Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Les Mauritaniens célèbrent le Ramadan par des jeux traditionnels et des visites entre voisins


Les Mauritaniens célèbrent le Ramadan par des jeux traditionnels et des visites entre voisins
Les Mauritaniens célèbrent l'arrivée du Ramadan, pour lequel ils se sont préparés à la fois financièrement et spirituellement. La routine journalière est marquée par des changements durant ce mois sacré, et les familles et les salariés organisent leurs emplois du temps autour des prières et du jeûne.

Dès le coucher du soleil et lorsque retentit l'adhan du soir, les familles se précipitent pour se réunir autour de la table de l'iftar.

Les verres de thé s'entrechoquent joyeusement, tandis que l'azreek (un mélange très prisé de lait et d'eau) remplit les tasses autour de la table. La soif est alors épanchée, et le pays revient à la vie, après une journée étouffante durant laquelle les températures peuvent parfois dépasser les 40 degrés dans certaines régions.

Après l'iftar, les Mauritaniens se dirigent individuellement ou en groupes vers la mosquée pour les prières du soir du taraweeh. La foule emplit les mosquées pour écouter des récitations à voix haute du Coran, et les rues sont pratiquement désertées. La spiritualité enveloppe chacun et prend le pas sur le rythme de la vie, pendant que les Musulmans demandent le pardon d'Allah.

"Je remarque que de nombreux jeunes viennent ici pour chercher un élan spirituel, que ce mois symbolise aux yeux des Musulmans", explique Mohamed Saed, 35 ans, avant de se rendre à la mosquée. "Les anciens préfèrent la retraite (i’tikaf), suivant l'exemple du Prophète (que la paix soit sur Lui)."

Les Musulmanes disent souvent les prières du taraweeh chez elles, respectant en cela une fatwa musulmane. "Il est préférable pour une femme de prier chez elle, pour éviter de se mélanger aux hommes", explique le professeur d'études islamiques Lemrabott Ould Wedou.

D'autres femmes se rendent à la mosquée pour prier, formant des queues qui attendent derrière les hommes. L'une d'elles, qui a préféré rester anonyme, a expliqué à Magharebia : "Je ne vois pas pourquoi nous, les femmes, ne pourrions sortir pour prier à la mosquée, dès lors que nous respectons les règles de l'Islam."

Après les prières, des jeux traditionnels comme l'ekrour et l'essik dominent les nuits ramadanesques, en particulier pour les femmes. Dans tout le pays, elles forment des équipes qui jouent les unes contre les autres.

L'Ekrour se joue au moins à deux à l'aide de quinze petites billes, réparties entre quatre et six trous. Celui ou celle qui empêche le plus de billes de tomber dans les trous remporte la partie.

L'Essik est un jeu traditionnel comportant sept petites pièces de bois peintes en noir sur une face et en blanc sur l'autre. Un joueur lance toutes les pièces par terre, et le jeu consiste alors à faire tomber autant de pièces que possible avec la face noire visible. Ce jeu peut se jouer avec deux à douze joueurs, et il peut parfois durer deux heures.

"J'ai formé des équipes avec mes amies pour jouer à l'essik pendant la soirée après le dîner depuis la première nuit du Ramadan. C'est une habitude que nous suivons chaque année pour nous relaxer et nous détendre", explique Selma, 45 ans, originaire de la ville de Zouérat, dans le nord de la Mauritanie.

Certaines femmes jouent à ces jeux par nostalgie. Zeineb, la quarantaine, explique : "Ma mère et ses amies avaient l'habitude de jouer à ces jeux traditionnels durant les nuits calmes du Ramadan après le repas du soir, tout en respectant bien entendu les temps de prières", explique-t-elle. "Aujourd'hui, nous jouons à l'essik et à l'ekrour en souvenir de ces femmes qui ont réussi à tirer parti du meilleur des deux mondes", dit-elle en souriant. "La vie n'est pas faite que de prières, et les gens ne sont pas des anges."

Au vu de la popularité de ces jeux, il est clair que la recherche de la spiritualité ne domine pas complètement la vie des Mauritaniens durant le Ramadan. Dès la fin des prières du taraweeh, des cohortes de Musulmans rentrent chez eux pour le thé vert et le repas du soir, et pour rendre visite à leurs voisins.

A l'aube, les mosquées se remplissent à nouveau de fidèles, qui espèrent qu'Allah répondra à leurs prières et les soulagera de leurs peines. Après les prières, la foule se disperse et rentre, non pour manger cette fois, mais pour quelques heures de sommeil avant de se rendre au travail.

Au début du Ramadan, le gouvernement réduit le temps de travail de tous les fonctionnaires de deux heures, à l'exception de ceux qui travaillent dans les hôpitaux et les services de sécurité. Cela "donne aux fonctionnaires la possibilité d'aider chez eux et de passer plus de temps avec leurs familles", explique Lalla Ment Mohamed, une fonctionnaire.

Mohamed Yahya Abdel Wedoud


Source: magharebia
Vendredi 4 Septembre 2009 - 13:40
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Salem le 04/09/2009 14:22
Ramadan tres bien cette année à mauritanie à cause des boutiques de ould abdel aziz, courage mr le president

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541