Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le RFD met fin à sa coordination avec les parlementaires favorables au putsch en Mauritanie


Le RFD met fin à sa coordination avec les parlementaires favorables au putsch en Mauritanie
Le groupe parlementaire du Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d’Ahmed Ould Daddah, le plus grand parti d’opposition en Mauritanie, a mis fin à sa coordination politique avec les autres parlementaires favorables au coup d’Etat ayant renversé l’ex-président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, le 6 août dernier.

« Nous ne sommes pas parvenus à un accord avec nos partenaires et nous mettons un terme à notre coordination politique avec eux », a déclaré le député Abderrahmane Ould Mini, président du groupe parlementaire du RFD, au cours d’un point de presse mercredi à Nouakchott.

Ould Mini a précisé que le principal point de discorde a été l’éligibilité des membres du Haut conseil d’Etat, au pouvoir à Nouakchott, indiquant que son parti exige l’interdiction de candidature à la présidentielle de toute personne revêtant le statut de militaire à la date du 6 août 2008.

C’est, selon lui, la seule façon de donner au peuple mauritanien la possibilité de choisir librement ses dirigeants, loin de toute pression ou influence.

« La Mauritanie vit actuellement une crise aiguë due principalement aux pressions extérieures », a aussi dit le député Ould Mini qui a appelé le Haut conseil d’Etat à prendre conscience des dangers qu’encoure le pays.

Il a réitéré la position de son parti qui considère le putsch comme un « mouvement de rectification » d’un processus démocratique ayant déraillé.

« Nous avons été surpris par l’obstination totale de nos partenaire à vouloir laisser la porte ouverte aux membres du Haut conseil pour la candidature à la présidentielle », a pour sa part déploré la député Nana Mint Cheikhna, lors du même point de presse.

Elle a pourtant considéré que la présentation comme candidat est un droit constitutionnel garanti à tout citoyen mauritanien du point de vue juridique mais que le contexte politique national et sous-régional recommande de mettre des garde-fous afin d’éviter la répétition du scénario de 2005.

La députée Mint Cheikhna a rappelé qu’à l’issue du coup de force d’août 2005 qui avait déposé l’ancien président Maaouya Ould Taya, les membres du Conseil militaire ayant pris le pouvoir s’étaient interdit la candidature à l’élection présidentielle de mars 2007. Pour elle, « on ne doit pas rester en deçà de cette condition ».

Le président du groupe parlementaire du RFD devait reprendre la parole pour dire que « l’échec rapide » de l’expérience démocratique passée s’explique par la façon par laquelle « les putschistes de 2005 avaient emmené et fait élire Ould Cheikh Abdellahi qui vivait depuis plus de 20 ans à l’étranger et méconnaissait totalement la situation du pays ».

Au nombre de 17 sur un total de 95, les députés du RFD ont cependant fait part de leur disponibilité à mener toute discussion allant dans le sens de leur exigence en matière de non éligibilité des militaires.


__________
Source: APA
(M) avomm

Mercredi 10 Septembre 2008 - 20:05
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542