AVOMM-INFOS
Jeudi 23 Octobre 2014

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......

Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."

E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif:

Mme Rougui Dia, présidente

M.Amadou Bathily , secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, chargé de la communication et porte-parole

M. Demba Fall, trésorier

M. Ngolo Diarra, secrétaire chargé de l'organisation

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Mme Mireille Hamelin, webmestre

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

DÉCLARATION : Pour une prise en compte de la question des réfugiés mauritaniens dans une stratégie intégrée des nations unies pour la région du sahel


DÉCLARATION : Pour une prise en compte de la question des réfugiés mauritaniens dans une stratégie intégrée des nations unies pour la région du sahel
Considérant l’invitation du conseil de sécurité de l’ONU faite aux militaires du Mali à retourner dans les casernes et à s’abstenir de toute ingérence dans les affaires politiques du pays.

Considérant l’implication des Nations Unies, de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO) et de l’Union africaine, pour un règlement de la crise qui sévit au Mali et consécutive à la violation de l’intégrité de son territoire dont la partie nord est occupée et déstabilisée à la fois par des mouvements terroristes islamistes en partie étrangers au pays et par des mouvements irrédentistes touarègues maliens qui revendiquent l’indépendance de l’Azawad, leur région d’origine

Considérant les intérêts et les attentes du Conseil de sécurité concernant l’élaboration et la mise en œuvre, en consultation avec les organisations régionales, d’une stratégie intégrée des Nations unies pour la région du Sahel englobant les questions de sécurité, de gouvernance, de développement, des droits de l’homme et les questions humanitaires

La coordination des associations et collectifs des réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali (CACRMSM) exige de la communauté internationale que la question des déportations, dés avril 1989, de mauritaniens toujours réfugiés au Sénégal et au Mali et en raison des conséquences humanitaires désastreuses qui en découlent, soit prise en compte dans la stratégie intégrée susmentionnée

La CACRMS M estime que si son exigence n’est pas satisfaite, elle tirera la conclusion qu’il existe bien une inégalité de traitement entre d’une part les populations du nord Mali qui ont fuit l’insécurité qui prévaut dans cette zone de forte conflictualité en raison de l’occupation illégale dont elle fait l’objet, et d’autre part les réfugiés mauritaniens. En effet, les populations du nord Mali sont forcées de fuir les risques liés aux conflits, qu’il s’agisse de ceux qui à l’instar de nombreux touaregs se sont réfugiés dans les pays voisins (Mauritanie, Burkina Faso, Niger…) ou de ceux qui ont été déplacés vers d’autres endroits à l’intérieur du Mali. Toutefois, il faut reconnaitre qu’elles bénéficient aujourd’hui d’une attention et d’une aide matérielle toute particulière en provenance de la communauté internationale et du monde des organisations non gouvernementales. Ceci contraste et tranche avec l’oubli et le désintérêt dont sont victimes les réfugiés mauritaniens livrés à eux-mêmes notamment ceux du Mali et cela depuis plus de deux décennies

Par ailleurs, nous attirons l’attention de la communauté internationale sur la différence de traitement dont feront l’objet successivement le coup d’état militaire d’aout 2008 fait par le général Abdel Aziz en Mauritanie et celui de mars 2012 exécuté par le capitaine Sanogo au Mali. En effet, le premier coup d’Etat a fini par être recyclé et accepté grâce au concours de la communauté internationale et plus particulièrement grâce à la France , l’Espagne et le Sénégal de l’ancien président Abdoulaye Wade, cela à travers les accords de Dakar de juin 2009 devant aboutir, entre autres, à une élection présidentielle tenue en juillet 2009, et que l’on voulait consensuelle afin de mettre fin à une crise aigue qui encore oppose les partisans du putsch du 6 aout 2008 et ceux qui le combattent. En revanche le second, à savoir le putsch du capitaine Sanago, n’a pas bénéficié des mêmes faveurs, de la part de la même communauté internationale, comme en attestent, à son propos, les exigences des Nations unies susmentionnées.

