Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

'Le RFD est le seul parti démocratique'


'Le RFD est le seul parti démocratique'
Le leader du Rassemblement des Forces Démocratiques a fait une affirmation des plus inattendues sur les ondes d’une radio internationale. Le RFD est un parti démocratique parce qu’il est le seul à porter le mot « démocratique » dans son nom. Si c’est là un argument fourni par ses conseillers, Ahmed Ould Daddah devrait se faire beaucoup de soucis et penser déjà à mieux s’entourer.

D’abord parce que l’argument lui-même ne prouve rien. Les pays du bloc de l’Est ou Démocraties populaires connus, n’est-ce pas, pour leur grand respect de la liberté et de la Démocratie portaient presque tous dans leur dénomination le mot Démocratie. Cette particularité ne les a pourtant pas empêchés de produire et multiplier goulags et camps d’éducation et de réprimer vigoureusement toute tentative d’émancipation et d’éclosion d’un printemps des libertés.

Ensuite parce que l’affirmation est erronée. En effet le RFD partage ce rare privilège avec le PRDS de Ould Taya reconverti en PRDR avec toujours le mot « Démocratique » dont la présence peut avoir beaucoup de vertus, y compris, avec un peu de chance, celle de consacrer l’exercice libre, transparente et démocratique des affaires du parti et du pays.

Enfin, l’argument reste quand même tenu. Il est sorti comme si l’on était à ce point si conscient de l’incongruité de la position soutenue que l’on se sent obligé de marteler l’attachement à la démocratie pour mieux s’en convaincre et emporter l’adhésion des millions de sceptiques qui voyaient en Ahmed Ould Daddah le leader historique qui incarnait et personnifiait l’opposition à la dictature, donc objectivement le défenseur invétéré des libertés et de la Démocratie.

Ahmed Ould daddah aurait tort de penser qu’il pourrait tirer profit de l’affaiblissement de la Démocratie et de l’institution présidentielle. Ce qu’il vient d’entériner en accordant son soutien au putsch c’est bien le droit aux militaires de s’immiscer dans la gestion politique. L’Histoire retiendra que le leader historique de l’opposition démocratique a contribué à l’émergence d’une démocratie sous la tutelle de l’Armée. Ce n’est pas le terrain sur lequel on s’attendrait à rencontrer un démocrate républicain ; et le passé du leader du RFD ne suffira à atténuer la portée d’un tel choix. Qu’a-t-on retenu du maréchal Pétain ? Le régime de Vichy, l’homme qui a accepté de collaborer avec l’ennemi. Ce seul choix a réécrit ses états de service et réduit le vainqueur de Verdun à un vulgaire traître à la patrie.

Ahmed Ould Daddah est un leader politique et à ce titre on ne peut lui faire le reproche d’aller à la conquête du pouvoir. Mais cet objectif peut-il justifier la caution à un putsch militaire ? Ahmed ould Daddah a rappelé qu’il fixait principalement trois préalables à toute participation à un gouvernement sous tutelle militaire : (i) la fixation d’une date de retour à l’ordre constitutionnel dans une fourchette de 6 à 12 mois (ii) l’engagement des militaires à ne pas se présenter à l’élection et (iii) à ne soutenir aucun candidat. Ce faisant, il établit les priorités : ce sont là les trois points « extrêmement importants » à ses yeux dont dépendra son élection à la magistrature suprême. Pour quoi faire ensuite ? Gouverner avec la hantise de se faire déposer par les militaires si d’aventure ils n’étaient pas satisfaits de la gestion d’un Ahmed ould Daddah démocratiquement élu par le peuple souverain (conformément à la jurisprudence validée par…Ahmed ould Daddah lui-même) ?

Abdoulaye Diagana
Lundi 1 Septembre 2008 - 10:11
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542