Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Lettre du Président de l'Assemblée nationale Mr Messaoud Ould Boulkheir aux Parlementaires

Dans une lettre adressée à ses collègues Parlementaires à la veille de la session ordinaire à laquelle il a décidé de ne pas s'associer, Monsieur Messaoud Ould Boulkheir, Président de l'Assemblée Nationale, invite ces derniers à réfléchir à la façon de sortir le Pays de la crise dans laquelle l'a plongé le Coup d'Etat du 6 août 2008.

Après avoir présenté la solution dont il est l'auteur, Monsieur Ould Boulkheir interpelle ses pairs en ces termes: "Je serais très heureux que vous puissiez l’analyser attentivement pour pouvoir en discuter, à votre convenance, mais surtout pas dans le cadre « d’une quelconque soi-disant session parlementaire » dont la légitimité et la légalité sont fatalement remises en cause par le coup d’état que nous vivons depuis le 06/08/08 et dont la moindre des conséquences est qu’en face d’une situation où le Président de la république légitime est dans l’incapacité matérielle de décider (il est en prison) et en l’absence d’un gouvernement légitime, Président et gouvernement avec lesquels les Assemblées sont censées travailler de concert, il faut forcément admettre le blocage des institutions."

Il faut préciser que l'Agence Mauritanienne de l'Information (AMI), relayée par la Radio et la Télévision d'Etat, a déjà annoncé, sans autres précautions, que les Présidents des deux chambres du Parlement avaient procédé à la convocation de la session. Ce qu'avait démenti le Président Ould Boulkheir dans l'après midi, dans un entretien téléphonique avec For-Mauritania.

Ces développements surviennent dans une situation d'une extrême tension politique caractérisée par un déchaînement de la répression policière ordonné par la Junte militaire afin d'endiguer la vague de protestations et de refus du Coup d'Etat soulevée et entretenue par le Front National pour la Défense de la Démocratie.

Ils interviennent aussi à un moment où la Communauté Internationale se réunit à Addis Abeba pour examiner la suite à donner au mépris avec lequel le Général limogé, Mohamed Ould Abdel Aziz, a décidé de traiter les partenaires de la Mauritanie.


Lettre du Président de l'Assemblée nationale Mr Messaoud Ould Boulkheir aux Parlementaires
Voici le texte de la lettre adressée par le Président de l'Assemblée Nationale, Monsieur Messaoud Ould Boulkheir, aux Parlementaires:

Honorable Collègue,

S’il n’est point besoin de revenir sur les tenants d’une situation particulièrement désolante et éprouvante pour le pays et ses habitants, dorénavant soumis au regard critique de la planète, il est vital pour l’un et les autres que ses aboutissants n’échappent pas au contrôle de tous, mais surtout pas au nôtre en tant que nous sommes des citoyens de premier ordre, parce qu’investis en tout ou partie du suffrage de nos compatriotes.

Cette lourde et grave responsabilité que nous assumons nous impose, face au péril certain et imminent qui menace la patrie, de faire le bon choix et de ne pas se tromper de camp.

Il n’échappe à personne, en effet, que depuis le 06 août 2008, la Mauritanie est soumise à un faisceau de pressions internes, qui bien qu’habituelles (tribalisme, ethnisme, régionalisme, racisme) tendent à atteindre cette fois des sommets jamais égalés ce qui rend d’autant plus facile leur exploitation par l’extérieur où sont encore nombreux ceux qui dénient à notre Etat le droit d’exister.

Quelle qu’ait pu être la responsabilité de chacun de nous dans notre traumatisme actuel, nous est-il encore permis de rester plus longtemps sourds, aveugles et muets face à tous ces dangers qui nous menacent ?

N’est-il pas temps pour nous, premiers citoyens, ceux desquels doit venir et est attendu le Salut, ceux dont le devoir premier est de veiller au bien-être des populations, n’est-il pas venu le temps de rendre sa brillance et son amour de vivre au regard de nos compatriotes assombri par l’incompréhension et l’incertitude ?

Et quand bien même nous aurait-on concédé, par générosité, de nous tromper de choix, à quelle circonstance atténuante pourrait-on prétendre en nous trompant de camp, puisqu’il n’y en a qu’un seul : La Mauritanie, notre Patrie ?

Qu’aurions-nous à répondre aux interrogations muettes de nos veuves, de nos orphelins et de nos innombrables autres laissés pour compte dans le dénuement et la misère, de toutes les langues et de toutes les couleurs, à l’heure où même les plus nantis appellent au secours ?

