Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie-UA : Le CPS exige le rétablissement inconditionnel du président mauritanien dans ses fonctions


Mauritanie-UA : Le CPS exige le rétablissement inconditionnel du président mauritanien dans ses fonctions
Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (CPS) a exigé le retour à l’ordre constitutionnel en Mauritanie "par le rétablissement inconditionnel de M. Sidi Ould Cheikh Abdallahi, président de la République, dans ses fonctions, à la date du 6 octobre 2008, au plus tard".

Dans un communiqué rendu public, à l’issue de sa réunion tenue lundi soir à New York, en marge des travaux de l’Assemblée générale des Nations unies, le CPS a mis "en garde les auteurs du coup d’Etat militaire et leurs soutiens civils contre les risques de sanctions et d’isolement qu’ils encourent au cas où ils ne répondraient pas positivement à cette exigence".

Le CPS qui a réitéré sa condamnation du coup d’Etat "demande instamment aux Etats membres de l’Union africaine et à la communauté internationale dans son ensemble de considérer comme illégitimes et illégales toutes les actions et initiatives des auteurs du coup d’Etat destinées à faire échec à la restauration de l’ordre constitutionnel". Le CPS déclare également "nulles et de nul effet toutes les mesures de nature constitutionnelle, institutionnelle et législative prises par les autorités militaires et découlant du coup d’Etat du 6 août 2008".

Le conseil s’est par ailleurs "félicité des résultats des réunions de consultations et de coordination sur la situation en Mauritanie, organisées à l’initiative de la Commission, entre l’Union africaine, la Ligue des Etats arabes, l’Organisation des Nations unies, l’Organisation internationale de la francophonie et l’Union européenne". Il a encouragé le président de la Commission à poursuivre les consultations "avec l’ensemble des partenaires concernés, pour examiner avec eux les actions à entreprendre en vue du renforcement de la contribution de la communauté internationale à une sortie de crise en Mauritanie bénéficiant du soutien de toutes les parties et qui soit conforme à la Constitution du pays".Messahel : «La seule solution viable et juste est celle du retour à l'ordre constitutionnel»

M. Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, a souhaité que les auteurs du coup d'Etat en Mauritanie "acceptent d'aller à la rencontre de la seule solution viable et juste, celle du retour à l'ordre constitutionnel". Intervenant lundi à New York, au cours de la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, qui s'est tenue en marge des travaux de l'Assemblée générale des Nations unies, M. Messahel a souligné que le coup d'Etat qui a eu lieu récemment dans ce pays constitue, au-delà de son caractère anticonstitutionnel, "une violation de notre engagement collectif, inscrit dans l'Acte constitutif de notre organisation continentale, ainsi que dans la décision adoptée à Alger, par nos chefs d'Etat et de gouvernement lors de leur sommet de 1999", de bannir définitivement le recours à des méthodes antidémocratiques et anticonstitutionnelles.

Il a estimé que la position exprimée par les plus hautes instances de l'Union africaine, et par son organe chargé de la paix et de la sécurité, suite au coup d'Etat "est parfaitement claire (à) et a le mérite de n'avoir succombé à aucune hésitation ni à aucune forme d'indécision" Le ministre a également rappelé que "dans une Afrique résolument engagée dans un processus irréversible de démocratisation et de bonne gouvernance et, quelles que soient les insuffisances et les difficultés, il est des questions qui sont pour nous, plus que jamais, condamnables parce que anachroniques tels que les changements anticonstitutionnels".

___________________
Source:EL MOUDJAHID
(M) avomm

Jeudi 25 Septembre 2008 - 01:37
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542