Aussi, la communauté internationale en ayant manqué de fermeté vis-à-vis du coup d’Etat en Mauritanie porte une part de responsabilité dans l’élection controversée du général putschiste Abdel Aziz devenant président de la république de fait. Ce dernier a mis toutes les ressources de l’Etat mauritanien au service de son maintien au pouvoir. La crise politique en Mauritanie auxquelles viennent s’ajouter des antagonismes socioculturels profonds vont perdurer et s’aggraver, tant que l’un des points les plus importants des accords de Dakar ne sera pas appliqué, à savoir la recherche des voies et moyens permettant de mettre fin à l’ingérence de l’armée dans la vie politique, en tant que le principal acteur de fait. Cette implication de l’armée mauritanienne dans le champ politique, ce qui n’est pas acceptable dans un Etat démocratique, a été à l’origine non seulement des violations massives des droits de l’homme perpétrées en Mauritanie dans les années 1980-1990 faisant toujours l’objet de plaintes au niveau de la justice internationale, mais aussi à l’origine de l’exacerbation des antagonismes ethnoculturelles meurtriers, dans le pays. Il faut ajouter à cela, les troubles diplomatiques récurrents que le régime militaire mauritanien provoque entre lui et son voisin sénégalais. Par ailleurs, le comportement de ce régime militaire qui recèle le plus de danger renvoie à sa responsabilité dans la crise malienne, compte tenu du soutien que Nouakchott apporte aux groupes irrédentistes touaregs opérant dans l’Azawad en territoire malien, ceci en raison des attaches tribales et familiales dont ces groupes bénéficient sur le territoire mauritanien. Par ce comportement qui cache mal une diversion stratégique, le régime militaire déguisé du général Abdel Aziz entend prendre les populations sous son contrôle en otage, en invoquant des problèmes de sécurité qui justifieront son emprise sur le pouvoir politique et son maintien au sommet de l’Etat, avec la bénédiction de certaines puissances européennes pour qui la Mauritanie, à l’occasion, devient non seulement un allié important pour lutter contre le terrorisme islamique mais aussi leur garde-frontière contre l’immigration clandestine venant de l’Afrique subsaharienne et quittes à le faire au détriment de la stabilité politique de la Mauritanie. Faut-il rappeler que la raison avancée par le général Abdel Aziz pour justifier son coup d’Etat du 6 aout 2008 fut que le régime démocratique qu’il a déchu ne luttait pas fermement contre le terrorisme islamique ? Une lutte qu’il mènera hors de ses frontières, sur le territoire malien, avec la collaboration de la France, au nom du droit de poursuite et contre des terroristes qui menacent le territoire mauritanien et enlèvent des otages européens. Mais ironie du sort ou fait paradoxal, il est établi aujourd’hui que les protégés maliens touaregs et arabes du général Abdel Aziz installés sur le territoire mauritanien sont en collusion avec les forces qui déstabilisent le nord du Mali. Ces mêmes forces qui se livrent à des prises d’otages européens dont le payement des rançons, en vue de leurs libérations, alimentent leur trésor de guerre. Ceci explique évidemment le refus déclaré de la Mauritanie de participer militairement à la libération de la région nord du Mali, à coté des futures forces sous-régionales qui seront sous contrôle de la CEDEAO et qui bénéficieront, pour ce faire, de l’appui politique et logistique de la communauté internationale. Rappelons plus précisément, que le Nord malien est occupé par les mouvements terroristes islamistes à savoir le MUJOA (mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest et celui d’Ansar Edine et dont les responsables ont des liens avec Aqumi (Al Quaida au Maghreb islamique) qui est un mouvement terroriste islamique d’origine algérienne issu du GSPC (groupe salafiste pour la prédication et le combat). Il faut souligner que le mouvement indépendantiste d’origine touarègue appelé le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) avait pris part à l’occupation militaire du territoire malien à coté de ses alliés du MUJAO et de Ansar Edine qui actuellement se sont accaparés le contrôle dudit territoire, en chassant le MNLA et l’excluant de toute gestion.

Aussi, au regard du danger lié à l’insécurité et l’instabilité politique qui prévalent dans la zone sahélo-saharienne, nous demandons à ce que la communauté internationale assume pleinement son rôle de maintien de la paix et de la sécurité en conformité avec les lois et conventions internationales, dans un esprit de justice et d’équité.


Dakar, le 19 aout 2012
Moustapha Touré


COORDINATION DES ASSOCIATIONS ET COLLECTIFS DES RÉFUGIÉS MAURITANIENS AU SÉNÉGAL ET AU MALI
Mercredi 22 Août 2012 - 13:08
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 516