Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

L’Accord Cadre de Dakar : Gadio livre sa lecture des négociations.

Cheikh Tidiane Gadio, à propos duquel le Président sénégalais Me Abdoulaye Wade disait, sans une certaine estime «Gadio est comme moi», n’a jamais quitté le poste convoité de Ministre des Affaires Etrangères pour lequel il a été choisi sur mille par Gorgui-chef.

Dans cette interview exclusive accordée au journal «Rewmi quotidien», Gadio aborde toutes les questions sans ambages, notamment la crise politique mauritanienne.


L’Accord Cadre de Dakar : Gadio livre sa lecture des négociations.
Ci-après, les extraits de cet entretien relatifs aux pourparlers de Dakar entre les 3 pôles politiques mauritaniens dont il est incontestablement, aux côtés du boss, une cheville ouvrière.

Question : Le Chef de l’Etat élu de la Mauritanie le Général Aziz vient de prêter serment. Vous avez été du début à la fin du processus pour la normalisation de la vie politique. Comment avez-vous menée les négociations entre le président Sidy d’abord, le Général Aziz et les autres forces de l’Opposition ?

Cheikh Tidiane Gadio : C’est là une question qui peut faire l’objet d’un livre. Je dirai simplement que le Président Wade a pris le temps de mûrir une stratégie et ensuite a actionné sa diplomatie pour apporter un concours fraternel à un peuple qui dans ses différents segments n’hésite pas à prouver son attachement à notre pays en déclarant : «il y’a le Sénégal et il y’a le reste du monde».

Vous savez en diplomatie on parle de «pays frères», «pays amis», il faudra enrichir ce lexique en ajoutant «pays parents» en ce qui concerne la Mauritanie et le Sénégal. C’est cette parenté et ces liens de sang très forts qui expliquent que le Sénégal ait pu réussir là où beaucoup avaient plié bagages pour rentrer chez eux.

En tout état de cause la Mauritanie, de sa place au banc des accusés, a –dans un remarquable élan de sursaut national- donné une leçon de résolution pacifique et intelligente d’une grave crise qui menaçait jusqu’aux fondements de la nation. Bravo donc à la classe politique mauritanienne.

Mais aussi bravo au Sénégal et à son Président qui ont assurément refermé les blessures du passé et ouvert à nouveau la voie à la complicité fraternelle et légendaire entre Mauritaniens et Sénégalais.

Question : Quels ont été les points chauds lors des négociations ?

CTG : Nous y reviendrons un jour sûrement. Les historiens de la diplomatie et des médiations africaines pour la paix lèveront un jour le voile sur ces points chauds. Pour l’instant rendons grâce à notre Seigneur que les points chauds ne se soient pas cristallisés pour embraser la Mauritanie.

Question : Quel a été l’apport de la France dans ces négociations ?

CTG : La France a joué un rôle éminent et positif. Je n’oublierai jamais - après une série infernale de nuits blanches - les yeux rougis de mon ami Jean Christophe Rufin (ambassadeur de France) et les mines épuisées de mes autres amis ambassadeurs des pays membres permanents ou africains du Conseil de Sécurité, tous membres éminents du Groupe de contact international sur la Mauritanie.

L’Espagne, l’Union européenne, l’oci et la Ligue des Etats arabes ont tous été superbes en accompagnant l’Union africaine, les Nations Unies et la médiation sénégalaise dans l’effort gigantesque qui a mené au résultat fabuleux que l’on sait. Une mention spéciale est due au talentueux Commissaire à la Paix de l’Ua, mon frère Lamrara, et au Représentant spécial des Nations Unies, l’ami de longue date Said Djinnit.


source :Rewmi
via cridem.org
Mardi 18 Août 2009 - 13:15
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542