la zone du sahel, comme pour les bambana des hodhs, de l'ASSABA et du Gorgol, de vrais hratins qui est le résultat d' un vrai patrimoine commun des peuples qui ont vécu dans ces terres depuis des siécles.
Faut donc " rendre à césar ce qui appartient à césar tout simplement"
Il ne sert à rien de courrir, il faut partir à point.....le peuple aura toujours le dernier mot
C'est très dur, mais le peuple finira toujours par vaincre pour rétablir la vérité historique.

Merci, amicalement à Sneiba et tous ceux veulent du bien de notre Mauritanie Commune.

2.Posté par Fadiga le 10/10/2012 09:56
Yero mama, il faut bien lire Sneiba pour comprendre qu'il ne considère pas la communauté noire de Mauritanie. Son objectif est de passer comme il le dit si bien du "pays au million de poètes" (référence aux maures) au "pays au million d'agriculteurs".
Il y 'avait plus d'un million d'agriculteurs. Seulment les pouvoirs racistes ne leur ont apporté aucun support pour prospérer. Pire encore, durant un certain avril 1989, en plein Ramadan, on les assassiné et chassé de chez eux. Depuis, on fait des pieds et des mains pour vendre les terres à des arabes venus de loin, très loin.
Le jour où on auran éliminer tous les residents naturels du fleuve, les autochtones, l'agriculture reprendra, seulement cette fois-ci avec les poètes et le pouvoir raciste.

3.Posté par Yero mama le 10/10/2012 15:38
J'ai bien lu Sneiba.
C'est sûr qu'il s'adresse en général aux Mauritaniens et en particulier aux régimes Beydanes et les milieux affairistes beydanes qui ont joué le jeu du pouvoir raciste pour réaliser leurs objectifs personnels et tribaux liés à leurs idéologies importées et non pour des objectifs de DEVELOPPEMENT NATIONAL
C'est un sujet qui intéresse tous.J'ai expliqué alors à ma manière le pourquoi tout simplement cette situation et rien de plus camarade.
L'enrôlement avec le soldat Aziz tente tout simplement, en premier lieu de reduire dans les plus brefs délais la population noire, par une substitution des Touareg et les maures du Mali
(comme Maouwiya 1989 -1995).avec la formule très limpide "
Reduction des noires = substitution par Touareg, maures ou arabes d'ailleurs ainsi de suite pendant un certain temps.
En second lieu procéder à l'élimination totale du Résidu Kwars qui croit aujourd'hui comme fer au soldat limogé avec son actif " Prière symbolique des morts à Kaedi " quant il était réellement en difficulté avec son limogeage par SIDI.chef suprême de l'etat et des forces armées.
Alors la solution est très rapidement trouvée : Il faut berner une fois de plus les pauvres KWARS A FORMATER avec une prétendue RECTIFICATION qui ne verra jamais le jour avec ce soldat Wa TAUVE. Demandez même à l'AJD-MR quand le soldat va t-il appliqué les résultats des EG???
.

4.Posté par Fadiga le 10/10/2012 16:46
Je suis entièrement d'accord avec votre conclusion et votre lecture de leur plan à long terme. Je ne doute pas un seul instant du fait qu'ils vont échouer mais il nous faut être vigilent.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 507