Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

La crise mauritanienne est réglée malgré les grands défis du nouveau gouvernement


La crise mauritanienne est réglée malgré les grands défis du nouveau gouvernement
APA – Nouakchott (Mauritanie) La crise mauritanienne née du coup d’Etat du 6 août dernier a finalement été réglée suite à d’intenses efforts de médiation conduits par le président sénégalais Abdoulaye Wade, secondé par le Groupe de contact international.

En effet, vendredi aux environs de minuit au Palais des congrès de Nouakchott, le président déchu, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi, a présenté sa démission au cours d’une cérémonie solennelle devant le Conseil constitutionnel, le président Wade et des représentants du Groupe de contact.

«Je déclare volontairement ma démission de ma fonction de président de la République », a-t-il déclaré dans un discours diffusé en direct sur les ondes de Radio Mauritanie.

Quelques instants plus tôt, Ould Cheikh Abdellahi a reçu la démission du gouvernement renversé, présentée par l’ancien premier ministre, Yahya Ould Ahmed El Waghev, et a signé le décret nommant le gouvernement d’union nationale, prévu par l’accord de Dakar.

L’agenda de la cérémonie, minutieusement organisée par les plus hauts responsables du protocole d’Etat, aura été suivi à la lettre, n’eut été un incident de dernière minute qui a failli tout gâcher.

Le président déchu, après s’être déplacé au podium pour lire son discours, a été informé par ses collaborateurs que la radio ne diffusait pas en direct, suite à quoi il regagne sa place aux côtés du président sénégalais.

Un silence de plomb règne dans la salle et des tractations sont vite engagées, aboutissant au bout d’une dizaine de minutes à la décision de retransmettre en direct le discours de démission.

Le règlement de la crise a été immédiatement salué par les principaux partenaires étrangers de la Mauritanie, surtout l’Union européenne, la France et l’Espagne.

"La Commission européenne salue la signature, par le Président de la République islamique de Mauritanie, des décrets mettant en oeuvre l'accord-cadre pour une solution consensuelle de retour à l'ordre constitutionnel", annonce un communiqué du commissaire européen au Développement, Louis Michel, rendu public vendredi.

Le commissaire européen a ajouté : « les différents pôles politiques mauritaniens ont su faire preuve d'esprit de compromis et de flexibilité afin de lancer un processus qui, je l'espère, mettra fin à cette longue période de gestion extraconstitutionnelle du pays".

Pour sa part, le ministère français des Affaires étrangères a indiqué, vendredi dans un communiqué, qu’il s’agit « d’une étape importante dans le processus de sortie de crise".

"La France demeure prête à apporter, avec ses partenaires internationaux, son plein soutien à la poursuite de la mise en oeuvre de l'accord", précise le Quai d'Orsay.

De son côté, le gouvernement espagnol, « a constaté avec une grande satisfaction la formation d'un gouvernement d'union nationale entre les principales forces politiques mauritaniennes".

"Cet événement ouvre la voie à l'organisation de l'élection présidentielle du 18 juillet", a souligné vendredi le ministère espagnol des Affaires étrangères dans un communiqué.

Cela ne veut pas dire pour autant que tous les problèmes ont été résolus dès lors que le nouveau gouvernement aura à organiser une élection présidentielle dans un délai aussi court que celui du 18 juillet prochain.

D’autant plus que ce gouvernement, dirigé par la majorité en la personne du premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, comprend des portefeuilles clés aux mains de l’opposition.

C’est le cas notamment du ministère de l’intérieur, directement concerné par l’organisation des élections, et de ceux de la défense, des finances et de l’information.

On est donc en droit de se poser la question de savoir si ce gouvernement travaillera dans l’harmonie nécessaire au bon fonctionnement des opérations électorales ou s’il sera victime de tiraillements entre les différents pôles politiques en son sein.

Une question dont la réponse est déterminante quant au sort du scrutin disputé par de véritables poids lourds comme l’ex président du Haut conseil d’Etat, le général Mohamed Ould Abdelaziz, le chef de file de l’opposition Ahmed Ould Daddah, le président de l’Assemblée nationale Messoud Ould Boulkheir ou encore le chef de la transition de 2005 – 2007, le colonel Ely Ould Mohamed Vall.


MOO/mn/APA
Lundi 29 Juin 2009 - 10:44
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543