Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Discours du Président de l’assemblée nationale : Est-ce un appel à participation au gouvernement ?

Le 09 novembre, dans le discours du président de l’assemblée nationale à l’ouverture de la session parlementaire 2009/2010, il a été perçu par l’opinion publique nationale, une volonté de son parti, l’APP, de participer à la gestion des affaires publiques. Si tout le monde gouverne, qui va s’opposer ? Qui va donner un sens au pluralisme ?


Discours du Président de l’assemblée nationale : Est-ce un appel à participation au gouvernement ?
Je considère sincèrement que les résultats issus des élections (du 18 juillet 2009), en dépit des réserves que j'ai personnellement exprimées au lendemain de leur parution, constituent un important acquis que nous devons tous préserver tout en développant l'ouverture et le dialogue entre tous les courants politiques et sociaux et ce dans l'intérêt de notre pays, de sa stabilité politique et de son émancipation sociale; deux conditions essentielles pour tout développement économique» a dit le président de l’assemblée nationale Messaaoud Ould Boulkheir, à l’ouverture de la session parlementaire ordinaire.
Qu’est ce qu’il y a de révolutionnaire dans ces propos ? Au lendemain de la proclamation officielle des résultats de cette présidentielle par le conseil constitutionnel, le RFD et le FNDD en avaient déjà, « pris acte. » La nouveauté, c’est « l’appel à l’ouverture dans l’intérêt de la stabilité de la Mauritanie…» Et, cet appel est lancé au président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz. « Nous devons tous et en particulier le pouvoir exécutif dépasser la mentalité qui a prévalu pendant la période préélectorale en unifiant nos efforts et en orientant toutes les forces vives et les compétences nationales vers l'action salutaire de construction du pays » a dit Messoud. L’opinion publique nationale a vue a travers ces propos « une probable entrée de l’APP dans un futur gouvernement.» Par rapport à cette possibilité, Messoud devient un peu plus explicite quand il a fait état de « sa croyance que le repli sur soi- même et l'accaparement du pouvoir par une frange politique quelque soit sa fidélité affichée et son engagement, ne peut en aucun cas servir l'intérêt de la Mauritanie qui doit toujours rester la terre des hommes, de tous ses hommes sans exclusive… »

Samory Ould Bey, impuni !
En allant « au pouvoir » le parti du président de l’APP va-t-il embarquer avec lui le FNDD (front national pour la défense de la démocratie) ? Il y a une semaine, Samory Ould Bey, syndicalistes membre de l’APP et proche de Messoud, a déclaré : que « le Front National Pour la Défense de la Démocratie (FNDD) avait comploté contre le candidat Messaoud Ould Boulkheir à l’occasion des dernières élections présidentielles en oeuvrant pour lui barrer la route au profit du candidat Mohamed Ould Abdel Aziz.» Le Front n’a pas réagi. Et, plus grave, l’APP n’a fait aucune observation à Ould Bey. Ce silence de Messoud et de son parti valent-il approbation des propos du syndicalistes ?
.
Retour à la pensée unique
Les municipalités, l’assemblée nationale et le sénat, dans leur configuration actuelle, sont, à une écrasante majorité pro Ould Abdel Aziz. La logique démocratique dicte donc que cette majorité parlementaire recoupe la formation du gouvernement. L’idée de Messoud est autre. Il ne parle pas de « majorité ». Il parle « de repli sur soi même et d’accaparement du pouvoir pare une frange politique… » Cet « accaparement » selon Messoud, ne peut servir l’intérêt de la Mauritanie.
Cet appel à « collaboration, à participation » du président de l’assemblée nationale sera-t-il entendu par Ould Abdel Aziz et ses soutiens de l’union pour la République (UPR) ?
Dans les rangs de ces soutiens, la réponse est « le rôle de l’opposition est de servir de contre pouvoir, pas de prendre part à la gestion des affaires publiques.» Cette réponse, dictée peut être par le souci de ne pas élargir l’assiette des candidats au gâteau gouvernemental, n’en est pas moins pertinente. Les islamistes ont fait listes communes avec l’UPR pour les sénatoriales partielles. Ils vont peut être dans quelques mois faire avec elle gouvernement commun. Le parti Adil serait disposer à traiter avec Aziz. Si l’APP « entre dans les rangs » qui répercutera les notes discordantes ? Le RFD en perte de vitesse et l’UFP à assise populaire faible. C’est largement insuffisant. Est-il dans l’intérêt de la démocratie que l’APP, Tawassoul et Adil fassent partie d’un gouvernement. Le pluralisme a besoin de notes discordantes. L’unanimité n’a jamais été un signe de bonne santé démocratique.

Khalilou Diagana


Messoud
A propos de la gabegie et du terrorisme

«Il est clair que l'usage abusif des biens publics est considéré également comme l'une des formes les plus nuisibles de la gabegie considérant que ces biens publics symbolisent la crédibilité de l'Etat; tout comme le slogan de la lutte contre la gabegie ne doit pas avoir comme objectif le démantèlement de l'opposition ou viser ceux à qui nous oppose une incompatibilité d'humeur» a dit le président de l’assemblée nationale dans son discours d’ouverture de la session parlementaire. Messoud répercute ainsi au sein de l’hémicycle, l’idée d’une lutte contre la corruption « orientée » vers les adversaires politiques.
Pour le phénomène du terrorisme en Mauritanie, il doit, selon Messoud, «être combattu avec fermeté et sagesse sans faire du pays une base militaire pour qui que ce soit, ami ou ennemi.» Pour le président de l’assemblée nationale, accueillir une base militaire américaine ou française en Mauritanie dans le cadre de la lutte contre Al Qaida, c’est irrecevable.

Le quotidien de nktt
Dimanche 15 Novembre 2009 - 14:16
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par amadouba93 le 16/11/2009 11:44
Dans quelques mois on verra quels sont les vrais opportunistes. Messaoud nous a habitué à ses retournements de veste. Il ne cherche qu'une chose: rester sur son perchoir (avec tous les avantages matériels) et cela au prix de n'importe quel concession. Ceux qui avaient vanté son "courage" et sa "constance" politiques pendant les élections présidentielles auront des explications à nous donner bientôt. On verra que ce collaborateur de TAYA jusqu'en 1988, est prêt à tous pour se mettre du beurre dans les épinards. Ne vous pressez pas chers compatriotes, la vérité éclatera. Weat and see!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542