Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Depuis sa résidence surveillée à 250 Km de Nouakchott : Sidi Ould Cheikh Abdellahi appelle les Mauritaniens à la résistance


Depuis sa résidence surveillée à 250 Km de Nouakchott : Sidi Ould Cheikh Abdellahi appelle les Mauritaniens à la résistance
Assigné à résidence dans son village natal de Lemden, le président mauritanien déchu, Sidi Ould Cheikh Abdellahi, s’est adressé hier pour la première fois à ses compatriotes depuis son renversement par la junte militaire. Et ce fut pour appeler les Mauritaniens à la résistance pour que soit rétabli l’ordre constitutionnel dans son pays.

L'ancien président mauritanien, Sidi Ould Cheikh Abdellahi, renversé par une junte militaire le 6 août dernier, a appelé ses compatriotes à l'appuyer ‘pour faire barrage au coup d'Etat dont son régime a été la victime’, a-t-on appris vendredi de source proche du Front national pour la défense de la démocratie (Fndd), une alliance de partis politiques qui le soutient. ‘J'ai besoin de votre concours et de votre adhésion pour que, sans heurts et sans violence, mais loin des compromissions et des solutions qui ne règlent rien quant au fond, soit rétabli l'ordre constitutionnel par la mise en échec du coup d'Etat du 6 août 2008’, souligne en substance le président déchu, actuellement assigné à résidence dans son village natal de Lemden, à 250 km au sud de Nouakchott, dans une déclaration dont le Fndd s'est fait l'écho. Dans cette déclaration, qui intervient le jour même du second round des consultations politiques entre l'Union européenne et le gouvernement de la junte, Sidi Ould Cheikh Abdallahi déclare qu'il sera ‘ouvert à toute discussion et à toute réflexion sur l'avenir de nos institutions qui s'inscrive dans le cadre de la Constitution et des lois de la République islamique de Mauritanie et qui serve, dans un esprit de tolérance et de pardon, la cohésion et l'unité de la nation’, une fois le coup d'Etat mis en échec.
La sortie du président renversé vise à remobiliser les populations dont la majorité semble avoir choisi le camp des militaires et à pallier les faiblesses du Fndd. Le président renversé a encore défendu son bilan indiquant que ‘des efforts énormes ont été réalisés en 15 mois de gestion démocratique’. ‘Ces efforts se sont traduits par une situation économique assainie dont les citoyens ont commencé à voir les bienfaits avec le début de la mise en œuvre du Programme spécial d'intervention, comme en ont témoigné le Fonds monétaire international et la Banque mondiale lors de la réunion du Caucus africain tenue à Nouakchott le 1er août 2008, cinq jours avant le coup d'Etat’, a-t-il dit.

Il a, en outre, cité ‘les concours financiers sans précédent’ mobilisés au titre de l'Aide publique au développement lors du Groupe consultatif pour la Mauritanie, tenu à Paris en décembre 2007, ainsi que par l'afflux massif d'investisseurs venant de tous les continents. Il a, enfin, soutenu que sa présidence a été marquée par le respect des libertés publiques, des droits de l'Homme, de la liberté de la presse, de l'indépendance de la justice, sur fond de fonctionnement régulier des institutions, y compris l'institution parlementaire.

Faisant observer que le nouvel homme fort de Nouakchott, le général Ould Abdel Aziz, a fait voler en éclats tout ces acquis, M. Cheikh Abdallahi l'accuse, en outre, d'user ‘d'intimidation et de corruption’, après avoir dévoyé l'institution parlementaire et instauré la chasse aux sorcières et le règlement de comptes comme système de gouvernance. Le président renversé a mis en garde contre l'isolement diplomatique dont pourrait faire l'objet son pays. Le premier président démocratiquement élu avait été renversé le 6 août 2008 par la hiérarchie de l'Armée qu'il venait de démettre suite à une fronde que menait contre lui l'écrasante majorité du Parlement mauritanien.

walfadjiri
Dimanche 23 Novembre 2008 - 23:23
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par abdoulaye djibril le 24/11/2008 09:17
Ne faites pas la part des choses alors que les médias publics ne sont que du coté du fort malgré eux.
Or, s'ils avaient laissé à leur opposition l'opportunité de faire des sorties médiatisées, vous auraient du comprendre qu'ils ne sont guère soutenus par la majorité et surtout que la population est peureuse et opportuniste pour ce qui sont des cadres .

2.Posté par DIALLO le 24/11/2008 21:03
La population n'a pas peur, elle a faim, SIDI nous avait promis vent et merveille il n'a pas pu tenir à ses promesses. S'il est dans cette situation aujourd'hui c'est à cause de son incapacité de diriger. Dans des circonstances pareilles, surtout dans un pays où la démocratie est totalement inconnue, ne nous voilons pas la face, il faut rester digne, jamais il devrait négocier avec les militaires pour être président, il savait c'était pas légal mais il a accepté, ou il est devenu amnésique ou il est malade. Il était venu injustement et il est reparti de la même façon. Tout ce paye dans la vie maintenant.
La lutte continue

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542