Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Des milliards d’ouguiyas gaspillés par d’anciens responsables


Des milliards d’ouguiyas gaspillés par d’anciens responsables
Lors de l’avant dernière session du conseil des ministres, le Président de la République a donné instruction à ce que des mesures soient prises pour limiter le gâchis dont font preuve certaines administrations publiques notamment au travers de la rationalisation des dépenses liées à l’eau, à l’électricité, aux communications téléphoniques et au parc automobile administratif.

En effet, d’après certains témoignages au parfum de ces questions, se sont chaque année des sommes faramineuses certains parlent de milliards d’ouguiyas, qui sont ainsi consommés.

Le plus révoltant, c’est que ces montants colossaux sont pour la plupart consommés par des personnes qui n’en ont nullement le droit. Illustration : d’anciens responsables qui disposaient de véhicule de fonction « oublient » tout simplement de le remettre après avoir perdu leur poste comme en témoigne un ancien ministre qui vient de faire publiquement son mea culpa en avouant qu’il a gardé son véhicule administratif pour la simple raison que ses successeurs ne lui ont pas demander de le restituer.

Tout comme ces anciens responsables continuent à garder d’autres privilèges qui étaient dus à leur rang. Par exemple, ils ne se donnent pas la peine d’avertir la Somelec, ni la SNDE de résilier le contrat par lequel leur consommation d’eau et d’électricité était prise en charge par l’Etat.

Mais là où les gros montants partent en fumée, ce sont les véhicules, souvent de puissantes cylindrés de dernier cri au bord desquels se pavanent allègrement la dame du responsable si ne sont ses enfants.

Le carburant, l’entretien et les réparations sont évidement à la charge de l’Etat. Parfois ces voitures luxueuses sont également prêtées à des amis pour des randonnées en brousse particulièrement en cette période hivernale où il fait bon de sortir à bord d’un puissant 4X4 au frais de la princesse.

Ces passe-droits minent sensiblement l’économie du pays car un Etat surendetté ne saurait disposer de moyens suffisants pour élaborer des projets de développement durable.

Ce combat contre de telles mauvaises pratiques commence par une prise de conscience de tous des effets néfastes de tels comportements. Comme la lutte contre le terrorisme, ce combat aussi requiert la mobilisation de tous. Chacun d’entre nous doit pointer du doigt ceux qui le pratiquent, tout comme ceux qui en profitent. De la dénonciation pas de la délation.

Faisons-le pour construire un Etat fort et crédible et où les ressources de l’Etat sont gérées de manière parcimonieuse, saine et transparente. Tant que nous n’en serons pas là, toute politique de développement que nous concevrons sera vouée à l’échec. Et c’est vraiment dommage qu’on en soit encore aujourd’hui à ce stade d’incivisme et d’irresponsabilité.

Mohamed Salem Ould Haiba
levéridique-Mauritanie
Samedi 24 Octobre 2009 - 13:33
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541