Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

KHB : Le seul vrai candidat du changement


KHB : Le seul vrai candidat du changement
Nous sommes à quelques encablures de la date fatidique du 18 juillet et tous les candidats sont à pied d’œuvre pour gagner l’élection. Au vu de la configuration politique actuelle, nous observons que 2 camps s’opposent assez clairement. Celui du changement contre celui de l’immobilisme. Plusieurs candidats s’affublent de slogans et de titres qui ne correspondent pas tellement à l’image qu’ils ont donné d’eux durant toutes ces années où ils ont eu à occuper de hautes fonctions au sein de l’état mauritanien. Certains de ces candidats connus pour leur vénalité viennent aujourd’hui se présenter en sauveurs de la nation alors qu’ils ont participé à faire couler le bateau national de telle sorte que nos concitoyens se retrouvent aujourd’hui dans la situation peu enviable de populations parmi les plus misérables du monde. Certes, la Mauritanie n’a pas l’apanage de la pauvreté et du sous-développement, bien des pays africains et d’autres continents dans ce bas monde ont aussi leurs comptes à régler avec ceux qui les ont gouvernés pendant plusieurs décennies. Mais dans le cas qui nous intéresse, nous devons quand même nous poser certaines questions essentielles. De quel droit certains candidats à la présidentielle du 18 juillet cherchent-ils à nous rallier à leur cause alors que tout ou presque les accable ? Aiment-ils vraiment la Mauritanie ? Ou pensent-ils encore pouvoir se jouer de la sincérité des mauritaniens durant les années à venir ? En quoi pourraient-ils changer le destin de ce pays qu’ils ont sabordé à l’envi sans se soucier de la souffrance de nos populations ? De quel droit s’auto-proclament-ils aujourd’hui candidats du changement ? Le temps n’est plus aux beaux discours mais aux véritables réformes qui sortiront notre pays de la léthargie dans laquelle il est plongé depuis plusieurs décades. Toutes les réformettes qui ont été, semble t-il, menées jusqu’ici par nos responsables politiques, ont été soldées par des échecs retentissants. L’indice qui permet de l’affirmer sans fard est bien entendu le niveau de vie de nos populations qui n’a cessé de se dégrader depuis plusieurs années. On nous a bien vendu le discours comme quoi nos bailleurs de fonds étaient satisfaits de nos réalisations économiques il y a quelques années. Nous voulons bien, mais, malheureusement, le citoyen lambda n’a pas constaté de véritable amélioration de sa situation personnelle. La réunion du groupe consultatif sur la Mauritanie qui s’est déroulée à Paris en décembre 2007 avait pourtant accouché de résultats plutôt flatteurs pour notre pays. Cette réunion intervenait après une transition démocratique qui avait eu l’assentiment de la communauté internationale. Notre pays venait également de découvrir qu’il avait quelques réserves pétrolières en sus des mesures dont il a bénéficié au titre de l’initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM). Notre pays aurait pu surfer sur la vague de ces relatifs succès pour asseoir une politique macroéconomique qui nous aurait mis à l’abri de toute déchéance économique pour plusieurs années. Au lieu de cela, qu’avons-nous observé ? l’accaparement par notre classe dirigeante des moyens de l’état et de l’aide internationale à son profit et au détriment de nos concitoyens. Cette même classe dirigeante cherche aujourd’hui le suffrage du peuple mauritanien pour mieux l’assujettir à elle pour les années qui viennent. Cet immobilisme et ce manque d’ambition, notre peuple n’en veut plus. Un véritable changement doit s’opérer le plus vite possible pour ne pas rater encore une fois notre rendez-vous avec l’histoire. Pour l’incarner, il faut un homme politique qui ait une vision intelligente et réfléchie pour notre pays, un homme qui connaisse les dossiers, qui fera de la lutte contre la corruption et le clientélisme l’axe principal de son programme. Un homme qui puisse s’adresser à la jeunesse, aux hommes et aux femmes de ce pays sans baisser la tête car n’ayant aucun reproche à se faire sur la gestion calamiteuse de nos ressources humaines et économiques durant les 30 dernières années. Un homme qui jouit d’une probité morale indiscutable. Un homme qui a un niveau intellectuel que toute l’Afrique nous envie. Cet homme là, celui du véritable changement, qui va gouverner la Mauritanie autrement, nous l’avons dans notre classe politique. Nous n’avons pas besoin de l’inventer. KHB est l’homme de la situation et nous devons en être conscients avant de confier notre destin aux candidats du statu quo. Car si nous voulons réussir ce virage, ce tournant décisif pour notre pays, nous ne pouvons faire ou refaire confiance à des hommes qui sont impliqués de près ou de loin dans la déliquescence de notre système politico-économico-social. Faire du neuf avec du vieux ne sera pas la solution pour notre pays car le goût du réchauffé n’aura pas la même saveur qu’une réelle volonté de transformer le destin de notre pays à travers un volontarisme, un projet politique porté par un homme dont la probité morale et intellectuelle est insoupçonnable. Je demande aux mauritaniens de se mobiliser comme un seul homme pour porter KHB au pouvoir et de mettre rapidement en place les réformes nécessaires afin que notre pays réussisse sa stratégie de développement par rapport aux objectifs de développement pour le millénaire (OMD). Notre pays en a besoin et il le mérite. D’autres pays ont réussi leur mutation, y compris quelques voisins. Nous devons avoir un peu de fierté et prendre les mesures nécessaires pour réussir la nôtre. Oui, c’est possible. Il suffit de le vouloir. Et de voter KHB.



Fraternellement,

M. Cheikh Tidiane DIOUWARA

Président du Forum des Etrangers de Lausanne, Suisse

Membre du bureau exécutif de la LICRA, section suisse

Délégué Général en charge des relations extérieures (Europe-Amérique) pour KHB

Tél : 00 41 79 709 90 77

Email : tdiouwara@yahoo.fr

www.hamidoubabakane.com

Lundi 13 Juillet 2009 - 19:47
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Mariame Kane le 13/07/2009 20:03
Bravo Cheikh Tidiane, tu fais un travail extraordinaire, la Mauritanie a besoin des cadres comme toi pour le changement . Votez utile, votez HBK le candidat de tous.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541