Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le camp des moufcidines se ligue avec Ahmed Ould Daddah.


Le camp des moufcidines se ligue avec Ahmed Ould Daddah.
C’est à une véritable reconfiguration des contours de la scène politique que l’on assiste ces jours-ci. Si pour le citoyen lambda, il est difficile de se retrouver dans cette nouvelle recomposition du paysage politique, l’observateur averti lui, ne sera cependant pas surpris, outre mesure, par les alliances (contre nature) qui se font et se défont.

Car derrière le flou apparent, et savamment entretenu d’ailleurs, il existe un fil conducteur qui explique le nomadisme intéressé auquel on assiste aujourd’hui.

De fait, un regard scrutateur permet de constater que ceux sont les mêmes groupes qui en 2007 avaient suscité la candidature malheureuse de Zeine Ould Zeidane à l’élection présidentielle de l’époque qui se ruent aujourd’hui dans les bras du leader du RFD monsieur Ahmed Ould Daddah. Visiblement, ces lobbies cherchent à le porter à la magistrature suprême.

Pour réaliser leur projet, ils ont mobilisé de gros moyens financiers en vue de faire réussir la campagne de leur nouveau poulain. On parle de plus d’un milliard d’ouguiyas qu’ils auraient versé dans l’escarcelle d’Ahmed Ould Daddah, en plus de la prise en charge des frais de location de l’hôtel Emira Palace où siège son QG de campagne et d’un petit avion portant son effigie, qu’ils auraient mis à sa disposition pour assurer ses déplacements à l’intérieur du pays.

La question qui effleure toutes les lèvres est de savoir qu’est ce qui explique cette soudaine alliance entre ces groupes et Ahmed Ould Daddah ; un homme qui par le passé, avait subi de nombreuses brimades et injustices dues, pour l’essentiel, aux manœuvres sournoises de ses nouveaux « amis », si jamais ce terme a un sens pour eux.

La réponse est toute trouvée : d’un côté, le vieil opposant qui est à sa quatrième tentative de conquête du moelleux fauteuil présidentiel et probablement la dernière, en raison de la limite d’âge qui le frapperait à la prochaine course présidentielle, joue son va-tout et est en conséquence prêt à nouer alliance avec le diable s’il estime que celui-ci peut l’aider à concrétiser son vieux rêve et de l’autre, les lobbies de moufcidines qui misent gros dans une ultime tentative pour reconquérir un pouvoir à jamais perdu. Un régime qui leur avait permis de sucer, deux décennies durant, en toute impunité l’économie de ce pays qu’ils ont mis à sac.

En somme, ceux qui ont noué alliance avec Ould Daddah sont ceux là-mêmes qui avaient suscité, il y a quelques jours, les timides manifestations exigeant le retour aux affaires de l’ancien dictateur Maaouiya Ould Sid’ Ahmed Taya. C’est lorsqu’ils ont désespéré de faire avaler cette amère pilule au peuple mauritanien qui est loin d’avoir une mémoire courte que leurs stratèges, en mal d’inspiration, ont dévoilé le plan B qui consiste à mettre tous les moyens à la disposition d’un autre poulain.

Mal leur en apprendra puisque leur tentative sera soldée par un échec aussi retentissant que celui qu’ils avaient subi lors de la dernière élection présidentielle de 2007 lorsque leur cheval de bataille en l’occurrence Zeine Ould Zeidane n’a pas pu franchir le cap fatidique du premier tour. Vivement donc le 18 juillet prochain qui sonnera le glas.


Source: leveridique VIA CRIDEM
Jeudi 2 Juillet 2009 - 15:23
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542