Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

DÉCLARATION DU FRONT NATIONAL DE DÉFENSE DE LA DÉMOCRATIE


DÉCLARATION DU FRONT NATIONAL DE DÉFENSE DE LA DÉMOCRATIE
A la veille de la réunion d’ouverture des consultations avec l’Union Européenne au titre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou, au lendemain de l’annonce, par le gouvernement des États-Unis d’Amérique des sanctions ciblées contre la junte, son gouvernement et ses soutiens et quelques jours après la fin de l’ultimatum de l’Union Africaine , le chef de la junte a entamé sa mascarade d’installation d’une structure qu’il a chargé de conduire de prétendus « États généraux de concertation pour la démocratie »
Cette fuite en avant traduit, s’il en est besoin, son indifférence par rapport au rejet et à la condamnation unanimes du coup d’Etat aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, ainsi que l’exigence de restauration immédiate de l’ordre constitutionnel.
La junte avait souscrit des engagements le 30 novembre 2005, à l’ouverture des consultations suite au coup d’Etat du 03 Août 2005, parmi lesquels l’engagement de restauration définitive de l’ordre constitutionnel à l’issue d’un processus électoral et d’une transition de 19 mois ainsi que l’abstention de toute ingérence ultérieure dans la vie politique. Ces engagements, appuyés sur le socle du consensus national, avaient suscité la confiance de l’Union Européenne qui avait déclaré dans ses conclusions à l’issue de la réunion du 30 novembre 2005, « qu’elle veillera au respect des engagements, en particulier à l’adoption des mesures garantissant la transparence et le fondement démocratique des élections législatives et présidentielles prévues respectivement en novembre 2006 et mars 2007 », et ce , « dans l’espoir de contribuer à l’établissement d’un ordre constitutionnel pérenne qui apporte à la
Mauritanie la stabilité dont elle a besoin pour assurer son développement durable »
La junte putschiste a renié l’esprit et la lettre des engagements pris, assassinant du coup le projet démocratique en Mauritanie, au mépris des sacrifices consentis par ce peuple et la confiance accordée par les partenaires au développement, en particulier l’Union Européenne.
L’ordre constitutionnel mis en place garantissait à la Mauritanie de rester un pays où la concurrence politique s’exprime de manière démocratique, un pays où le pouvoir est obtenu par la voie des urnes et les rapports entre les organes régulés par la constitution.
Les officiers putschistes cherchent à enterrer l’idéal démocratique. Quels engagements nouveaux peuvent être attendus d’eux qu’ils n’ont pas pris en 2005 ? Quel but peuvent-ils poursuivre à travers ce coup d’Etat que celui d’imposer le fait accompli d’une nouvelle période transitoire leur permettant de s’installer définitivement au pouvoir ?
Dans ce contexte, la conscience de la communauté internationale est interpellée : de la réussite ou de l’ échec du présent coup d’Etat dépendra, de manière déterminante, le recul ou le progrès du processus démocratique sur tout l’espace des Etats ACP et dans le monde arabe .
L’Union Européenne à le devoir de s’opposer à cette violation flagrante des principes démocratiques et ce, en soutenant la lutte que mène le peuple mauritanien pour la restauration de l’ordre constitutionnel issu des élections de novembre 2006 et mars 2007, élections dont elle s’est portée garante.
Le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) saisit l’occasion pour réitérer son rejet total de la mascarade de la junte intitulée « états généraux de la démocratie » ou « concertation » et pour exiger la restauration immédiate de l’ordre constitutionnel, en commençant par le rétablissement, sans conditions, du Président de la République démocratiquement élu, Monsieur Sidi Mohamed O/ Cheikh Abdallahi dans ses prérogatives constitutionnelles.

Nouakchott, le 19 Octobre 2008
Pour le FNDD
La Commission des Relations Extérieures
Lundi 20 Octobre 2008 - 01:45
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Alpha le 20/10/2008 04:14
Vous avez raison de resister

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542