Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

L'Union Africaine adopterait le plan de sortie de crise proposé par le Président de la République

Monsieur Bernard Kouchner, Ministre français des Affaires Etrangères et Européennes, interrogé en Commission des Affaires Etrangères du Parlement français, parle d'un nouveau plan pour sortir de la crise en Mauritanie


L'Union Africaine adopterait le plan de sortie de crise proposé par le Président de la République
Des sources diplomatiques proches du Ministre français des Affaires Etrangères et Européennes, Monsieur Bernard Kouchner, rapportent que ce dernier, interrogé en Commission des Affaires Etrangères du Parlement sur la situation en Mauritanie et les perspectives d’évolution après l’échec de la mission de médiation de Kaddafi, a répondu que l’Union Africaine possède un nouveau plan qu’elle dévoilerait lors de la réunion du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) prévue le 24 mars prochain à Addis Abeba. Ce plan prévoirait le retour du Président élu pour une durée de deux mois avec comme mission d’organiser des élections présidentielles libres et transparentes. Le Président ne pourrait se présenter à ces élections mais ces dernières seraient ouvertes à toute autre candidature autorisée par la loi.

D’autre part, le Général Ould Elghazouani, mis au courant de ce plan, lui aurait opposé une fin de non recevoir. Les mêmes sources précisent qu’au cas où la Junte s’obstinait dans son refus de toute solution de sortie de crise acceptable et en dépit (ou à cause) de l’appui du Colonel Kaddafi, la Communauté Internationale, à l’occasion de la réunion du Groupe International de Contact sur la Crise en Mauritanie, prévue fin mars, prendrait des mesures plus restrictives à son encontre.

La recrudescence des Coups d’Etat en Afrique et la prolifération de ce que l’Union Africaine qualifie de « fléau » sont, sans doute, pour quelque chose dans cette nouvelle orientation.

On rappelle que la Président de la République, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, avait proposé un plan de sortie de crise en quatre points à savoir :

« 1- La mise en échec du coup d’état, par l’éloignement de l’armée de la scène politique. Celle-ci devra se consacrer à ses missions primordiales, à savoir la défense de l’intégrité territoriale, la garantie de la sécurité et l’assistance à l’application de la loi ;

2- La restauration des institutions légitimes issues des élections de 2006 et 2007 dans leurs missions constitutionnelles, à travers le rétablissement du Président de la République dans la plénitude de ses prérogatives et l’exercice par lui de ses fonctions, conformément à la Constitution ;

3- Le recours à la Constitution comme référence dans le traitement des différentes questions nationales ;

4- Une fois les trois points précédents réalisés, je m’emploierai, en ma qualité de Président de la République, à la mise en œuvre des recommandations auxquelles la classe politique sera parvenue, y compris l’organisation d’élections législatives et présidentielles anticipées."

(Extrait du discours du Président lu au meeting du 22 janvier à Nouakchott).

Source:For-Mauritania

Jeudi 19 Mars 2009 - 15:12
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542