Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Les autorités mauritaniennes sensibilisées sur la loi incriminant l’esclavage


Les autorités mauritaniennes sensibilisées sur la loi incriminant l’esclavage
Les autorités administratives, sécuritaires, judicaires et municipales de la wilaya (région) de l’Assaba, sud-est mauritanien, font l’objet depuis samedi d’un atelier de sensibilisation sur la loi incriminant l’esclavage et punissant les pratiques esclavagistes, a appris APA de source sure à Nouakchott.

Cet atelier est organisé par le Commissariat aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile de Mauritanie.

Selon la même source, il vise à permettre aux autorités en question de « contribuer à la diffusion de la justice sociale et au développement des régions ciblées ».

La rencontre a pour but d’édifier davantage les walis (gouverneurs), les hakem (préfets), les officiers de la gendarmerie et de la police et les maires sur le contenu de la loi incriminant l’esclavage et les modalités de son application.

Les organisations de droits de l’homme en Mauritanie accusent souvent les autorités en place de ne rien faire pour faire appliquer cette loi approuvée en 2007.

Le gouvernement mauritanien, lui, répète à chaque occasion que de l’esclavage, il ne reste dans le pays que des séquelles qui seront traitées grâce à des programmes socio-économiques ciblés en direction des descendants d’esclaves.

Mais le rapporteur spécial de l’ONU sur les questions de l’esclavage qui a séjourné récemment dans ce pays a témoigné de l’existence, encore aujourd’hui, de cas d’esclavage en Mauritanie.

La région de l’Assaba, l’une des plus peuplées de Mauritanie, abrite un grand nombre d’adwaba (collectivités composées exclusivement de descendants d’esclaves) généralement souffrant de la pauvreté.


Source: APA
Samedi 14 Novembre 2009 - 18:37
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541