Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Déclaration du ministère français des Affaires étrangères


"Notre position est simple: le retour du président élu dans son village natal ne vaut pas retour à l’ordre constitutionnel."


Déclaration du ministère français des Affaires étrangères
La junte militaire au pouvoir a procédé au transfert du président déchu dans son village natal. Quelle est votre analyse de ce transfert ? Ce transfert serait-il le prélude au déplacement d’une délégation européenne pour rencontrer le président déchu ?)

Notre position est simple: le retour du président élu dans son village natal ne vaut pas retour à l’ordre constitutionnel. D’autant plus que le président élu et légitime de Mauritanie semble toujours être sous résidence surveillée, même dans son village natal. L’envoyer dans son village natal en résidence surveillée ne répond pas à ce qui a été demandé le 20 octobre par l’Union européenne à la junte mauritanienne : la libération du président et du Premier ministre légitime, le retour à l’ordre constitutionnel et l’organisation d’élections démocratique. Cela n’y ressemble pas. Nous rappelons donc à la junte mauritanienne qu’il reste quelques jours avant le 20 novembre.

Les évolutions récentes ne constituent pas un signal qui va dans le sens souhaité par l’Union européenne. L’Union européenne va, dans le cadre de l’article 96 des accords de Cotonou, être conduite à en tirer les conséquences.

Nous le déplorons. Ce n’est pas ce que nous souhaitons, mais nous ne pouvons et ne voulons pas transiger avec les principes contenus dans les accords de Cotonou.


________________________________
Source: Ministère des affaires étrangères
Lundi 17 Novembre 2008 - 14:54
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543