L’amour-propre peut-il constituer une justification recevable par ALLAH et les Hommes dans une affaire de «non assistance à un pays et à un peuple en danger ? »

C’est en tout cas pour m’éviter d’avoir à rester un jour sans voix et sans défense devant ces jugements là et devant ma conscience, que j’ai choisi délibérément de tordre le cou aux principes pour pouvoir répondre « présent » aux exigences de l’Etat en suggérant la proposition de sortie de crise que vous trouverez ci-joint, formulée dans ses grandes lignes.

Cette proposition que je soumets à votre critique s’est essentiellement attachée à :


1. résoudre le problème institutionnel provoqué par le coup d’état

2. résoudre le problème de la transition

3. aboutir légalement au départ volontaire du président légitime

4. prémunir le pays de toute réédition d’un nouveau coup d’état

5. offrir les garanties requises (dans le domaine de l’acceptable) aux putschistes



Mais elle n’a pas seulement que les cinq avantages ci-dessus énumérés, puisqu’elle en comporte deux autres et non des moindres :

- ne pas faire perdre au pays le capital de sympathie né d’une transition démocratique unanimement saluée à travers le monde ;

- notre attachement à la légalité et au droit constituera dorénavant le bouclier le mieux éprouvé contre tous les maux, d’où qu’ils viennent et quelque soit leur nature.

Je serais très heureux que vous puissiez l’analyser attentivement pour pouvoir en discuter, à votre convenance, mais surtout pas dans le cadre « d’une quelconque soi-disant session parlementaire » dont la légitimité et la légalité sont fatalement remises en cause par le coup d’état que nous vivons depuis le 06/08/08 et dont la moindre des conséquences est qu’en face d’une situation où le Président de la république légitime est dans l’incapacité matérielle de décider (il est en prison) et en l’absence d’un gouvernement légitime, Président et gouvernement avec lesquels les Assemblées sont censées travailler de concert, il faut forcément admettre le blocage des institutions.

J’espère du fond du cœur que quand se présentera une telle opportunité, nous démontrerons aux sceptiques que si nous avons été à l’origine des dysfonctionnements institutionnels actuels, nous sommes également les mieux outillés pour exercer les pressions nécessaires sur la junte militaire dont nous constituons, en dernière analyse, le seul sursis réel ou virtuel.


Recevez, très honorable collègue, mes salutations distinguées.


Messaoud OULD BOULKHEIR

Nouakchott le 09-11-2008

source:for-mauritania
Lundi 10 Novembre 2008 - 09:48
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par mohamed le 10/11/2008 14:12
Je vois que Messaoud est en train de divaguer. Cette cette, il aurait du l'écrire dès le départ. Ce n'est pas en attendant que la situation pourrisse. Le pays a atteint un point de non retour. Le rétablissement de Sidioca ou les sanctions ne résoudront rien. En plus, les attaques violentes de l'homme qui se fait passer ici en rassembleur l'ont carrément discrédité, tout aussi en plombant les chances de dialogue. Il devrait depuis longtemps choisir la voie médiane pour garder sa chance d'être un rassembleur. En allant m--------- en France sur les causes de l'échec de la session extraordinaire du parlement demandé par la majorité des parlementaires, peu importe l'objectif, en s'attaquant violemment à ses adversaires politiques, il n'a fait que se discréditer davantage. A l'adresse d'AVOMM, je vous fais comprendre que vos positions que je juge extrêmistes ne servent pas la cause des négro-mauritaniens restés au pays. Il est temps que vous sachiez raison garder. Les luttes pour le pouvoir qui se passent ici dépassent de loin de ce que vous connaissez actuellement du pays. Cessez de vous illusionner, il n'y aura jamais une jonction entre négro-mauritaniens et haratines. Les derniers, malgré leur couleur, sont irrémédiablement attachés à leur arabité. C'est Messaoud qui l'a dit dans l'un de ses discours de candidat à la présidentielle (Je suis arabe, mon père et ma mère sont arabes). Vous rendrez un grand service aux négro-mauritaniens en ne vous situant que dans le camp de la Mauritanie. C'est la meilleure chose que vous pourriez faire. Je suis un négro-mauritanien, fier de l'être, pas d'accord avec les coups d'Etat, mais refusant d'être entraîné par des démagogues de tout acabit.

