Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Discours de Mohamed Ould Abdel Aziz à Kaédi

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz, Président du Haut Conseil d'Etat, Chef de l'Etat a, au cours de la visite qu'il a entamé mercredi matin à Kaédi, prononcé un discours dans lequel il a dit: «Il y a dans la vie des Nations des occasions où la joie se mêle à la tristesse où les coeurs se remplissent d'espoir et où la réflexion emporte augustesse des lieux...»


Discours de Mohamed Ould Abdel Aziz à Kaédi
Voici le texte, dans son intégralité de ce discours:
«Bismillahi Rahmani Rahimi, Wa sallahou ala nebiyihi el kérim"

Mesdames, Messieurs;
Chers citoyens;

Dans la vie des Nations, il y a des occasions où la joie se mêle à la tristesse où les coeurs se remplissent d'espoir et où la réflexion emporte augustesse des lieux conduisant le musulman croyant à s'élever vers les cimes de l'ascendance Ainsi augmente sa foi et son attachement à Allah, Le Très Haut auquel il s'en remet entièrement.

Nous voici réunis aujourd'hui, à Kaédi pour une telle occasion, une occasion que nous qualifions comme Allah, Le Tout Puissant, l'a qualifiée:

"...Et fais la bonne annonce aux endurants qui disent, quand un malheur les atteint, "certes nous sommes à Allah et c'est à Lui que nous retournerons".

A cet égard, la Sunna du Saint Prophète constitue le meilleur exemple à suivre, le Prophète (PSL), qui n'a jamais répondu au mal dont il est l'objet par le mal mais par le bien et la générosité d'âme afin de gagner les coeurs des hommes et renforcer la "Daawa" (prêche) à l'Islam et à ses nobles enseignements.

Mesdames, Messieurs,
Chers citoyens;
J'aurais voulu m'adresser à vous à travers la langue de la loi fondamentale des musulmans ou une des langues nationales. Mais, en raison de la présence d'hôtes parmi nous, je vais être contraint de parler à tous, pour la suite de mon mot, en français.

Je tiens tout d'abord à remercier la population du Gorgol, hommes et femmes, pour l'accueil chaleureux qui dénote d'un soutien constructif au changement du 6 août 2008.

Je remercie particulièrement la jeunesse sur laquelle le pays fonde de grands espoirs pour l'émergence d'une Mauritanie nouvelle fondée sur la justice, l'équité et la fraternité.

Mesdames, Messieurs,
Chers citoyens,
Je ne crois faire en aucune façon autre chose qu'un devoir en venant à Kaédi partager avec vous, chers citoyens, l'affliction causée à des dizaines de familles par l'ignorance et la barbarie de l'homme.

Comme je l'ai dit tout à l'heure, je suis à la fois triste et heureux, triste parce qu'il y a eu perte de vies humaines sans raison, parce qu'il y a des orphelins, parce qu'il y a des veuves, parce que la parole de Dieu a été bafouée dans un espace où les hommes se remettent à Dieu et n'ont de priorité que sa vénération.

Dieu n'a-t-il pas dit: "ne tuez pas l'homme qu'il vous a interdit de tuer que pour une juste raison".
Je suis heureux parce que les affligés, qu'ils soient ici présents ou ailleurs, ont fait preuve de magnanimité et d'indulgence. Je suis heureux parce qu'Allah leur a donné le courage de surmonter leur douleur et la force d'essuyer les larmes d'amertume sans ressentiment. Je suis heureux parce qu'ils ont donné le bon exemple en se conformant aux préceptes de notre sainte religion, aux comportements prônés par le Prophète Mohamed (Paix et Salut sur Lui) fondés sur le pardon et la tolérance.

Ces vertus ne sont pas étrangères à notre société connue à travers l'histoire par son respect de la dignité humaine, par les bonnes moeurs et la grandeur d'âme.

Ne dit-on pas en pulaar «joulbe Allah Yetema Yafima Sake a dé» (Allah, le Créateur, pardonne lorsque l'on le Lui demande les hommes, à fortiori, doivent pardonner).

Mesdames, Messieurs,
Chers citoyens,
Si nous avons pu toujours transcender les maux et les "spleen" de la vie c'est parce que nos ancêtres ont toujours prêché la parole qui rassemble et réconcilie. C'est parce qu'ils nous ont appris la parole sacrée qui permet à ceux qui la reçoivent d'être ensemble dans le meilleur et dans le pire.
Grâce à cet héritage que nous conservons jalousement, notre peuple, dont la diversité culturelle est une source de richesse et non de divergence, a toujours préservé son unité grâce aux multiples liens socioreligieux qui unissent ses différentes composantes.

L'histoire des peuples n'est pas faite que de gloire et de moments de joie et de fierté. Les annales de notre histoire enregistrent des moments difficiles pleins de tristesse et de mélancolie. Mais grâce à notre à notre attachement à la religion musulmane et notre foi en Allah, la raison et la sagesse avaient toujours fini par nous réconcilier avec nous-mêmes.

