Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le RFD tire sur la sonnette d’alarme : Déclaration

La Mauritanie traverse actuellement plus que jamais une crise politique aiguë et multiforme aux dimensions économiques, sociales, politiques et sécuritaires. L’ensemble des secteurs économiques sont quasi paralysés sous les effets conjugués de la crise économique mondiale...


Le RFD tire sur la sonnette d’alarme : Déclaration
...de l’improvisation et la mauvaise gestion et de l’enracinement des pratiques de l’Etat patrimonial, sans parler de l’incapacité des gouvernants à mettre en place une vision globale pour une reprise de l’activité économique.

Sur le plan social, la crise s’étale au grand jour. Le chômage endémique sévit au sein des jeunes et des diplômés, les services de base d’eau et d’électricité sont inexistants, les inondations menacent des centaines de milliers de citoyens dans leurs habitations, dans leurs biens et même dans leurs propres vies, sans parler de la montée vertigineuse des prix.

En cette saison de grande chaleur, les autorités se trouvent dans l’incapacité totale – malgré les promesses et engagements maintes fois ressassés à l’adresse des pauvres et des sinistrés – de faire face efficacement à ces conditions déplorables. Bien au contraire, le régime en place se montre aussi désintéressé et indifférent au sort du peuple, au point qu’il ne daigne même pas s’adresser à lui pour expliquer ce qui se passe et avancer des solutions.

Il n’est nul besoin de rappeler l’état calamiteux des établissements de santé publique qui ont perdu toute crédibilité auprès du citoyen qui se trouve dans l’obligation – quelque soit la modestie de ses moyens – de se soigner, pour la plus simple maladie, à l’extérieur du pays.
A cela s’ajoute l’expansion des épidémies pour cause de malnutrition, d’amoncellement d’ordures et d’immondices et de stagnation des eaux de pluie jusqu’à sur les principales avenues de la capitale et dans des grandes villes du pays.

Sur le plan sécuritaire, il a été observé une large recrudescence des crimes et délits ainsi que des atteintes à l’intégrité physique des personnes et à leurs biens, au point que notre pays est devenu l’un des repères du crime organisé à l’échelle internationale tel que le terrorisme ou le trafic de drogue.
Ce fléau se développe sous l’effet du découragement et de la frustration qui touchent les jeunes, ce qui leur fait perdre tout espoir d’une vie digne dans leur propre pays ; à cela s’ajoute l’incapacité des institutions de l’Etat -administration et justice- à faire face à ces phénomènes.

Sur le plan extérieur, les velléités d’hégémonie sur notre souveraineté nationale font l’objet de luttes ouvertes, au grand jour, entre puissances étrangères.

Notre pays qui se débat dans cette dangereuse situation vit en même temps une crise politique profonde caractérisée depuis le 06 Août 2008 par le fossé qui sépare le peuple des gouvernants ayant spolié le pouvoir et essayé, par la suite, de le légitimer par le biais du scrutin du 18 Juillet 2009 entaché de fraude ; cette fraude s’est manifestée à travers l’utilisation des moyens et du pouvoir de l’Etat, la manipulation des listes électorales et des bulletins de vote, l’appropriation des médias publics, en flagrante violation de la lettre et de l’esprit de l’accord de Dakar, de la Constitution et des lois du pays ainsi que des principes démocratiques universellement reconnus.

Il est évident que la reconnaissance des résultats de ces élections par certains milieux à l’intérieur ou l’extérieur du pays - pour des raisons bien données- ne légitime en rien ce que les Mauritaniens considèrent comme étant un scrutin biaisé par la fraude, les irrégularités et les défauts qui l’ont entaché.

A cet effet, le RFD rappelle que la solution de la crise que vit le pays nécessite la solidarité de toutes les bonnes volontés nationales en vue d’édifier, ensemble, des institutions démocratiques qui reflètent pleinement la volonté du Peuple mauritanien et lui garantissent le libre choix de ses gouvernants tout en protégeant le pays des convoitises extérieures qui visent ses capacité économiques et sa position géostratégique.

Aussi, le RFD convie l’ensemble des forces vives nationales à œuvrer ensemble pour faire face à cette grave situation qui menace la sécurité du pays, son intégrité et la pérennité de l’Etat.

Conscient de ses responsabilités envers la Nation, le RFD lance un appel pour l’instauration d’un dialogue national sérieux qui permette d’analyser la situation actuelle et ses causes, en commençant par la conduite d’une enquête sur le déroulement du scrutin du 18 juillet 2009, ce qui aura pour conséquence de préparer le terrain à l’avènement d’une solution consensuelle de sortie de crise.

Dans la conjoncture actuelle, le RFD convie l’ensemble de ses militants à davantage de mobilisation et à continuer à œuvrer pour l’édification d’un Parti politique national et responsable, porteur d’un projet qui prend en charge les attentes des Mauritaniens et préserve leur unité face aux défis grandioses auxquels ils sont confrontés.

Nouakchott, le 16 Septembre 2009

Le Comité Permanent

source:Tahalil Hebdo
http://www.journaltahalil.com/detail.php?id=2991&categ=2
Jeudi 17 Septembre 2009 - 19:03
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Mahfoudh Simbara le 18/09/2009 03:30

Le problème de la Mauritanie ce n'est pas la démocratie ou les élections avec fraude.
Notre problème N° c'est la cohabitation entre les Noirs et les Beydanes.
L'opposition dans sa grande majorité est responsable de cette situation, ainsi que son évolution dans le temps avec les princes et les rois nouvellement Généraux.
Les militaires conscients la faiblesse et l'égoïsme de nos opposants, utilisent par conséquent les uns contre les autres pour garder le pouvoir de 1978 jusqu'à la fin des temps.


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541