Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le Front dénonce la partialité de Kaddafi et réaffirme sa disponibilité pour le dialogue

Image du meeting du 19 février 2009 (archive For-Mauritania)


Le Front dénonce la partialité de Kaddafi et réaffirme sa disponibilité pour le dialogue
Dans un nouveau communiqué paru aujourd'hui et dont For-Mauritania a obtenu copie, le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD), réaffirme sa disponibilité à participer et à faire réussir tout dialogue sérieux mené sous l'égide du l'Union Africaine et du Groupe International de Contact (GCI) et ayant pour but de faire sortir la Mauritanie de l'ornière où elle se débat depuis le Coup d'Etat du Général limogé. Dans ce communiqué, le Front revient sur les détails de ce qui était censé être une médiation et qui se révèle être une opération de marketing politique commandée par une Junte aux abois auprès du plus vieux putschiste du Continent, imprudemment parachuté président de l'Union Africaine.

Celui qui préside l'Union Africaine s'est révélé être le premier à bafouer ses règlements. Ni la démocratie, ni la nécessité d'endiguer la contagion des coups d'Etat, ni la stabilité de la Mauritanie et encore moins son développement économique ne trouvent de grâce aux yeux de Kaddafi, obnubilé par le trophée qu'il exhibera à la face des autres dirigeants arabes et qui est la fermeture de l'Ambassade d'Israël. La belle affaire!

Il est à rappeler que de son côté, le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), la troisième partie prenante désignées par le GIC, a, lui aussi, rejeté et dénoncé la partialité du Président libyen et sa caution apportée à l'agenda des Putschistes et notamment à l'organisation des élections présidentielles le 6 juin prochain.

Cet agenda unilatéral a été aussi dénoncé et qualifié d'inacceptable par le GIC, GIC dont Kaddafi tient son mandat de médiateur.


Voici le texte du communiqué du FNDD:
Front National pour la Défense de la Démocratie

(FNDD)



DECLARATION

Le FNDD vient d'assister avec consternation à l'échec de ce qui devait être le prélude d'un processus de dialogue entre les parties mauritaniennes concernées sous les auspices du Président en exercice de l'Union Africaine, le Guide Mouammar Kaddafi, conformément à la décision du Groupe de Contact International (GCI) prise lors de sa réunion du 20 février 2009 à Paris.

Depuis quelques jours le Guide Kaddafi a entamé, en Libye, une série d'entretiens séparés avec les principales parties concernées. Cela a conduit le Président de la République M. Sidi Mohamed O. Cheikh Abdellahi, le Président de l'Assemblée Nationale M. Messaoud O. Boulkheir et la Direction du FNDD à aller tour à tour en Libye pour exposer leurs propres points de vue au Guide Libyen. Il en a été de même du Chef de la Junte militaire et du Président du Parti RFD.

Au cours de ces entretiens, le camp de la légalité Constitutionnelle a édifié le Guide Libyen sur la nécessité d'inscrire le dialogue dont il se propose d'être le facilitateur, avec la pleine participation des Organisations et Etats membres du GCI, dans le respect intégral de la Constitution Mauritanienne et dans le cadre et paramètres des Communiqués du GCI, notamment ceux du 21 novembre 2008 et du 20 février 2009.

Dès son arrivée, le dimanche 8 mars 2009, à Nouakchott - qui a d'ailleurs donné lieu, comme on pouvait s'y attendre à une série de manifestations et de gestes ostensiblement en porte à faux avec la nature de la mission de médiation - l'équipe du Guide Libyen a soumis à titre informel au FNDD et vraisemblablement aux autres parties, une proposition de cadre de référence de dialogue et ce, pour appréciation préliminaire.

Le mardi 10 mars, en milieu de journée, la Direction du FNDD a rencontré l'équipe Libyenne à laquelle elle fit part de ses observations globalement favorables à la proposition Libyenne sous réserve de certains amendements destinés à souligner davantage la référence au Corpus des décisions de l'Union Africaine et du GCI ainsi que certaines mesures de nature à conférer plus de crédibilité au dialogue à entamer. La partie Libyenne a promis de remettre au FNDD, une heure plus tard, sa proposition officielle de document cadre à soumettre à la signature des parties concernées.

Nous avons été surpris d'apprendre dans la soirée, par la voix du chef de l'équipe libyenne, sur une chaîne satellitaire, qu'un accord entre les parties est trouvé et qu'il sera signé le lendemain.

Plus tard, le même responsable Libyen remit au FNDD un document qui, dès la première lecture, s'est avéré sans aucun rapport avec la première version et épousait manifestement l'agenda unilatéral en cours de la junte, au point qu'il s'est donné pour principal objet de définir les modalités d'organisation de la mascarade électorale du 6 juin 2009 telle que planifiée et orchestrée par le Général Ould Abdel Aziz pour résoudre sa propre crise de légitimité.

En dépit de son étonnement devant ce rebondissement spectaculaire dans l'entretien de la confusion, le FNDD s'est employé calmement à préparer une contreproposition de déclaration de cadre de dialogue à resoumettre à la partie Libyenne. Ce qu'il n'eut nul besoin de faire, dans la mesure où la partie Libyenne semblait avoir oublié la suite du calendrier de concertation.

La brève péripétie des préliminaires des pourparlers n'aura pas dissuadé le Guide Libyen d'extérioriser sa volonté d'imposer le fait accompli du Coup d'Etat. En effet, et ce fut le point d'orgue de la confusion, le Guide Libyen annonçait au cours d'un show médiatique et populaire, que la Démocratie n'était pas bonne pour la Mauritanie et l'Afrique de façon générale et réciproquement, les coups d'Etat étant le mode d'accès au pouvoir le plus usité en Afrique, et que « la négociation était terminée». Les Dirigeants du FNDD et une partie du public n'eurent alors d'autre choix que de se retirer de la salle pour marquer leur rejet de ces propos. Il choisit alors ce moment précis pour entonner, debout le bras levé, un slogan : «En avant pour le six six ! En avant pour le six six !» en référence à l’agenda, électoral unilatéral de la junte.

Devant la gravité de la tournure des événements, le FNDD tient à exprimer son indignation en pensant aux citoyens mauritaniens qui endurent depuis plus de sept mois les sacrifices les plus nobles pour la préservation des valeurs démocratiques et des acquis de la République et à la Communauté Internationale qui a unanimement condamné le coup d'Etat du 6 août 2008, exigé le rétablissement de l'ordre constitutionnel issu des élections de mars 2007 et œuvré depuis lors sous l'égide de l'Union Africaine à cet effet.

Le FNDD est d'autant plus scandalisé que le président en exercice de l’Union Africaine, qui est censé faire respecter et veiller à la mise en œuvre des décisions de celle-ci, puisse prendre le contrepied des décisions de l’Union et soutenir, en particulier, la candidature d’un Général putschiste entrant ainsi en contradiction flagrante avec l’esprit des textes qui la régissent.

Le FNDD saisit cette occasion pour lancer un appel pressant à la Communauté Internationale et en particulier au GCI pour mettre fin à ce forcing tendant à imposer l'agenda des Putschistes.

Pour sa part, le FNDD poursuivra sa lutte pour la mise en échec du Coup d'Etat du Général Ould Abdel Aziz et le rétablissement de l'ordre constitutionnel, et restera ouvert à un dialogue crédible, sérieux, supervisé par la Communauté Internationale et qui s'inscrit résolument dans le cadre des décisions de l'Unité Africaine et du GCI.

Nouakchott, le 13 Mars 2009

La Conférence des Présidents
Vendredi 13 Mars 2009 - 22:47
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542