Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

La Coordination des Forces Démocratiques/DECLARATION sur les conclusions des « Etats Généraux de la Démocratie »


La Coordination des Forces Démocratiques/DECLARATION sur les conclusions des « Etats Généraux de la Démocratie »
Les rideaux sont tombés sur la mascarade pompeusement appelée « Etats Généraux de la Démocratie » (EGD), organisées par la junte militaire.

Comme on s’y attendait, ces journées ont abouti aux conclusions prédéfinies par les putschistes et annoncées par nous dans notre précédente déclaration. Sur le fond, nous avions annoncé à la veille de l’ouverture des « EGD », que pour ces journées, « tout est là pour dire : je me concerte avec vous sur ce que je vous demande de dire et d’accepter ». La suite des événements nous a cruellement donné raison.

À travers ces journées, la junte militaire cherchait fébrilement à légitimer le pouvoir qu’elle a usurpé le 6 août dernier. L’échec est patent. Le « Haut Conseil d’Etat » (HCE) ne s’est concerté qu’avec lui-même. Les délégations étrangères annoncées en grande pompe ne sont jamais arrivées. Et la suite est à l’avenant.

En cherchant à faire le nombre pour masquer l’illégitimité et le peu de représentativité de ces journées, la junte a organisé elle-même les conditions de son propre échec. Une cohorte de laudateurs abusivement appelée « Mauritanie des Profondeurs » a recouvert d’un voile opaque le peu de petites voix de bon sens, victimes consentantes d’un abus de crédulité.

En effet, ce qui tient lieu de Rapport Général des « EGD », adopté par la méthode de « l’approbation préalable », est non seulement un catalogue d’options contradictoires et de logorrhées, mais aussi et surtout, différent, dans sa substance, des rapports des ateliers qu’il était censé résumer. Ce rapport donne tout simplement un « blanc seing » à la junte pour choisir entre les options dégagées au cours de la mascarade et celles rajoutées par les rédacteurs commandités du rapport.

Mêmes ceux qui croyaient pouvoir trouver une tribune de débats produisant une esquisse de sortie de crise se sont rendus à l’évidence. Pas le moindre constat de crise et encore moins des propositions. Tous les participants sincères dénoncent la manipulation et le noyautage. L’échec est d’autant plus cuisant que le principal parti politique présent à ces journées, se déclare, in fine, non engagé par les conclusions retenues. Comment peut-on, en effet, apporter une caution à des recommandations aux conséquences aussi dangereuses pour notre pays ? Comment peut-on, aujourd’hui, accepter un dévoiement aussi flagrant de nos Institutions démocratiques ? Comment peut-on tolérer des amendements attribuant un statut politique constitutionnel aux forces armées et ce, en total recul par rapport aux conclusions et aux engagements de la période de transition ?

Face à cette situation, et fidèles à leur position de rejet absolu du Coup d’Etat militaire et de toute décision qui en émane, les partis politiques, centrales syndicales, organisations de la société civile, élus du peuple, réunis au sein de la Coordination des Forces Démocratiques :

-rejettent avec force les « conclusions » de ces journées qui ne ressemblent à rien ; et tout particulièrement les velléités de révision sur mesure de la Constitution et le forcing pour faire élire le Général Mohamed Ould Abdel Aziz en pseudo président de la République par une élection entièrement contrôlée à l’image des EGD.

-rappellent à toutes les forces vives de la Nation, l’impérieuse nécessité de faire échouer le Coup d’Etat et d’amorcer un dialogue constructif, afin de trouver une sortie de crise qui préserve la Démocratie et les Institutions Républicaines ;

-appellent les amis et partenaires de la Mauritanie à soutenir les efforts tendant à promouvoir un véritable dialogue national, pour la préservation de la Démocratie et des Institutions de la République.



Nouakchott, le 07 janvier 2009

La Coordination des Forces Démocratiques
Mercredi 7 Janvier 2009 - 17:21
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542