Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie/antiterrorisme: l'opposition dénonce une "dérive dictatoriale"


Mauritanie/antiterrorisme: l'opposition dénonce une "dérive dictatoriale"
L'opposition mauritanienne a vivement critiqué lundi les amendements à la loi antiterroriste, qui doivent être soumis au Parlement, dénonçant une "dérive dictatoriale visant à légitimer des violations des droits et des libertés".

Le président de la Coordination des forces de l'opposition démocratique (Cfod) Ahmed Ould Daddah a fustigé "une dérive dictatoriale (...) visant à légitimer des pratiques de violations des droits et des libertés des citoyens à travers ces amendements, dont certains sont contraires à la loi islamique.

Lors d'une conférence de presse, M. Ould Daddah, accompagné des autres leaders de l'opposition, a souligné que les amendements autorisaient "des violations graves de l'intimité des foyers et la séquestration et l'emprisonnement des mineurs qui sont protégés par la charia". Le projet de loi autorise notamment les écoutes téléphoniques et supprime la prescription en matière de terrorisme.

Ces deux dernières années, des combattants islamistes de la mouvance d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont multiplié les attaques meurtrières et les enlèvements d'Occidentaux en Mauritanie.

Le gouvernement mauritanien a introduit des amendements à la loi antiterroriste de 2005 après les rapts de trois humanitaires espagnols le 29 novembre et de deux touristes italiens en décembre sur le sol mauritanien.

Mais pour le chef de l'opposition, "le seul objectif" du projet de loi "est de donner un caractère légal aux violations, à la confiscation des libertés et au pouvoir personnel" en place en Mauritanie.

Le responsable de la coordination des principaux partis de l'opposition a en conséquence appelé le Parlement à surseoir à la délibération sur ce projet de loi jusqu'à ce que "nous trouvions une formule consensuelle".

L'Assemblée nationale doit examiner dans les jours prochains le projet qui ira ensuite au Sénat. Le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui dispose d'une majorité au Parlement, doit ensuite promulguer la loi. Mi-décembre, le gouvernement avait justifié ce renforcement de la législation antiterroriste.

"Le présent projet de loi vise à combler les insuffisances constatées dans la législation nationale en matière de lutte contre le terrorisme et à adapter celle-ci aux exigences d'une réponse appropriée à ce fléau", avait indiqué le ministre mauritanien de la Défense, Hamadi Ould Hamadi.

Selon le ministre, la nouvelle législation permettra de placer les suspects sur écoute téléphonique, de fouiller leur domicile "à tout moment", alors que la loi en vigueur interdit les perquisitions au-delà de 22 heures.

Le principe de la "prescription" en matière de terrorisme sera abandonné dans la nouvelle loi. "Les actes criminels très anciens, vieux de plus de 20, 30 ans, pourront encore être poursuivis et punis", avait précisé le ministre.

La nouvelle législation renforce également la coopération entre la Mauritanie et les autres pays, notamment pour des échanges d'informations et pour l'extradition de suspects et criminels.

source : Le Monde
via cridem.org
Lundi 4 Janvier 2010 - 20:09
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Taarikh le 05/01/2010 00:54
Daddah ne doit plus être le chef de l'opposition après sa défaite des élections présidentielles. Si Messoud était crédible, ça lui revient de droit après son pourcentage. Daddah n'a plus sa tête en ce moment. Un opposant qui défend des voleurs du jamais vu dans l'histoire de la démocratie, il doit s'effacer le malheureux candidat éternel.
Tous les mauritaniens sont conscients qu'il est à la merci des Smacides qui lui ont financé toute sa campagne électorale, les pilleurs de la mauritanie pendant plus de 30 ans.
Daddah doit comprendre qu'il est fini politiquement , s'il veut aider notre pays, il doit être honnête envers lui même , partir pendant qu'il est temps .

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542