Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie, l’honneur perdu du juge Jean Louis Brugière


Jemal ould Mohamed
Jemal ould Mohamed
Comment l’ancien patron français des enquêtes judiciaires contre le terrorisme, Jean Louis Brugière, peut-il participer en Mauritanie à la police politique du régime du colonel Mohamed Ould Abdel Aziz?

Le lundi 25 septembre, l’ancien juge anti-terroriste Jean Louis Brugière s’offrait un discret et rapide voyage à Nouakchott. L’ex star du pôle anti-terroriste de Paris était accompagné par un avocat franco-mauritanien, Jemal M. Taleb, “l’ambassadeur” officieux à Paris du président Aziz dont il gère les basses besognes et les interventions discrètes auprès des parlementaires ou des journalistes français.

Les liens sont étroits entre l’avocat et la Présidence mauritanienne, ponctués pourtant de brouilles passagères lorsque voici deux ans, la propre sœur de Jemal et fonctionnaire à Nouakchott était jetée en prison, accusée d’avoir touché de spots de vin. Depuis, le malentendu a été dissipé et la sœur de Jemal libérée.


L’avocat Jemal M. Taleb, avocat franco mauritanien, est “l’ambassadeur” officieux du président Aziz,. Il participait, lundi à Nouakchott, à la réunion d’un cabinet noir qui organisait la traque des opposants.

D’après nos informations, Brugière et Jemal qui se voient fréquemment à Paris auraient été accueillis à la Présidence de la République par les plus proches conseillers de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Un cabinet noir

Normal, pouvait-on penser, que Jean Louis Brugière, expert incontestable en matière de terrorisme, réfléchisse avec un chef d’Etat d’Afrique de l’Ouest sur les meilleurs moyens de lutter contre les djihadistes.

Après tout, les cinq pays du Sahel membres du G5 (dont la Mauritanie) mettent actuellement en place, dans des conditions difficiles, une force militaire commune. Le juge Brugière qui bénéficie d’un contrat d’un montant, d’après nos informations, de 100000 euros avec la Mauritanie, a un solide alibi pour se rendre à la Présidence.

Et il y a beaucoup à faire sur ce terrain: le Président Aziz, au mieux avec les Saoudiens, est engagé dans des liens troubles avec la mouvance salafiste qui envoie à Nouakchott ses Imams les plus rétrogrades. Sans parler des communiqués que publient les groupes djihadistes sur des sites internet contrôlés par le pouvoir.

Sauf que le juge Brugière et l’avocat Jemal n’étaient pas à Nouakchott pour parler des menaces sécuritaires qui planent sur le régime mauritanien.


Une justice d’exception

Lundi à Nouakchott, le cabinet noir improvisé se serait penché sur les meilleurs moyens de pourchasser les opposants qui se dressent de plus en plus nombreux contre un régime mauritanien liberticide qui a lancé des mandats d’arrêts contre tout ce qui bouge: de nombreux sénateurs, des journalistes et des syndicalistes indépendants ainsi que des hommes d’affaires, qu’il s’agisse de l’ancien patron des patrons mauritaniens et grand mécène, Mohamed Bouamatou, ou son directeur général, Mohamed Ould Debagh (représentant de l’opposition devant l’UE et la CEDEAO).

Tous deux, réfugiés à l’étranger, sont devenus les ennemis publics numéro un du régime.

Face à une opposition résolue, le régime piétine toute séparation des pouvoirs. La Présidence prend l’initiative d’enquêter elle même sur les personnes inculpées par la justice. De l’inédit.

Afin de faciliter la tenue de la réunion de lundi, la Banque centrale mauritanienne (BCM) aurait été ainsi sommée de fournir des liasses bancaires sur les activités de la BCM, l’établissement financier du groupe de Mohamed Bouamatou, longtemps le premier du pays.

“Il s’agit pour le régime mauritanien, explique une source contactée à Nouakchott, de retrouver tous les flux financiers de l’homme d’affaires, connu pour ses activités de mécène, que ce soit vers des ONG, les médias indépendants, les politiques ou des militants humanitaires”.

Interrogé par Mondafrique sur sa participation à cette offensive contre les opposants mauritaniens, Jean Louis Brugière a répondu le 29 septembre, via son épouse, qu’il était “trop occupé” pour répondre à nos questions.

Il s’agit désormais pour le régime mauritanien de criminaliser toute dissidence. Discrédité auprès de ses voisins sénégalais et marocain, critiqué par les Etats-Unis depuis qu’il refoule, cet automne, les militants anti esclavagistes venus de Chicago et sans vrai relais dans l’entourage d’Emmanuel Macron, le président français, Mohamed Ould Andel Aziz repose sur sa seule garde prétorienne, le fameux BASEP, quelques centaines de mercenaires bien nourris et dévoués corps et âme. Jusqu’à quand?

ENCADRE. “Jemal m’a écouter”


L’auteur de ces lignes peut témoigner des méthodes de l’avocat et “ambassadeur” Jemal M. Taleb. Bien introduit à Paris au Parti Socialiste, au mieux avec l’ancien conseiller Afrique de Manuel Valls et fréquentant certaines loges maçonniques, cet ancien opposant au régime mauritanien est un habile communicant qui a vendu ses services à Aziz. Ses liens étaient étroits avec un des fils Aziz, qui était chargé des économies privées de son père et qui est décédé l’année dernière après un grave accident.

Maitre Jemal n’a jamais hésité à utiliser des méthodes déloyales. C’est ainsi qu’aux débuts du site Mondafrique en 2014, l’auteur de ces lignes devait rencontrer à Paris le patron d’un journal mauritanien. Lequel s’était fait accompagné de maitre Jamel qui ne dévoila pas, ce jour là, son identité. Histoire, semble-t-il, de mieux enregistrer notre conversation.

Ces écoutes, l’intéressé les a démenties lorsque nous l’interrogions l’année dernière, lors d’une participation commune à un colloque à Bruxelles. Mais il admettait qu’il avait bel et bien masqué son identité. N.B.

Source : Mondafrique

Lundi 2 Octobre 2017 - 01:26
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542