Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

De la vérité des urnes au pouvoir des armes


De la vérité des urnes au pouvoir des armes
Le coup d’Etat du 6 août 2008, quelque soit l’usage qu’en feront ses auteurs et les promesses ou engagements dont ils se porteront garants devant le peuple ou la communauté internationale, est une remise en cause des fondamentaux de la démocratie mauritanienne.

La junte militaire qui s’est emparée du pouvoir a transgressé tous les interdits constitutionnels pour s’imposer par la force. Dés lors, que restera-t-il d’autre à faire que de multiplier les pressions et condamnations auxquelles le Haut Conseil d’Etat reste sourd. Sur le plan national, la junte se dit suffisamment rassurée par l’élan de solidarité populaire que celui-ci soit sincère ou simulé.

Au plan international, la communauté des bailleurs de fonds s’est prononcée sans détours sur les éventuelles sanctions à entreprendre en guise de représailles contre le nouveau régime en place. Au-delà de toutes les prises de positions par rapport à ce changement survenu, au-delà aussi des dispositions affichées par le Haut Conseil d’Etat, il s’agit de méditer sur notre présent et sur notre avenir. Dés lors, des questions méritent d’être posées.

La Mauritanie mérite-t-elle toujours le même triste sort d’être prise en otage par des lobbies politico-affairiste s. Plus grave, flagrant et provocateur, chaque clique qui arrive au pouvoir, ne se gène pas de livrer tout le système à ses proches. Rien ne s’oppose à cette propension au tribalisme, au népotisme. Le pouvoir ne change pas seulement de mains, il change jusqu’au plus petit détail.

Comment un ministre, un secrétaire général, un directeur de projet peut-il s’offusquer d’être limogé, sachant qu’il est venu à son poste à la faveur d’une recommandation de la famille ou de la tribu. Jusqu’à quand de telles pratiques vont-elles continuer à régir les fonctionnements de la République ?

Si le HCE prétend que le pouvoir issu des urnes n’a pas su sortir la Mauritanie de l’impasse, il doit montrer l’exemple en se refusant de retomber dans les mêmes travers qu’il a dénoncés. Or les premiers signes ne sont pas de nature à démentir la volonté des nouvelles autorités à opérer une révolution des mœurs politico-sociales. Déjà, on assiste aux mêmes modes de désignation entachés par les mêmes sentiments où l’amitié, la tribu, la dévotion politique, les rapports de vassalité et que sais-je... déterminent les nominations.

En définitive, c’est le “tribalisation” du pouvoir qui finira par reprendre le dessus sur toute autre considération. Les mauritaniens sont habitués à de telles pratiques séculaires profondément ancrées dans les mentalités. On entend toujours dire d’un président qu’il est d’abord venu pour soi, ensuite pour sa tribu, et enfin pour ses amis. Rien pour le peuple. Autrement dit, la venue au pouvoir par la vérité des urnes comme par la force des armes ne change nullement le style du dirigeant.

Si la démocratie qui est l’expression de la volonté du peuple n’arrive pas à éradiquer des fléaux aussi graves que le népotisme, la corruption, l’oppression, la prévarication, que faut-il espérer d’un pouvoir venu au bout du fusil ? En passant de la vérité des urnes au pouvoir des armes, la Mauritanie a changé de mains, elle n’aura pas changé de réalité.

Cheikh Tidiane Dia


_______________
Source: rénovateur
(M) avomm

Lundi 8 Septembre 2008 - 13:55
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542