Fidèles à ses traditions séculaires et grâce aussi à notre amour pour la patrie et à nos valeurs culturelles, nous avons décidé courageusement de panser nos blessure encore béantes et de tourner une page faite à la fois d'atrocité et de grandeur d'âme, une page où le pardon et la miséricorde l'ont emporté sur l'aveuglement et l'obstination.

Mesdames, Messieurs,
Chers citoyens,
Aucune indemnisation, aucune compensation n'équivaudra à une vie humaine. L'être humain est en effet irremplaçable dans son milieu.

Je sais que si les ayant droits des victimes à la mémoire desquels nous allons prier dans quelques instants ont accepté la procédure proposée par la commission chargée de résoudre la question du passif humanitaire, c'est parce qu'ils sont décidés de venir à bout de l'agression par le pardon et repousser le mal par ce qui est meilleur. Qu'ils sentent aujourd'hui la commisération et la solidarité de tous les mauritaniens.

Aux veuves et aux orphelins que nous compatissons du fond du coeur, je voudrais dire que nous sommes là pour mettre fin aux souffrances du peuple quelle que soit leur nature. Je voudrais aussi dire aux mauritaniens que les évènements douloureux des années 90 sont étrangers à nos comportements et à nos valeurs. Ce genre d'infraction à la morale et aux lois civiles, ne doit plus jamais se reproduire chez-nous.

Je voudrais dire également à ceux qui ont contribué, de près ou de loin, au succès du combat mené par les ayant droits des victimes que leurs efforts n'ont pas été vains. Qu'ils trouvent ici l'expression de nos sincères remerciements.

Avant de terminer, je voudrais répondre aux doléances du maire de la ville de Kaédi. Les problèmes posés par le maire en ce qui concerne l'aménagement, l'électricité et certainement l'eau seront étudiés avec la diligence nécessaire et les solutions seront retrouvées le plus rapidement possible.»

Source: AMI
Samedi 11 Avril 2009 - 23:55
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Djibril BA le 12/04/2009 11:18
J'aurais préféré un discours sur l'impunité vu de l'islam. J'aurais préféré un discours sur l'instrumentalisation de la religion. Avec ça l'homme a aussi commis les pires horreurs, avec ça l'homme hypocrite a maintenu des siècles durant une large masse de gens dans l'obscurantisme. Sur cette terre d'islam nous avons maintenu des gens dans la servitude réduit à la chose des siècles durant au nom de l'islam. Dans cette terre d'islam les hommes ont préféré se terrer dans le silence des années, des siècles sur des horreurs interdites et commises dans les périodes saintes. Dans cette terre d'islam l'homme a du oublier les règles les plus élémentaires de l'islam sans pour autant que des responsables religieux pour ne pas parler des autres n'aient élevé leur voix. Sont ils tout simplement plus musulmans que nous ?
Quand on a faillit à son devoir de bon musulman le bon sens indique en effet que l'on demande pardon. L'islam que je sache dans mon humble et toute petite lumière n a pas oublié la JUSTICE. C'est pourquoi la sharia existe. Que nos oulémas nous disent aussi que dit la sharia de ceux qui sont élus et qui devant les horreurs humaines faillissent à leur devoir de bon musulman : dire la vérité, s’élever pour et se battre pour surtout quand on en a les moyens. Monsieur le Général où étiez vous la veille du 28 novembre 1990 ? Monsieur le Général où étiez vous le 28 novembre 1990 ? Monsieur le Général que vous ayez tardé à savoir est une possibilité mais qu'imbu de toutes les valeurs d'islam en terre d'islam que vous venez ci-dessus de citer vous ayez mis 20 ans à réagir publiquement me dérange. Dieu nous est témoin le mensonge et la vérité sont compagnons à vie là où l'on parle de l'un l'autre est aux aguets pourvu que le jour où toutes les deux se dévoilent nous soyons du bon côté, LA VERITE. Général vous qui avez usé de la force pour être à la magistrature suprême du pays, vous qui êtes un bon fils de l'ISLAM, un bon pratiquant de L'ISLAM dont on nous a enseigné depuis notre tendre enfance qu'elle est VERITE. Faites de grâce éclater la VERITE car c'est elle, qu'attendent tous les fils de l'ISLAM la VERITE. Cette mission mon Général ne la trahissez pas maintenant que vous êtes le chef suprême. Maouiya vous l’avez dit n’était pas bon ce qu’il a laissé au pays n’est pas bon. Revenez mon cher Général sur ce qui empêche l’exercice de la justice dans ce dossier : la loi d’amnistie mauritanienne du 14 juin 1993.
Allahouma Staghfir la naa wa la koum

Djibril BA

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542