Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Droit de réponse : Quand Ould Oumer se fait l’avocat du diable


Droit de réponse : Quand Ould Oumer se fait l’avocat du diable
Dans son dernier « édito », prétexte le plus souvent utilisé par Ould Oumer pour exercer, sans talent, son peshmerguisme déguisé, le Directeur de publication de la Tribune saute sur le fait anodin d’une divergence de points de vue au sein d’un parti politique naissant pour s’en prendre à ma personne.

Noyant son propos dans des généralités sur les conditions de création de l’UPR par le président Mohamed Ould Abdel Aziz et le rappel de celles qui ont présidé, à une autre époque, à la naissance douloureuse du parti ADIL, Ould Oumer arrive mal à cacher son jeu de manipulateur de l’information et, c’est à croire, d’ancien fervent de la DSE de Deddahi.

Apprends, cher adepte de l’information commandée, que je mets l’intérêt de la Mauritanie et des Mauritaniens au-dessus de toutes considérations. Mon attachement au Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz tient d’abord au fait que c’est lui – et lui seul – qui a fait de cette question la raison de toutes actions entreprises depuis le changement du 3 août 2005.

Il n’est nullement permis à un parti politique (ou à un individu) de travestir l’ambitieux projet de société que le Président de la République compte réaliser. Et quel travestissement pire que celui de ramener le pays à la case – départ, quand on laisse le parti, censé soutenir l’action du Président et du Gouvernement, entre les mains des « revenants » dont vous semblez prendre la défense pour on ne sait quelle raison intéressée ?

Non, ma position vis-à-vis du conclave de R’kiz n’est nullement une « rébellion » à comparer malicieusement par vous à celle que j’ai opposée au pouvoir déviationniste de Sidioca, mais une question de bon sens qui voudrait que tout acte, toute action, à entreprendre s’inscrive dans la droite ligne de la Réforme consciencieuse et absolue entreprise par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, et non de visées opportunistes d’individus sans ancrage politique évident.

Je n’ai jamais été si à l’aise qu’aujourd’hui où l’homme auquel je me sens le plus attaché préside aux destinées de notre pays. Ne « rue dans les brancards », pour reprendre une expression vulgaire de votre cru, que celui qui loue – ou sous loue – sans vergogne sa plume à tous les régimes, sans toutefois parvenir à trouver de points d’attache, par le simple fait que son jeu est découvert par le commun des mortels, depuis l’époque honnie de Ould Taya.

Les honorables ministres dont vous fustigez la présence à la réunion organisée par mes soins ne tombent pas sous la coupe du « mal parfait » parce qu’il n’y a pas, à mon sens, d’incompatibilité entre leur mission au sein du Gouvernement et leur attachement aux nobles objectifs qui président à toute concertation visant à affermir le projet de société du Président Mohamed Ould Abdel Aziz. Mais peut-être bien que vous leur en voulez de n’avoir pas répondu à vos appels pressants…de la plume !

Votre machiavélisme ressort au grand jour, quand vous sortez du cadre strict de « l’actualité » que vous prenez comme prétexte pour vos insinuations éditorialistes. Une erreur qui ne plaide pas votre cause : Les questions que vous me posez sur une supposée « manipulation » ayant conduit à la « confrontation » de 2008 ramènent à la mémoire de vos lecteurs les prises de position tranchées – et certainement intéressées – qui vous ont fait allé et revenir entre les protagonistes de la crise.

N’est-ce pas un manque de scrupules qui fait de vous aujourd’hui l’un des « journalistes » les plus controversés et les plus énigmatiques de ce pays ?

Mohcen Ould El Haj
Vice-président du Sénat

source : cridem
Mercredi 21 Octobre 2009 - 15:07
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542