AVOMM-INFOS
Jeudi 18 Septembre 2014

Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......

Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."

E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif:

Mme Rougui Dia, présidente

M.Amadou Bathily , secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, chargé de la communication et porte-parole

M. Demba Fall, trésorier

M. Ngolo Diarra, secrétaire chargé de l'organisation

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Mme Mireille Hamelin, webmestre

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Lettre ouverte de TPMN


Lettre ouverte de TPMN

Nouakchott, le 29/09/2012



Lettre ouverte au Ministre de l’intérieur et au chef d’Etat-major de la Garde nationale.






Messieurs,


C’est le cœur bouillonnant de révolte et d’indignation que nous vous adressons cette lettre de protestation. Nous faisons cette fois-ci le choix délibéré de l’option d’une lettre ouverte, afin de prendre à témoin l’opinion nationale et internationale des conséquences graves que la non prise en compte de notre cri de colère pourrait entrainer pour la stabilité du pays. Voici exposés ci-dessous les faits graves et inacceptables que nous imputons à votre responsabilité directe et que nous portons par la même occasion à la connaissance du grand public.

A la fin du meeting populaire que nous avons organisé le 27 septembre, des éléments de la Garde nationale investissent le quartier du 5ème arrondissement avec visiblement, la ferme intention de punir les militants et sympathisants qui avaient répondu en masse à notre appel. Les méthodes employées pour organiser la rafle des jeunes rappellent par leur brutalité et leur insidieuse sélectivité raciale, l’époque sombre de la dictature raciste de Taya, confirmant ainsi ce que Touche Pas à Ma Nationalité n’a jamais cessé de rappeler : la permanence du racisme d’Etat et la constance de la discrimination des noirs en Mauritanie. En effet, l’humiliation faite à près de deux cents jeunes, tous noirs, contraints sous la menace de fusils pointés sur eux, à s’asseoir à même le sol, alors que passaient à coté d’eux des jeunes blancs, nullement inquiétés, est la preuve même par l’exemple, de cette discrimination tant décriée.

Mais Touche Pas à Ma Nationalité est plus que jamais déterminée à poursuivre son combat, et ne se laissera point intimidé par les pratiques racistes et irresponsables d’un régime aux abois. Car, en nous engageant dans cette lutte, nous étions parfaitement conscients de la promptitude des forces de l’ordre à braquer leurs armes sur des citoyens désarmés, encore davantage quand ils sont noirs. L’Histoire nous en a suffisamment fait cas à travers les 28 militaires négro-africains lâchement assassinés à Inal et à Jreida, et plus récemment encore, à travers le meurtre de notre camarade Lamine Mangane, pour que nous l’ignorions. Mais cela n’est pas de nature à entamer notre engagement à faire émerger la justice ; et la perte de sang froid du régime, trahie par ces actes ignobles, ne fera que ruisseler sur la carapace de notre détermination !

Nous vous rappelons donc à vos responsabilités et exigeons fermement :

- Que cessent ces rafles qui ciblent les jeunes noirs, et visent à les dissuader à se rendre à nos manifestations.

- Que l’Etat prenne ses responsabilités pour faire cesser de telles pratiques, sinon il sera tenu pour responsable de toute réaction de la jeunesse noire face à l’attitude raciste des gardes.

En espérant que cet appel sera entendu, nous réitérons à l’égard de l’Etat, notre exigence de lumière sur la mort de notre camarade Lamine Mangane, ainsi que l’abolition de la loi d’amnistie de 93, afin que la lumière soit faite sur toutes les autres exactions racistes commises par l’Etat mauritanien dont les autorités actuelles sont les continuateurs incontestables, devant à ce titre répondre en conscience du passé comme du présent.


Abdoul Birane Wane
Le coordinateur
TPMN



Source: Abdoul Birane Wane
Dimanche 30 Septembre 2012 - 17:40
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 514