Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Fin du périple de Aziz


Fin du périple de Aziz
Arrivé au pouvoir a la faveur d’un coup militaire sans effusion le sang le 6 aout dernier, le général Mohamed Abdel Aziz, vient de sillonner les 4 grandes régions de l’intérieur. Il a donné le coup d’envoi d’une série de projets : routes et barrages pour désenclaver et encourager la production agricole.

Le président du Haut Conseil d’Etat a rencontré les cadres de l’administration, les notables et présidé des meetings. Thèmes favoris : lutte contre la corruption, le detournement des biens publics et le népotisme.

Les conditions de vie des populations peuvent s’améliorer considérablement, si nous réussissons à combattre avec succès ces pratiques le chef de la junte militaire. Le général a réitéré sa détermination à relever le défi de la bonne gestion des biens de la collectivité nationale. En attendant, il a promis des réductions des prix de l’électricité.

La mesure profitera notamment aux populations a faibles revenus.une promesse synonyme d’espoir pour les populations.en revanche, Aziz n’a pas répondu aux attentes par rapport au dossier épineux du problème structurel de l’esclavage.

En visitant les adwabas ces véritables townships à la mauritanienne, le général, n’a à aucun moment prononcé le mot esclavage.de l’avis des militants anti-esclavage, cela relève à la fois de l’hésitation et de l’ambiguité.car, comment peut-on éradiquer un mal sans l’identifier nommément ?

C’est clair : à l’approche de la présidentielle, Aziz n’a pas voulu heurter ses potentiels grands électeurs parmi les chefs de tribus, qui, au demeurant, sont de véritables esclavagistes. Même les analphabètes parmi les chefferies tribales ont leurs esclaves. Ça c’est la particularité de la Mauritanie, le pays de tous les paradoxes.

Ces fameux notables le plus souvent incultes s’allient à tous les régimes pour perpétuer leurs pratiques abjectes et se préserver d’une hypothétique application de la loi anti-esclavage.

En visitant les villages précaires où du fait de la misère sont parqués ces milliers d’esclaves ou descendants d’esclaves, le général qui avait pourtant annoncé les couleurs en se démarquant des autres chefs d’états esclavagistes qui se sont succés en Mauritanie depuis l’indépendance en 1960 à nos jours en allant d’emblée chez les laissés pour compte démunis et stigmatisés dans d’autres ghettos des faubourgs de Nouakchott Aziz, devait donc continuer et se rendre à l’évidence que les laissers pour compte sont numériquement milles fois plus importants que les chefs de tribus que l’on veut ménager à tout prix.

Ce sont eux qui sortent en masses pour remplir les artères et accueillir les chefs d’états étrangers en visite dans le pays et ce sont eux qui sortent en masses bravant chaleur et poussière pour voter. Croyant naïvement que leurs conditions d’existence vont évoluer avec l’arrivée au pouvoir de tout nouveau chef d’état.

Ils se sont mobilisés durant la présidentielle de 2007, remportée par ould Cheikh Abdallahi avec l’aide politique de l’un des leaders de la communauté : ould Boulkher, son ami Sidi avait fait voté une loi anti-esclavage. Mais il s’agissait tout d’un texte de plus comme les autres qui l’ont précédés, jamais appliqués.

Le général Aziz, lui au moins, a eu le mérite d’avoir nommé un vrai militant des droits de l’homme en charge du dossier, entre autres, Mohamed Lemine ould Dadé qui a lutté contre l’arbitraire durant les années de braises.

Dadé a conçu une stratégie qui vise à s’attaquer aux racines du mal : la misère, stratégie lancée par le général en marge de sa tournée. Le haut commissaire aux droits de l’homme risque le fiasco, il gére sur papier un grand departement sans ressources.


Salem Mejbour Salem.
AFRICA N°1 Nouakchott
Source: cridem
Lundi 23 Mars 2009 - 13:10
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542