Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Les hommes de la pensée structurelle et de la révolution culturelle peule /Par : Oumar Moussa N’DIAYE

Quelques hommes de la révolution culturelle peule : Tène Youssouf Guèye, (sur la photo) Aboubacry Kalidou BA, Yéro Doro Diallo, Sall Abdoul Aziz, Mourtodo DIOP, Saïdou Kane, Tidjane Anne, Ibrahima Sarr, Baaba Maal...,


Les hommes de la pensée structurelle et de la révolution culturelle peule /Par : Oumar Moussa N’DIAYE
L’homme peul doit s’approprier de son héritage culturel dans son ensemble, sans jamais frôler le repli identitaire exagéré, qui peut nuire au rayonnement de la civilisation peule, le prolongement de celle-ci dépend de la capacité de ses héritiers à fructifier les valeurs qu’elle incarne et la force de transmission aux générations futures.

Oui la révolution guerrière a toujours fait du peul le défenseur de l’honneur et de la dignité, celle de l’instruction et de la culture fait de lui le contestataire des écrits mensongers, de l’exploitation raciale moderne et un ardent gardien de notre patrimoine culturel. C’est dans cette optique que des grands hommes peuls conscients des enjeux de notre siècle et surtout de perspectives du futur, ont cherché à bâtir les bases solides de la révolution culturelle et intellectuelle peule que nous vivons aujourd’hui.

Je ne peux commencer cet article sans rendre hommage aux précurseurs de la pensée structurelle de la révolution intellectuelle et culturelle peule, Cheikh Moussa Camara de Gannguel, El Hadj Mamoudou BA de Djeol, fondateur des écoles Falah dans le Fuuta qui donneront naissance aux premières migrations pour la quête de savoir, le regretté Yéro Doro DIALLO en était le parfait exemple de réussite, que dire du regretté Amadou Hampâté BA, à lui seul il incarnait la sagesse, la vision, la grandeur, l’universalité et l’humilité peule, c’est avec son aide précieuse que Théodore Monod léguera à l’Afrique le précieux bijou qu’est l’Institut Français d’Afrique Noire (IFAN), aujourd’hui fleuron de la recherche sur les vérités de la place de l’homme africain dans l’histoire.


La révolution culturelle peule est née dans les 1950, c’est en 1956 que le feu Amadou Malik Gaye de Dounguel fonda l’association pour la jeunesse peule à Paris, où il suivait une formation d’administrateur, conscient de la force unificatrice de la langue peule et de la nécessité de jeter les bases de la pensée structurelle peule, il va fonder au Sénégal l’association pour la Renaissance Pulaar, avec l’appui de quelques fidèles amis tels l’animateur radio Sall Djibi de Thioubalel, Dia Silèye, Samba Hawoly Seck, etc.
Le congrès des intellectuels peuls à M’Bagne en 1962 à l’initiative d’Amadou Malik Gaye et présidé par le regretté professeur Oumar BA, autrefois pilier de l’institut des langues nationales en Mauritanie et premier traducteur du Coran en Pulaar marque un tournant dans la pensée structurelle de la révolution culturelle et intellectuelle peule, désormais l’oralité autrefois gardienne de la mémoire peule sera renforcée par l’écriture Pulaar grâce à l’adoption de l’alphabet Pulaar et à sa transcription, cela malgré les réticences du pouvoir maure en Mauritanie qui ne voyait pas d’un bon œil le réveil de la conscience peule pour ne pas dire noire.

Le village de M’Bagne par le biais de son chef village à l’époque en la personne de El Hadj Samba Boudel Diop bravèrent l’interdiction de la tenue du congrès formulée par les autorités mauritaniennes et mobilisèrent notables, décideurs et intellectuels peuls pour lancer la pensée structurelle de la révolution culturelle peule. Ainsi pour rendre honneur à ce village point de départ de ce réveil de la conscience peule, on associera son nom à l’alphabet Pulaar d’où l’appellation « Alkule M’bagne ».

