Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

La «razzia-social-démocratie» : une alternative ?

(Quoiqu'écrit sur le ton du persiflage, cet essai se voudrait néanmoins sérieux!)


La «razzia-social-démocratie» : une alternative ?
En réfléchissant aux mécanismes et ressorts de la gabegie et aux voies et moyens d'en venir à bout m'est venue l'idée d'écrire cet essai.Ce faisant, je me proposerais de procéder à un examen soutenu de ce phénomène de société bien vivant et coriace qu'est la concussion. Vous aurez remarqué que j'ai parlé d'un « phénomène de société » intentionnellement car j'estime que les origines de ces mœurs déprédatrices séculaires plongent leurs racines dans nos tristement célèbres rezzous et razzias pratiqués par certaines tribus ; usages magnifiés et chantés par nos trouvères et poètes depuis la nuit des temps. Ces «petites manies» traditionnelles auront été si louées voire glorifiées qu'elles se sont érigées en règles coutumières non écrites et non dites ainsi qu'en automatismes et réflexes régissant la gestion tant publique que privée de l'activité politico-économique nationale.Et puisque ces mauvaises mœurs et accoutumances semblent si obstinées, rétives et assurément inexpugnables, tâchons donc de faire contre mauvaise fortune, bon cœur.Par conséquent, comme le dit si bien le proverbe arabe :«baise la main que tu ne peux pas encore couper».Déférent et obéissant à l'égard de la sagesse de cet adage arabe et sans doute Mauritanien aussi, je m'évertuerai donc dans cet article à sacrifier au rituel du baisemain.

Je m'y soumettrai si obséquieusement que je me ferais bien fort d'être, une fois n'est pas coutume, le théoricien, le chantre voire en certains moments le saltimbanque de la «razzia-social-démocratie».Un nouveau concept socio-politique de ma facture à faire pâlir d'envie mes prédécesseurs allemands et scandinaves, livides et fades doctrinaires de la «Sozialdemokratie».Mais, avant de présenter au grand public la trouvaille Mauritanienne, examinons brièvement ce qu'est la social-démocratie originelle européenne: «un Etat-providence qui protège la population ... et des niveaux de prélèvements élevés afin de financer les dépenses publiques via un impôt progressif…»(Wikipedia).L'originalité de notre version à nous autres du désert consisterait en ce qu'elle se proposerait d'ancrer et de consolider la culture social-démocrate en Mauritanie en l'arrimant à l'immémoriale culture de la razzia.Pas moins que cela, aussi simple et ingénieux à la fois , une évidence, une lapalissade.Devant le constat désespérant de notre impuissance à venir à bout de cette fatalité structurelle et sociologique qu'est la concussion essayons au moins de la mettre au service de la justice et de l'équité.Autrement dit, transmuter l'acte immoral, choquant et déshonorant en acte de haute portée morale et sociale.En somme, rendre à la razzia sa fonction distributive, collectiviste d'avant la colonisation (1905)....

(la suite sur le blog)

http://vindicte.blogspot.com

Samedi 9 Mai 2009 - 15:41
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542