Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mauritanie: la junte résiste depuis deux mois aux pressions diplomatiques.


Mauritanie: la junte résiste depuis deux mois aux pressions diplomatiques.
Les militaires qui ont renversé il y a deux mois le premier président démocratiquement élu en Mauritanie résistent depuis à toutes les pressions diplomatiques et ont catégoriquement rejeté l'ultimatum posé par l'Union africaine (UA) pour que le président soit rétabli avant lundi.

Avant d'aller s'expliquer à Bruxelles, à la mi-octobre, devant ses 27 partenaires de l'Union européenne, le nouveau régime est confronté dimanche à une possible contestation populaire.

Alors que le nouveau Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Leghdaf a interdit toute manifestation, en estimant que les Mauritaniens avaient "suffisamment manifesté", le Front national pour la défense de la démocratie, coalition de partis anti-putsch, a appelé à des "marches de protestation" dimanche.



Les autorités militaires "supporteront l'entière responsabilité d'une quelconque confrontation qui pourrait avoir lieu dans la rue ce dimanche", ont lancé ses dirigeants. Les anti-putsch organisent leur "journée de la démocratie" à la veille de l'expiration de l'ultimatum de l'UA, dont le Conseil de paix et de sécurité a exigé le 22 septembre le rétablissement du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi le 6 octobre "au plus tard".

Malgré "les risques de sanctions et d'isolement"encourus par les putschistes s'ils ne satisfont pas à cette "exigence", selon l'UA, les militaires ont, sans surprise, catégoriquement refusé le retour au pouvoir du chef de l'Etat qu'ils ont destitué après 15 mois au pouvoir.

"C'est un ancien président. Un point, c'est tout, nous ne pouvons pas revenir en arrière", a lancé le général Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de la junte. Le 6 août, un décret du président"Sidi" était lu à la radio, limogeant les chefs des quatre corps de l'armée, dont le commandant de la garde présidentielle, le général Ould Abdel Aziz. Deux heures plus tard, le président était arrêté.

Depuis, la junte s'est attribuée "provisoirement" les pouvoirs présidentiels et a formé un gouvernement de civils avec le soutien d'une majorité de parlementaires. Ces élus considèrent que l'armée a "apporté la démocratie" en 2005 en renversant le précédent président Maaouiya Ould Taya, puis en soutenant "Sidi" pour qu'il soit élu en 2007 et qu'elle a donc le droit de "rectifier les choses" si le président fait "dévier la démocratie de son chemin et empêche le fonctionnement normal des institutions".

Plusieurs dizaines d'élus dénoncent cependant le coup de force, tel le président de l'Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkeïr, pour qui"la démocratie n'est pas un slogan, il faut la pratiquer, la première de ces pratiques, c'est se refuser à tout pouvoir imposé par la force et qui ne passe pas par le suffrage des populations". Si la junte ne réagit pas à l'expiration de l'ultimatum, le Conseil de paix et de sécurité de l'UA se réunira pour discuter de l'attitude à adopter.

De source proche de l'UA, on rappelle que des sanctions avaient été mises en oeuvre par l'organisation continentale contre le régime "illégal" du colonel Mohamed Bacar à Anjouan: embargo maritime, interdictions individuelles de voyager, gel des avoirs financiers des plus hautes autorités à l'étranger, etc.

Mais, malgré la fermeté de son ton, l'UA pourrait prendre son temps, car, selon des diplomates africains, elle ne souhaite pas rompre le dialogue avec Nouakchott mais favoriser une sortie de crise légale. Et l'UA espère beaucoup des consultations prévues entre la Mauritanie et l'UE, pour "un examen approfondi de la situation".


source : AFP
Samedi 4 Octobre 2008 - 13:25
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542