Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Lutte contre la gabegie sur fond de crise


Lutte contre la gabegie sur fond de crise
Décidemment, la Mauritanie qui n’arrive toujours pas à se départir de la crise dans laquelle elle est plongée depuis 4 mois, vit au rythme des ultimatums, le dernier étant au fixé au 12 décembre. Pendant ce temps, partisans et adversaires du putsch campent plus que jamais sur leur position laissant entrevoir un profond désaccord qui n’augure pas de lendemains meilleurs pour le pays.

En effet, rien ne semble présager un apaisement entre la junte militaire et le front opposé au putsch. Depuis la libération de Sidi Ould Cheikh Abdellahi, la tension est montée d’un cran. D’une part le front opposé au putsch (FNDD) revigoré depuis le transfert de Sidi à Lemden, multiplie les initiatives et jure de ne pas abdiquer devant les militaires. Sûr du soutien de la communauté internationale, ce camp appelle à des pressions plus fortes sur la junte afin de l’amener à quitter le pouvoir.

Pour sa part le chef de la junte, le Général Aziz a dit et répété que Sidi Ould Cheikh Abdellahi faisait parti du passé et qu’il ne serait en aucune manière question de son retour au pouvoir. Agacé par les actions du FNDD, le Général s’est montré menaçant indiquant qu’il y avait une ligne rouge à ne pas atteindre. D’ailleurs le nouveau pouvoir n’y est pas allé par quatre chemins pour foncer sur le front anti putsch par le truchement d’enquêtes sur des irrégularités financières commises dans certaines institutions étatiques.

En effet, sous prétexte d’une enquête diligentée contre d’anciens responsables d’Air Mauritanie (en liquidation) et du PSI (Programme Spécial d’Intervention), de nombreuse personnalités proches de Sidi Ould Cheikh Abdellahi ont été arrêtées et pour certaines écrouées à la prison civile de Nouakchott. Parmi celles-ci figure l’ex Premier Ministre Mohamed Yahya Ould Waghef qui encourt une peine de 5 ans de prison.

Si la majorité de l’opinion nationale acquiesce de la tête quand le Général Aziz jure qu’il vaincra sa lutte contre la gabegie, certains sont quand même surpris que cette opération ne touche que des proches de Sidi. Des responsables ayant largement profité des caisses des institutions qu’ils dirigeaient sont légions et cette campagne pour gagner du crédit, mériterait à être élargie, soulignent de nombreux observateurs. Beaucoup craignent que cette campagne d’assainissement des finances publiques en fait ne serve que d’étendard aux partisans de Sidi Ould Cheikh Abdellahi.

S’il est vrai que les mauritaniens sont restés longtemps ulcérés du fait de l’impunité totale accordée aux délinquants économiques, ils souhaitent tout de même que la campagne actuelle ne se réduise pas seulement aux adversaires des militaires. En ce sens le journal Tahalil Hebdo indique que la commande de deux scanners destinés à l’hôpital de Nouakchott est empreinte d’irrégularités mais que « Le fournisseur du scanner affirme-t-on n’a rien à craindre. Il est l’un des parlementaires soutiens politiques du HCE au pouvoir depuis le 6 août » Si cette information s’avère exacte, des mesures de rétorsion s’imposent au risque de ternir la lutte contre la gabegie qui a déjà fait quelques victimes.


Birome Guèye

Africanglobalnews
Mercredi 3 Décembre 2008 - 13:12
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542