Le succès de ce congrès a jeté les bases de l’appropriation culturelle, intellectuelle, historique et structurelle de la pensée peule ainsi que la recherche sur les valeurs et les traditions de l’identité peule dans sa diversité à travers sa concentration géographique.

Quelques années plus tard des hommes et des femmes peuls tels Tène Youssouf Guèye, Aboubacry Kalidou BA, Yéro Doro Diallo, Sall Abdoul Aziz, Mourtodo DIOP, Saïdou Kane, Tidjane Anne, Ibrahima Sarr, Baaba Maal et tant d'autres, armées de la confiance du peuple et conscient des enjeux d'acculturation et de la guerre silencieuse au nom de la domination culturelle ont continué le flambeau à travers la radio, la poésie engagée ou sensibilisatrice, l'écriture, la recherche historique, la sociologie, la musique etc. pour faire vivre cette fibre peule.

Aujourd’hui on voit une jeunesse peule porter et fructifier cet héritage par le biais des nouvelles technologies tels l’Internet ou l’usage des médias numériques, qui continue de sensibiliser la société peule sur les dangers de s’éloigner de sa culture, de ses traditions, de ses valeurs et surtout d’être porteuse de cette fierté peule, que dire de l’écriture Pulaar qui n’a rien a envier aux autres et qui a fait ses preuves par des publications de valeur.

Je conclus qu’aucune civilisation ne doit périr au nom de la continuité, de celle des autres, cette dernière phrase est une reconnaissance à celles et ceux qui ont payé cher de leur liberté parfois de leur vie la promotion de la culture peule, de Rénovation Ndjoum aux ardents défenseurs de notre héritage culturel, la société peule a de la mémoire.


Oumar Moussa N’DIAYE

Source : BABABE Loti - via ajd/mr
Samedi 9 Mai 2009 - 14:03
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Buudiyel le 09/05/2009 19:00
Merci Monsieur N'Diaye,


Notez juste qu'il est d'autres illustres et valeureux personnages qui ont contribué de façon très significative à "la pensée structurelle et à la renaissance" peule. Par dessus de leurs nationalités et de leurs appartenances idéologiques et politiques, ils ont redoré l'image de cette belle langue par ses plus belles et nobles lettres de l’honneur et de la dignité, ...!
C'est une belle occasion de saluer de passage, la mémoire de ceux qui sont disparus, en l'occurence Sammba Caam mo ORTS, mo jimol Baaba Maal, ''...Sammba Caam yooliima" ... sali majjin'de golle mum. Rendons hommage également à ces anonymes, hommes, femmes et jeunes saliibe nanngireden baagal! Enfin, ceux qui sont toujours avec nous, mémoire et gardiens du Temple Poulaar, sans réduction aucune, je nomme Jibe Hammee Lih, Suleymaan Kan, Aamadu Umar Jah, Ibiraahiima Saar , ekn to bannge Muritan tan,...

Ceerno Njaay, tiinno, jokku witto maada, ... a jaraama!

Buudi

2.Posté par Malvara le 10/05/2009 02:37
Excellent travail, on apprend beaucoup de choses, et merci encore

3.Posté par DIAFOUNANKE le 10/05/2009 09:32
Merci pour ce travail fructueux et laissons les paroles et agissons comme les anciens

4.Posté par diahamidi le 11/05/2009 13:40
golle fulbe ine keewi hadaani tan e yibbe nayo joku golle e witto on njaraama

5.Posté par dia hamady ousmane le 25/05/2009 22:44
je suis fier de mes guerier yimbe warabe tawiitane ko be noir fulbe mi anda baleejo kotanta capato wotonjiten ko beni nganden koymen tene youssouf gueye gorko mo njinmi tawiitan allah mbodo jogi 10 tairin mbido miji madehen fewnude dum mi wada dum ecole mawdo inirde dum tene youssouf gueye ecole de reve

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542