Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Le dilemme du HCE


Le dilemme du HCE
Les auteurs du coup d’Etat du 6 août 2008 sont-ils en train de donner raison aux craintes de la communauté internationale et aux appréhensions du peuple face à un changement qui n’en est pas un ?

Tout porte à le croire.

La situation actuelle évolue de plus en plus au détriment des généraux dont les arguments ne tiennent pas la route devant le rouleau compresseur du FNDD et à l’intransigeance de la communauté internationale. La Mauritanie ne dispose que d’un petit mois pour déposer sur la table de l’UE des propositions concrètes dont la teneur doit être très claire. Les grandes lignes du document ont été déjà suggérées à la junte.

En les acceptant, les militaires ouvrent la porte des négociations mais en même temps ils remettent en cause la position jusque là défendue par le président du HCE à savoir un «niet » catégorique sur le retour de Sidi. Or, c’est là un préalable à toute discussion fixée par l’UE et l’UA.

En revanche, si les autorités de Nouakchott refusent de se conformer au schéma tracé par la communauté internationale, elles perdront le peu de capital de confiance dont elles ont été créditées par quelques amis tels que le Sénégal et dans une moindre mesure le Maroc.

Le nouveau pouvoir est devant un dilemme. Ou bien, il met les intérêts de la Mauritanie au-dessus de tout ou au contraire, il s’agrippe à ses illusions et il finira par en assumer les lourdes conséquences. Le danger le plus redoutable que risque de faire encourir la junte au pays est, au-delà des sanctions économiques et un isolement diplomatique, la confiscation du pouvoir par les généraux.

Depuis quelques jours, des rumeurs font état d’un amendement de la constitution pour autoriser une candidature probable du général Ould Abdel Aziz. D’autres supputations parlent de parrainage par les militaires putschistes de la candidature d’Ahmed Ould Daddah ou de l’actuel Premier Ministre. Les noms de Ould Guig ou encore de Sidi Mohamed Ould Boubakar circulent dans les milieux politiques proches de la junte.

En tournant définitivement le dos à la communauté internationale, la junte reste seul maître du jeu. Les pressions intérieures ne serviront plus à rien contre sa détermination à imposer sa loi. Une parodie d’élection présidentielle suffira pour «légitimer » le futur président. C’est d’ailleurs ce scénario malheureux qui commence à se dessiner si on suit de près la chronologie des évènements d’avant et d’après putsch.

Les plus pessimistes vont jusqu’ à dire que l’entêtement du HCE est une stratégie savamment planifiée par le général qui veut jouer son va-tout. En cas d’échec face à la communauté des bailleurs de fonds, le chef de la junte trouvera un alibi pour justifier toutes sortes de manquements à la démocratie, à la bonne gouvernance, à la lutte contre la pauvreté.

Déjà, les partisans du nouveau pouvoir ont affûté leurs armes pour se préparer à une campagne de mise en garde de la communauté internationale. Cela signifie en clair que les propositions tant attendues par l’UE et l’UA accoucheront du même avorton. A moins d’un revirement spectaculaire. Surprenant…

Cheikh Tidiane Dia



_________________
Source: lerenovateur
(M) i[avomm]
Lundi 27 Octobre 2008 - 17:44
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542