Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie : Le mauvais classé maghrébin du DB 2009


Mauritanie : Le mauvais classé maghrébin du DB 2009
Le rapport Doing Business 2009, publié dernièrement par la Banque mondiale, vient de classer l’économie mauritanienne à la 160ème position sur un total de 181 en 2009.

Le mauvais classement de la Mauritanie dans la sixième édition annuelle du rapport Doing Business de l’IFC (Société financière internationale) et de la Banque mondiale publié le 10 septembre 2009 est très difficile à réfuter, notamment à la lumière des obstacles qui s’opposent aux activités du secteur privé national et au vu des tendances récentes des flux réels d’investissement dans le pays. À cela s’ajoutent les réformes audacieuses que tendent à engager différents pays cités dans le rapport, en Asie et en Afrique en particulier. La Mauritanie se situe dans la moyenne des pays de l’Afrique subsaharienne qui se trouve être la région du monde la moins bien classée.

DOING BUSINESS, MAURITANIE

2006 - 146

2007 - 148

2008 - 157

2009 - 160

Selon les auteurs du rapport cependant, «le rang qu’occupe le pays dans l’édition 2009 de Doing Business ne reflète toutefois pas les changements importants observés et susceptibles d’améliorer l’image de la Mauritanie et son classement à l’avenir». Les rapports internationaux tels que Doing Business tendent à évaluer le climat des affaires en fonction des réformes déjà appliquées et pas en termes de réformes en cours d’exécution. Grâce à la coopération étroite qu’elle a su entretenir avec l’équipe de Doing Business, pour chaque indicateur, la Mauritanie a identifié diverses mesures de réforme, mais seulement deux de ces réformes ont été mises en application dans la période couverte par le rapport de 2009. L’amélioration du classement du pays passe nécessairement par l’engagement ferme des autorités, l’accent étant mis sur des actions judicieuses et l’application des réformes.

Ces actions doivent être sous-tendues par une compréhension claire des objectifs économiques qui doivent contribuer à améliorer le climat des affaires en faisant du pays une destination recherchée par les opérateurs étrangers, sans pour autant perdre de vue la stratégie de développement du secteur privé national. L’investissement privé ne doit pas être le seul point de concentration des efforts, mais doit s’accompagner du développement du secteur privé national, véritable épine dorsale de l’économie du pays. En plus, les autorités doivent s’employer à promouvoir les petites et moyennes entreprises, mener des actions visant à stimuler le dialogue entre le secteur public et le secteur privé, et à créer des conditions favorables à l’emploi et à la formation. À cet égard, le coût de la productivité apparaît comme un indicateur d’intérêt, en particulier dans un pays confronté à de graves problèmes d’infrastructure et face à un monde où règne la concurrence.

__________________
Source: africanmanger
(M) avomm
Jeudi 25 Septembre 2008 - 18:39
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542