Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Les négociations bloquées à un mois de l'élection présidentielle


Les négociations bloquées à un mois de l'élection présidentielle
Alors que le groupe de contact et les facilitateurs sénégalais avaient officiellement invité les trois parties mauritaniennes à se rendre une nouvelle fois à Dakar au cours du week-end, le camp du candidat Abdel Aziz a annoncé qu’il n’enverrait aucun représentant. La communauté internationale devrait toutefois maintenir son invitation. L'accord de sortie de crise, signé le 4 juin à Dakar, n'est toujours pas appliqué et une élection présidentielle est annoncée pour le 18 juillet, alors que les discussions n’avancent pas.

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz, meneur du coup d'Etat du 6 août 2008 et candidat à la présidentielle.

Le camp de la majorité est passé à l’offensive médiatique. Après plusieurs jours de silence, deux personnalités proches de Mohamed Ould Abdel Aziz ont tenu à faire des mises au point dans les médias.

D’abord, son porte-parole a affirmé qu’il n’y aurait pas de nouvelle réunion à Dakar parce que pour lui, « l’application de l’accord doit se faire en Mauritanie et non à Dakar ». Ba Adema Moussa en a profité pour marteler que l‘élection présidentielle serait bien maintenue le 18 juillet.

Un peu plus tard, c’était au tour de Sid'Ahmed Ould Raiss de convoquer la presse. Celui qui a participé aux différentes négociations pour le camp de la majorité a tenu à préciser qu’il n’y avait dans l’accord « aucune clause non écrite ». Autrement dit, que la question de la dissolution du Haut conseil d’Etat n’avait pas été abordée lors des discussions. « L’application de l’accord de Dakar est aujourd’hui prise en otage par des dispositions qui ne figurent pas dans l’accord », a ainsi déploré Ould Raiss.

L’opposition, quant à elle, accuse directement le camp de Mohamed Ould Abdel Aziz d’être responsable du retard pris dans la mise en œuvre de l’accord. Dans un communiqué publié vendredi, le FNDD (Le Front national pour la défense de la démocratie) reproche au candidat Abdel Aziz d’avoir « renié certains de ses engagements ». Le FNDD évoque aussi une dérive dangereuse des négociations.

A un mois du scrutin, le blocage de la scène politique reste total.

Source: RFI
Samedi 20 Juin 2009 - 16:43
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542