Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Interpellation d’esclavagistes présumés à Nouakchott


Interpellation d’esclavagistes présumés à Nouakchott
Un couple de Mauritaniens accusés de pratiques esclavagistes à l’encontre d’une enfant de 10 ans a été interpellé jeudi 23 avril à Nouakchott et présenté devant le procureur de la République, a annoncé un responsable de l’ONG mauritanienne SOS Esclaves.

"La police a interpellé une famille mauritanienne qui détient une petite esclave qu’elle faisait travailler sans salaire depuis plusieurs années, en violation de la législation en vigueur", a déclaré Birama Ould Abeid, au nom de SOS Esclaves.

Il a précisé que le couple, la fillette et sa mère avaient été présentés jeudi devant le procureur de Nouakchott qui les avait renvoyés à la police jusqu’à l’examen de leur cas. Des militants de SOS Esclaves ont organisé jeudi une manifestation devant le commissariat de police pour exiger que des peines "exemplaires" soient infligées au couple, en vertu du code de protection pénale des enfants et des lois sur la traite des personnes et la criminalisation de l’esclavage.



Une législation spécifique est en vigueur en Mauritanie depuis 2008, mais elle n’a jamais connu d’application stricte, affirme M. Ould Abeid. Le père de la famille incriminée a nié les faits.

"Des liens familiaux se sont tissés entre sa famille et celle de la fillette qui vit avec nous sur demande de sa mère pour une prise en charge complète, y compris ses études", a-t-il affirmé à la presse. "Ces liens continueront et rien ne les empêchera, quelle que soit la campagne d’information mensongère qui se ferait autour du problème" a-t-il encore assuré.

SOS Esclaves dénonce au contraire une volonté de l’administration de banaliser l’affaire et de susciter des dépositions qui disculperaient les esclavagistes". L’ONG assure ainsi que "contrairement aux prétentions de ses maîtres, la fillette ne sait ni lire ni écrire".(Afp)

source : Tahalil Hebdo
Samedi 25 Avril 2009 - 05:31
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Malvara le 25/04/2009 22:59
Honte à la Mauritanie où encore ce fleau existe

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542