2.Posté par Thialel le 10/11/2008 14:36
Où est le camp de la Mauritanie? C'est les putschistes? C'est le proxenete Baba Tandia? C' est Dadah? C'est ton pere,ta mere? Un negro mauritanien fier ,coherent,responsable doit aussi encourager la jonction haratine et negro africains.Et en plus où est ce que l'AVOMM a parlé de ça? quel rapport avec la lettre de messoud que tu traites de menteur? le menteur c'est ton p---- fils de m--------.

3.Posté par mohamed le 10/11/2008 17:06

Ces insultes prouvent clairement ce que je dis. Vous êtes des extrêmistes. Il n'y a pas de doute. Ce n'est pas avec la violence verbale qu'on règle des problèmes, mais en réfléchissant calmement et intelligemment. L'AVOMM et les FLAM sont habités par des illusions et la haine. Le passif humanitire n'est pas votre apanage. Nous, ici, nous nous battons pour ças, pas à l'étranger, à l'abri.
Sarr Ibrahima n'a pas quitté Messaoud sur une petite broutille ; il connaît ce type mieux que vous qui êtes en France à profiter tranquillement de vos cartes de réfugiés, tandis que nous, qui sommes là, vivons les affres de la réalité du terrain. Je persiste, l'illusion d'une jonction haratines et négro-mauritaniens vous consumera bientôt. Messaoud a bien menti ; il a une grande part de responsabilité dans la crise. En allant en villégiature à l'intérieur du pays alors que le parlement était en ébullition. Or, il devait être là pour jouer au modérateur. Ce qu'il a fait s'appelle fuir ses respnsabilités et non assistance à peuple en danger.

Je ne m'abaisserai pas à votre niveau, vous êtes lamentables.

Je vous invite à la modération. Cessez d'insulter tous ceux qui ne partagent pas vos opinions. C'est le sens de la démocratie et du débat politique.

4.Posté par Siby le 10/11/2008 20:45
Hé arrêtes ton char Mohamed,c'est quoi être extrémiste?Messoud a fait honneur à son mandat,il a ete elu pour defendre la constitution et celà durant tout son mandat.Tu ne peut pas dire que aziz et ses frondeurs aient defendu la constitution,au moins c'est clair ça.Ceux qui sont à l'etranger ne sont pas moins mauritanien que aziz ou toi mohamed,tous les systémes odieux à travers le monde ont été deboulonnés avec l'appui d'exilés.Tu ne peux pas insulter Messoud qui peut être est plus vieux que ton grand pere et dire que ceux qui te repondent sur le même ton sont haineux,c'est toi qui a provoque le Mr qui t'a traité de menteur et de fils de m. comme j'ai lu.Peut être que tu te bats ds le pays,le webmaster peut nous dire d'alleurs si tu es au pays ou pas,mais bcp de gens se battent au pays et bcp d'autres sont des jassous,donc être au pays ne veut rien dire,vous cherchez tous des visas espéces d'envieux!
AVOMM ET FLAM,meritent du respect mon cher
la lutte continue!

5.Posté par Vallee le 10/11/2008 22:50
Mohamed, heureusement que vous n'avez pas voté mardi dernier aux USA. Car Baraka Obama n'est pas un pur nègre. MAIS UN METIS. Alors heureusement que vous n'etes pas sur le contienent américain.

vous devez relire le message original ainsi vosu constaterez que vous êtes complètement hors contexte.

respect aux organisations avomm et flam qui ne sont aps comme vous Mohamed ....

Vallée


6.Posté par mohamed le 11/11/2008 17:33
Vous êtes tous des imbéciles et des vaniteux. Vous n'avez rien ni pour les droits de l'homme, ni pour la démocratie. Je vous dire merde !

7.Posté par Valllee le 11/11/2008 19:51
Mohamed, parce que je vous réponds je suis imbécile. Avomm est une association pour les droits de l'homme vous avez la preuve, vous avez le droit de dénigrer vos frères. Quant à la démocratie elle est présente aussi. Dommage que vous soyez aussi malheureux dans votre vie. plus heureux vous pourriez vivre heureux avec des echanges enrichissants. je vous dis courage pour votre quotidien. et vous souhaite d'accepte toutes les couleurs quje votre Dieu vous demande d'aimer.

