Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Les négro-africains roulent-ils pour Aziz ?


Les négro-africains roulent-ils pour Aziz ?
Après la déclaration de candidature de Ibrahima Moctar Sarr, l’alignement du député RFD Kane Hamidou Baba (sur l’agenda électoral des militaires) et l’intérim de la Présidence que devrait assurer Bâ M’baré, l’on est en droit de se demander si les négro-mauritaniens roulent pour le Général Aziz ?

En tous cas l’entrée dans l’arène électorale des deux poids lourds de la communauté négro-africaine porte un coup à l’appel au boycott prôné par le FNDD et le RFD.

Pourtant lors de l’accession au pouvoir du Général Aziz le 06 août, beaucoup redoutaient un glissement des nouvelles autorités vers un nationalisme arabe chauvin. Après les critiques qu’avait essuyé Sidi Ould Cheikh Abdellahi, accusé de ne s’être préoccupé que du sort des populations haratines et négro-africaines par les courants arabophones, nombreux étaient ceux qui croyaient que le Général Aziz serait récupéré par ces milieux. D’autant plus qu’au lendemain du coup d’Etat des personnalités proches des courants arabes extrémistes accédaient à des postes de responsabilité dans l’administration. En dépit de ces nominations controversées, le Général Aziz recevait Ibrahima Moctar Sarr et lui assurait que le retour des réfugiés se poursuivrait et que l’épineuse question du passif humanitaire trouverait une solution consensuelle. De quoi satisfaire le leader de l’AJD/MR encore hésitant et préférant après tout s’aligner sur les positions des ses alliés de circonstance (Le RFD et Hatem) qui avait présenté un mémorandum portant plus d’une trentaine de propositions, au Président du HCE. Après l’entrée au gouvernement du Hatem et la cooptation de nombreux cadres du RFD dans l’administration, Ibrahima Moctar Sarr se retrouvait sur le carreau. Pis, une aile dissidente, proche du Colonel Dia Adama, défiait le Président de l’AJD/MR et se rapprochait du HCE. Pieds au mur, ce parti décidait non seulement de participer aux EGD (boycotté par le FNDD) mais se félicitait des décisions qui y étaient prises. Dès lors l’AJD/MR se montrait favorable au programme du HCE et ne pouvait qu’accepter l’agenda électoral prévu par la junte.

D’un autre côté, Kane Hamidou Baba, très proche du leader de l’AJD/MR, ne cachait pas son aversion pour le FNDD. Nul n’a oublié les propos peu courtois que Bodiel lui avaient assénés dans un quotidien de la place du temps de Ould Taya. Favorable à une participation à l’élection présidentielle, ce député aurait mal digéré le rapprochement du RFD avec le FNDD. Une décision qui n’aurait pas eu l’assentiment du bureau exécutif selon Kane.

Par contre Bâ M’baré qui va gérer les affaires de l’Etat pour une période de 45 jours, s’était montré assez mesuré quant à l’appui à la junte. Un appui en demi teinte du au sort peu enviable que lui réservait les sénateurs frondeurs qui n’avaient pas hésité à chercher sa tête au plus fort de la crise d’avant le 06 août. Homme effacé et peu volubile, Mbaré accède au poste le plus convoité de Mauritanie, même si c’est pour 45 jours. Du jamais vu pour un négro-africain dans l’anal historique du pays.

Outre ces trois poids lourds, une bonne partie de la communauté négro-africaine a paru partagée quant à la position à tenir face à la junte. Certains ont trouvé que le Général Aziz avait eu du cran en osant s’attaquer de front à la délicate question du passif humanitaire et à lui chercher une solution. Un argument qui a poussé de nombreux cadres de cette communauté à rallier le HCE ou son programme électoral. D’autres par contre soutiennent que ce n’est que de la poudre aux yeux. Ces derniers avancent que jusque lors de nombreuses victimes et ayant droit n’ont pas été indemnisés comme prévu. Ces opposants au régime militaire soulignent que ce dossier a été traité avec empressement sans l’aval de toutes les parties concernées.

Quoi qu’il en soit et peu l’aurait imaginé au lendemain du 06 août, ce sont les leaders négro-africains qui sont entrain de donner du crédit à la présidentielle de juin 2009, boycotté par les poids lourds de la scène politique mauritanienne.

Abdou Fall
Source: Le rénovateur


Mardi 14 Avril 2009 - 18:43
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543