Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie : la boîte de Pandore


Mauritanie : la boîte de Pandore
L’ancien gouverneur de la Banque centrale mis en examen pour détournement de fonds. Une arrestation qui pourrait en annoncer d’autres.

Le 19 novembre, un ancien gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie (BCM) a été écroué à la prison de Nouakchott. Huit jours auparavant, il avait été arrêté par la Brigade de répression des crimes économiques. Sid’El Moctar Ould Nagi est soupçonné d’avoir procédé à des virements illicites à l’époque où il dirigeait la BCM, en 2001 et 2002. Le montant total des opérations frauduleuses s’élèverait à 12 milliards d’ouguiyas (31 millions d’euros). Plusieurs banques de la place de Nouakchott sont considérées comme les destinataires des virements. Leurs patrons ont été entendus comme témoins. Notamment Isselmou Ould Tajedine, PDG de la Banque pour le commerce et l’industrie (BCI), et Mohamed Ould Bouamatou, à la tête de la Générale de banques de Mauritanie (GBM).

Plusieurs fois ministre, ancien commissaire aux droits de l’homme, Ould Nagi appartient à l’ère Maaouiya Ould Taya (1984-2005), pendant le règne duquel s’est mis en place un système de corruption, de clientélisme – notamment dans l’attribution des marchés – et de détournement des deniers publics. De leur côté, les banques, adossées à des conglomérats aux contours mal définis et aux activités variées – de l’industrie à la distribution –, ont pris l’habitude de financer les campagnes électorales pour assurer leur pérennité.

Or la lutte contre la « gabegie » a constitué le leitmotiv des discours de campagne de Mohamed Ould Abdelaziz, élu président en juillet 2009. Avec lui, la Mauritanie allait rompre une fois pour toutes avec ces pratiques douteuses.

L’enquête pourrait créer un « effet domino », faisant tomber des têtes en cascade. « Chez nous, tout est dans tout, explique un observateur. Quand une affaire est économique, elle est politique en même temps. » Les investigations iront-elles jusqu’au bout ? Notre interlocuteur en doute: «iS’attaquer aux banques, c’est s’attaquer au nerf de la guerre]i. »

Marianne Meunier

Source: jeuneafrique
Jeudi 26 Novembre 2009 - 16:41
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte



1.Posté par Taarikh le 26/11/2009 20:25
Tous des voleurs, il n y a pas que Naji. Cette brigade devrait se tourner aussi vers les ELy et les autres, sinon ça devient du tribalisme. Justice pour tous pas de favoritisme.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541