Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le chef de la junte guinéenne au Maroc pour des examens médicaux


Le chef de la junte guinéenne au Maroc pour des examens médicaux
Conakry - Le capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte au pouvoir en Guinée qui a été blessé jeudi par des soldats rebelles, s'est rendu au Maroc pour y subir des examens médicaux, ce qui laisse planer une incertitude sur son avenir politique.

L'agression, qui a visé l'homme fort de la Guinée arrivé au pouvoir en décembre 2008 à la faveur d'un coup d'Etat sans effusion de sang, confirme l'instabilité persistante qui règne dans le pays.

De source diplomatique sénégalaise, on précise qu'il a voyagé à bord d'un avion burkinabé et était accompagné par un médecin sénégalais. Peu d'information a été fournie sur son état de santé mais un membre de la junte a affirmé qu'il avait été légèrement blessé et que sa vie n'était pas en danger.

"Ce qui est sûr, c'est que très peu de gens l'ont vu depuis l'attentat", a dit un haut responsable ayant requis l'anonymat. "Il est blessé mais il marchait, aidé par ses gardes du corps", a indiqué un militaire qui a affirmé avoir vu Camara jeudi soir à la base aérienne de Conakry.

"Il est parti là-bas pour un bilan de santé", a déclaré pour sa part à Reuters le ministre de la Communication, Idrissa Cherif. "Le pouvoir est aux mains du CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement) et du gouvernement", a-t-il ajouté. Le départ de Camara pose la question de son avenir politique et de sa capacité à se maintenir à la tête de l'Etat.

CLÉ DE LA SURVIE

Bien que la question de sa destitution n'ait pas été posée, spécialistes et observateurs font remarquer qu'il pourrait ne pas revenir en Guinée et être contraint à l'exil.

"S'il quitte le pays, c'est fini pour lui", a jugé un diplomate à Conakry, s'exprimant sous le sceau de l'anonymat. "S'il a été évacué vers le Maroc pour des soins médicaux, cela signifie qu'il y a quelque chose de grave. Cela n'a pas l'air bon pour Dadis", a commenté Richard Moncrieff de l'International Crisis Group.

"Depuis qu'il est arrivé au pouvoir, il ne s'est quasiment jamais absenté. Il a besoin d'être présent, de garder un oeil sur ses rivaux, de rester au contact de ses troupes. Il sait que c'est la clé de sa survie", a-t-il ajouté.

La junte, déterminée à montrer qu'il n'y a pas de vacance du pouvoir, a fait savoir que l'ordre avait été rétabli à Conakry.

Des habitants de la capitale rapportent avoir entendu des coups de feu au cours de la nuit alors que les soldats pourchassaient des suspects et occupaient des points stratégiques de la ville.

"Le gouvernement peut fournir l'assurance que la situation est sous contrôle", a dit un membre de la junte intervenant à la télévision officielle.

De sources militaires, on rapporte que le lieutenant Aboubacar "Toumba" Diakité, ancien aide de camp de Camara considéré comme l'instigateur de l'attaque, a été arrêté à Kassa, une île au large de Conakry où il s'était réfugié avec une partie de ses hommes.

Selon des associations de défense des droits de l'homme et des témoins, Toumba est le principal responsable du massacre du 28 septembre lors d'une manifestation de l'opposition.

Un diplomate note que Camara a probablement tenté de faire porter la responsabilité de ces exactions sur Toumba afin de se dédouaner. "Pour lui (Camara), c'est le seul moyen de s'en sortir", ajoute ce diplomate.

source : L'Express
Vendredi 4 Décembre 2009 - 23:24
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Fouta le 06/12/2009 13:10
Dadis est un fou malade, il est le pire ennemi de la Guinée, sa place était dans un hopital , il ne mérité même pas la pitié. Toumba aussi n'a pas sa place dans l'armée sinon il ne raterait pas Dadis un VIOLEUR, SANGUINAIRE, pauvre nous Africains qui sommes toujours à la merci des militaires.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542