Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Hommage à Habib ould Mahfoudh. Par Khalil Balla Gueye

(Mon condisciple et ami de randonnée studieuse du côté du C.C Saint-Ex)


Habib ould Mahfoudh
Habib ould Mahfoudh
Il y a 7 ans , jour pour jour , nous quittait le regretté et Marhoum Habib ould Mahfoudh décédé à Paris le 31 octobre 2001 en ce maussade et morne jour automnal comme pour faire geindre et gémir ,«les sanglots longs des violons de l’automne» de Verlaine.En fait , son «départ» n’aura pas que fait frémir de concert tous les violons voire les Stradivarius Parisiens seulement!Il aura aussi arraché à nos «R’bab» et «Nianioru» des complaintes poignantes poussées par tout un peuple unanimement éploré et plongé dans la douleur sans distingo voire sans discrimination aussi !


Pour une des rares fois dans notre pays , la douleur de la mort aura fait voler en éclat les barricades ethnico-tribales en lesquelles nos composantes nationales semblent se «complaire» et se confiner , faute de mieux , hélas!
De son vivant donc , comme après sa mort , Habib aura pareillement réussi le tour de force d’unir les coeurs saignés et éclatés de ses compatriotes !La Mauritanie plurielle accablée pleure et porte le deuil de son fils cosmopolite.


Comme qui dirait qu’il aurait fait don de sa vie et de sa mort à la Nation tout entière , comme d’autres font généreusement don de leur corps pour les progrès de la science et pour que vive l’Humanité .Habib aura donc vécu et sera mort pour sa Mauritanie panachée qu’il a aimée avec panache en la déclinant dans tous ses tons mais qui ne le lui aura rendu que chichement de son vivant déjà et qui se sera rachetée après sa mort en réalisant l’ampleur de la perte.Sans doute pour expiation , sait-on jamais !


De toutes façons , le héros qu’il aura été a toujours fait peu de cas des honneurs et de l’argent ;tant il est vrai que la gloire des justes de son étoffe est toujours posthume car ils auront tout fait pour l’éviter de leur vivant , tout simplement .Habib , n’avait que faire de ces détails et fioritures , pure perte de temps , ce temps qui lui aura fait si défaut , hélas !En effet , Habib n’aura vécu à l’échelle de l’Histoire de son pays et de son peuple , que « l’espace d’un matin » comme les «roses» de Malherbe ou de Ronsard poètes de la Renaissance dont il pouvait déclamer de mémoire nombre de poèmes.


D’ailleurs , Habib était en soi un florilège de poésie et de prose , une véritable anthologie où les mots se heurtent , s’entrechoquent , se bousculent , se télescopent , se déforment ou se transforment , voire se mutilent sans jamais prendre une laideur ou une une ride !En véritable virtuose qu’il fut du néologisme ou plutôt du «mauritanisme» avec ses inénarrables , inimitables et indécrottables «Mauritanides».Il était le prince du renouveau jusque dans des domaines qui semblaient lui être étrangers , à priori , comme le journalisme !


Point n’est besoin de dire que là aussi , comme ailleurs , il aura été innovateur , pionnier et rassembleur tout naturellement.Presque une seconde nature chez Habib que de faire l’unanimité autour de lui ! Et quelles irradiantes , sobres , dépouillées et contagieuses poussées de charisme et charme s’exhalaient de sa personne aussi ! Malgré tout , il nous aura quitté tôt , très tôt , trop tôt , presque délibérément:plutôt que de se faner et se flétrir comme les roses de ses amis et « potes » Ronsard et Malherbe , il a choisi de tirer sa révérence , emportant avec lui dans la tombe une virginité , une fraîcheur et une jouvence immaculées et éternelles !


Mais , il aura , avant de faire le «grand saut» pris la peine , à travers son oeuvre , de partager avec nous les secrets de son bonheur ici bas et leurs modes d’emploi .A l’en croire le bonheur tiendrait à si peu de choses , il suffirait de s’y mettre et d’y croire pour atteindre l’épanouissement à portée de main.Et pour tout cela et bien d’autres hauts faits patriotiques et précurseurs , Habib aura été un héros et un héraut !


Heureux donc qui , comme Habib , ne mourra jamais , ne vieillira jamais et ne se fanera jamais !Heureux qui , comme Habib , restera à jamais gravé dans les coeurs et imprimé à l’encre de Chine dans la mémoire collective de son peuple !
Heureux , qui comme Habib , aura eu raison des barrières impraticables du Temps et de l’Espace en s’en affranchissant pour savourer l’éternité de l’Immortalité !
Heureux , qui comme Habib , restera à jamais fièrement debout sans courber l’échine dans notre aride et infécond désert moral et intellectuel , comme les pyramides de la Vallée des rois d’Egypte ou les neiges éternelles du Toit du monde , l’Hymalaya!
Heureux qui , comme Habib , heureux qui , comme Habib , heureux qui , comme Habib... !


Là haut , il doit sûrement se demander comme le poète Rutebeuf :
«Que sont mes amis devenus /Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés / Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés / L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte / Et il ventait devant ma porte
Les emporta »Dixit-Rutebeuf.


Et mon pays donc , ne s'empêcherait-il de s'inquiéter immanquablement?
Et moi , tout gêné et confus , je baisserais le regard , chercherais une pirouette pour esquiver sa question , me dérober à son insistance et me garderais bien de lui chuchoter outre-tombe ce qu'il en est vraiment au pays et de ses amis!Juste pour ne pas troubler sa paix et son repos éternels !

Raheme Allah Habib
NB : «R’bab» et «Nianioru»=Violon en Hassania et Pulâr
Publié par Khalil Balla Gueye
Vendredi 31 Octobre 2008 - 11:12
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542