8.Posté par mohamed le 11/11/2008 20:43

Le jour où vous connaîtrez réellement qui je suis, vous vous demanderez pourquoi j'ai été insulté. J'ai 48 ans, plus âgé que Barack Obama. Je n'avais fait qu'émettre mon opinion et ce que j'avais dit, j'en suis témoin puisque vivant au pays et en plus journaliste.
J'ai risqué ma vie en tant que tel pour défendre la cause négro-africaine en Mauritanie. Si j'ai émis des réserves sur les prétention utopique des FLAM (réunir une majorité haratines-négros), et qui se font relayer sur le site AVOMM, c'est que je connais très bien la sociologie politique de la Mauritanie. J'étais le seul, ici, en ma qualité de journaliste, rédacteur en chef d'un journal de la place pendant la transition, à avoir dénoncé, régulièrement, par mes écrits les tricheries et les dérives de la transition, alors que tous les acteurs poltiques étaient occupés chacun à être plus proches du "Soleil", c'est-à-dire la junte de l'époque, pour gagner ses faveurs. Aujourd'hui que la crise est là, certains s'habillent du manteau de démocrates, alors qu'ils s'étaient laissés naivement bernés. Ca, j'en ai tellement souffert. Prétendre que de vrais démocrates existent dans notre classe politique d'aujourd'hui est une cruelle plaisanterie. La vérité est que tous ont échoué. Lamentable. C'est la vérité. Notre problème, ce n'est pas l'armée, mais l'immaturité de nos hommes politiques, tous partis confondus. Ce sont eux qui donnent du grain à moudre aux militaires.
Je déplore que mon posting sur le leader de l'APP soit pris comme une insulte. Dire que quelqu'un a menti, n'est pas une insulte. Mon sentiment, est qu'il il faut que toute la classe politique accepte d'assumer collectivement l'échec de notre processus démocratique. En un mot, qu'elle fasse son mea culpa.
Pour l'AVOMM, je sais que c'est une organisation des droits de l'homme, mais, parfois, il lui arrive de laisser d'odieux écrits passer sur son site. Ca, il doit le refuser. La cause que vous défendez est noble. mais c'est avec lucidité, modératon, tolérance et persévérance que vous réussirez à convaincre. La violence verbale, genre FLAM originelles ne mènent nulle part. Plus les propos d'aileurs son violents, plus les négro-africains en font les frais ici, car les rapports de force sont toujours en leur défaveur. C'est le sens de mes conseils. Menez le combat, mais aussi gardez la tête sur les épaules. Obama, M. L. King, Gandhi et tant d'autres, ont déjà montré l'exemple. Merci. Prochainement, je vous dévoilerai mon identité.
Fraternellement. Salut à vote chroniqueur, mon ami et frère le Dr Hamdou Rabby SY.

9.Posté par DIALLO le 11/11/2008 21:23
Merci MOHAMED de vous ressaisir ,mais quand vous dites que Messoud a menti, vous avez raison, j'ai suivi Le leader d'APP depuis qu'il était UFD jusqu'à nos jours, il nous a toujours trahi jusqu'à la dernière élection présidentielle et maintenant qu'il ait l'honnêteté de démissionner et s'attaquer à la JUNTE comme il veut ça sera plus crédible sa position. ON peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre.
NON A L'OUBLI

10.Posté par Vallee le 11/11/2008 22:14
Mohamed je comprends votre passé sur le terrain ne devons nous pas passer tout desuite au présent qui est dur à vivre finalement atteindre le but principal jsutice egalite fraternite et oublier les rancunes qui ne menent a rien. je criois que les elements politiques doivent se reunir pour reflchir pas a demain mais a ce soir. demain il sera trop tard. moi aussi je salue hamdou rabby sy un philosophe haut et digne.

11.Posté par suundeyaasin le 12/11/2008 00:22
Hé Mohamed, tu es un menteur un vrai jassous! le seul journaliste qui a risque sa vie pour les negres c'est Ibrahima Sarr,le seul,le vrai.eN 1986 tu etais où,journaliste? WALLAHI tu mens,tu es le pire des jassous envoyé par ce pd de aziz .Tu es en mauritanie, et alors,tu fais comme si il y'a plus d'honneur à se battre ici qu'ailleurs,c'est du mensonge.Si tu es là a nouakchott tu sais bien que l'ecrasante majorité des journalistes sont des vendus,la majorite des victimes de taya sont achetés .Tu es pretentieux si vous me connaissez...tu es zero,rien que un jaassous du systeme,mor!
Moi je salue mon frere Hamdou,et dites lui d'ecrire sur les jaasous comme Mohamed.
avomm,n'ecoutez personne et surtout pas ces donneurs de leçons, je suis déçu de la demission du frere Ousmane que j'estime beaucoup,courage.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 543