Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Festival International sur les violences contre les femmes

Toute violence doit être punie. Violence cachée. Violence mensonge. Abus violents au coeur. Trahison.


Festival International sur les violences contre les femmes
Dakar va abriter, à partir du 26 novembre, la deuxième édition du festival panafricain sur les violences à l’égard des femmes, annonce un communiqué du bureau régional du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Outre l’agence onusienne, de nombreux autres partenaires sont impliqués dans l’organisation de cet événement, parmi lesquels l’Etat du Sénégal, des ONGs et autres segments de la société civile, ainsi que des partenaires au développement.

Le démarrage de la manifestation interviendra au lendemain de la célébration de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes.

Le festival de Dakar entend participer activement à la mobilisation et à la sensibilisation, mondiales, contre les violences exercées sur le genre féminin, «devenues un véritable problème de santé publique», un frein au développement et une «violation des droits humains», selon le communiqué de l’UNFPA. Un fléau que bon nombre d’africains «continuent à percevoir comme une affaire privée». La réalité est illustrée par des statistiques qui font froid au dos. «Une femme sur trois, dans le monde, a été battue, contrainte à rapport sexuel ou maltraitée, le plus souvent par un membre masculin de sa famille, alors qu’en moyenne, une femme sur quatre a été maltraitée en cours de grossesse», indique le communiqué du bureau régional de l’agence onusienne, basée à Dakar.

Ces violences, répandues en Afrique, restent, encore, entourées de tabous, méconnues, «niées et, même, étouffées, à la fois au niveau des décideurs et des communautés» et leur problématique devient encore plus aigüe, dans les pays en proie à des conflits armés.

Plusieurs films seront présentés à Dakar et, grâce à ces images, souvent fortes, le public, tout particulièrement les hommes et les jeunes, devront s’interroger sur le fléau. S’engageront-ils, en suivant, en vue de l’éradiquer, au moins de leur comportement, voire de leur entourage? C’est au quotidien, en soi et autour de soi, qu’il s’agit de mener bataille.

Les candidatures sont ouvertes à tous les professionnels du continent qui ont quelque chose à témoigner en ce sens. Ils trouveront, ainsi, une formidable opportunité de contribuer à lever le voile, faussement pudique, qui couvre un de nos plus lancinants problèmes de société, à fort impact sur la santé publique, notamment mentale. Une fille ou une femme meurtrie est, tôt ou tard, une mère en souffrance. Avec tout ce que cela comporte de conséquences sur l’éducation de ses enfants…
La première édition du festival s’est déroulée à Dakar, au mois de novembre 2006. A cette occasion, 84 films, produits dans 18 pays, avaient été sélectionnés, traduits en langues locales et projetés dans les salles de cinéma des quartiers populaires.

Un réalisateur du Zimbabwe, Tawanda Gunda Mupengo, avait remporté la palme d’or pour son œuvre «Peretera Maneta : Spell My Name», qui raconte l’histoire touchante d’une écolière victime d’abus sexuels.

Amadou Seck

_______________
Source: Lecalame
(M) avomm
Jeudi 6 Novembre 2008 - 23:07
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542