Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Dégâts causés par les pluies : Un mort et 4 000 sinistrés à Rosso-Mauritanie


Dégâts causés par les pluies : Un mort et 4 000 sinistrés à Rosso-Mauritanie
Plus de deux ans après les inondations de Tantane, la Mauritanie a été à nouveau frappé par les fortes pluies qui s’y sont abattues. Le bilan est lourd : un mort, plus de quatre mille sinistrés à Rosso et des centaines de sans-abris à Nouakchott.

Les populations de Nouakchott et Rosso sont dans la tourmente depuis que les pluies diluviennes ont commencé à tomber sur le pays, dont la dernière a été enregistrée dans la nuit du 1er au 2 septembre. De fortes pluies suivies de vents violents ont balayé la ville de Nouakchott, créant une psychose chez la population et la désolation chez des milliers de sinistrés dans la zone frontalière, avec le Sénégal. Conséquence : plus d’une centaine de maisons sont sous les eaux, rien que dans la capitale et ses banlieues ; tandis que dans certains Wilayas, comme à Rosso, les gens vivent le calvaire depuis plus d’une semaine.

En cette période de Ramadan, dame pluie a été sévère. Et cette fois-ci, la capitale mauritanienne, habituée aux fausses alertes, n’a pas été épargnée par la fureur des rafales. Partout, elle a laissé des traces. Même les quartiers luxueux de Tévragh Zeina en ont pâti avec les rues et ruelles impraticables, cernées par des mares boueuses. Dans les quartiers défavorisés, des scènes pitoyables s’offrent aux visiteurs. De Dar Naim à Basra, de Sebkha à Teyarett, en passant par le populaire quartier d’El Mina, nombreux sont les sinistrés qui continuent de passer la nuit à la belle étoile depuis l’envahissement de leur domicile par des eaux stagnantes qui empestent l’air.

Depuis le passage de la dernière pluie, beaucoup de familles vivent dans une précarité totale. Et pour cause, tous leurs matériels domestiques et électroménagers ont été emportés par la pluie. A Dar-Naim18, la situation est grave. Ce nouveau quartier, créé pour fluidifier le taux d’occupation de l’espace dans la capitale qui ne cesse de s’agrandir, a vu ses zones submergées par une pluie dévastatrice qui a tout emporté sur son passage. Ses habitants déplorent la situation qu’elles qualifient de ‘catastrophique’ et l’absence de l’aide des autorités qui tarde à venir.

Au Socogim Ps, c’est le désespoir de toute une population obligée de vivre chaque année avec les avatares de l’hivernage. En effet, cette agglomération de la capitale n’est jamais épargnée par les intempéries. Il suffit d’une fine pluie pour qu’elle devienne un déluge. D’après Ibrahima Sarr, propriétaire d’une maison inondée, ‘l’Etat devrait prendre des mesures appropriées pour lutter contre les intempéries, surtout dans les zones inondables, comme la Socogim et autres’. En effet, les banlieues de la capitale sont construites dans des zones à ‘hauts risques’, des châteaux de carte bâtis sur des zones inondables qui, à chaque saison des pluies, encourent les inondations, à cause de la salinité des lieux, mais aussi par la présence de nappes phréatiques qui affleurent. Ce qui fait que ces quartiers sont toujours humides, même en période de saison sèche.

A Cansado, dans le premier arrondissement, un père de famille pleurait devant l’ampleur des dégâts qu’il a subis : ‘Hier nuit, je suis allé au camp des sapeurs pompiers, situé à la Socogim Ksar pour demander de l’aide.

Malheureusement, ils m’ont répondu qu’ils ne pouvaient rien faire, par manque de moyens pour faire face aux catastrophes de ce genre qui touchent, actuellement, des milliers de familles dans la capitale. A mon retour, j’ai trouvé les voisins en train d’évacuer les enfants et de sauver le peu qu’il nous restait.’ Cette situation découle du fait que les ‘hommes du feu’ étaient, en majorité, mobilisés depuis le début des intempéries, à Rosso. Le peu d’hommes qui restent dans la capitale n’ont pas les moyens adéquats pour faire face à cette catastrophe.

A Hayn Saken et alentours, beaucoup de niches ont pris feu, électrocutant au passage quelques chèvres et ânes égarés. Les inondations n’ont pas même eu pitié du vieux quartier de Ksar avec ses rues et ruelles débordées par les eaux de pluie, rendant impraticable la route principale qui relie Teyarett-Ksar-Capitale. Pour sauver les meubles, la mairie a envoyé des camions de vidange pour pomper l’eau. Au marché Sebkha, c’est l’asphyxie du fait des odeurs nauséabondes et la désolation des commerçants face à la situation.

LA PLUIE FAVORISE DES COUPURES INTEMPESTIVES : Des localités restent deux à trois jours sans électricité

Selon les estimations, les dégâts sur l’ensemble de la capitale se chiffrent uniquement en destruction de biens privés et d'infrastructures socio-économiques. La pluie a occasionné des coupures intempestives d’électricité qui durent deux à trois jours, dans certaines localités, paralysant ainsi tous les secteurs informels du pays, et rendant encore plus difficile la rupture du jeûne du Ramadan. Le comité interministériel chargé du suivi des inondations comprenant les ministres de la Défense nationale et de l'Habitat, de l'urbanisme et de l'Aménagement du territoire ainsi que le commissaire aux Droits de l'homme à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile, a effectué une visite dans les Moughataa de Dar Naim, Toujounine, Teyarett et du Ksar où des produits alimentaires ont été distribués aux sinistrés.Le ministre de l’Habitat, Ismail Ould Bodda Ould Cheikh Sidiya, a déclaré, juste après, ce geste que ‘des moyens susceptibles de régler cette question dans les meilleurs délais seront trouvés’ L’Algérie, pour sa part, a offert 35 tonnes de denrées alimentaires et une centaine de tentes, pour secourir les populations victimes de pluies diluviennes à Rosso.

Mame Seydou DIOP


Source: Walf Fadjri
Lundi 7 Septembre 2009 - 16:19
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542