Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]


Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]
Délire : le mot n’est pas trop fort pour décrire la joie, les cris d’allégresse des jeunes, des femmes, des enfants, qui ont rencontré le candidat Mohamed Ould Abdel Aziz, ce mardi 14 juillet 2009, dans l’après midi et jusque tard dans la soirée.

Nous commençons par Arafat, où le convoi du candidat des pauvres, avec la voiture de Ould Abdel Aziz en tête, grossit des autres véhicules de la circulations : le vent de l’Azizmania s’installe, s’amplifie au cri de ‘’Allah Akbar, Aziz est venu nous voir’’.

Sortant de sa voiture à chaque arrêt, devant les tentes ou sont affichées ses posters, et même devant les ‘’campements de ses concurrents", la foule s’abat littéralement sur lui, il sourit, décontracté, distribue lui-même ses posters, des t-shirts à son effigie, parlent aux uns et aux autres…..

Nous le suivons dans une route sinueuse, et on atterrit, après s’être ensablé dans un oued de sable jonché de détritus, dans une localité du bout du monde de l’extrême pauvreté : le candidat des pauvres se ressource dans les familles de Kosovo, dans le quartier précaire de Médine, où la misère est plus que palpable.


A Médine, dans ce Riad des gueux de la République, aucun leader politique n’a foulé de ses pieds ce sol du dénuement : le 1er meeting de la journée se fait sous la Khayma principale, cousue avec des lambeaux de tissus en patchwork , où M’barka, Mariamaa, Aichetou et leurs amies plaident pour l’élection de celui qui va changer leur existence.

Le candidat du changement explique sa vision de la Mauritanie nouvelle, sous les youyous de ses adeptes de ce quartier des oubliés de Nouakchott.

Puis nous nous élançons dans les faubourgs de Riad, où nous sommes accueillies dans le fief de la mouvance des Jeunes de Riad 1.


Djibril Abdellah et ses amis militants crient leur joie de parler avec leur leader de l’espérance : ‘’vous êtes notre père, notre frère, mais aussi un jeune qui nous comprend et vous pouvez compter sur nos voix pour un plébiscite certain le 18 juillet prochain. Vous êtes l’artisan du règlement du passif humanitaire et fervent défenseur des libertés et de notre libération du joug des prédateurs et des fossoyeurs de notre démocratie’’.

Mohamed Ould Abdel Aziz, sur un podium avec son directeur de campagne Ismail Ould Bedde Ould Cheikh Sidiya, explique à son assistance de la jeunesse de Riad : ‘’Je suis sensible à la souffrance des pauvres et des exclus, je suis sensible à la détresse des malades indigents, à la douleur de la mère et à la famine des enfants en pleurs, je suis sensible aux problèmes récurrents et aux dilemmes de la jeunesse que vous êtes, et je me battrai avec la force de ces convictions pour changer votre sort, pour vous sortir du cercle de la malédiction de la pauvreté et de l’exclusion.

L’Administration sera à votre service, et les richesses de la Mauritanie, s’offriront à vous, en toute équité : dés notre victoire dont je ne doute point, la justice sociale sera une réalité tangible, et le changement constructif révolutionnera le cours de l’histoire de notre pays, qui ployait sous le joug de la gabegie et de la délinquance financière des barons de l’injustice.

Le moment est venu de dire non au système honni du déni du citoyen et la voix du peuple le 18 juillet sera celle de notre victoire : les jeunes, les femmes, les pauvres et les exclus sont les acteurs et les bénéficiaires de ce changement constructif que l’on édifiera ensemble, dans la communion d’une véritable démocratie participative’’.

La rencontre, qui se transforme en bain de foule, se poursuit, avec les jeunes qui envahissent les voitures, montent sur leur toit : celle de Ould Abdel Aziz est littéralement submergée par une vingtaine de jeunes en délire avec un ‘OUI Aziz’’ comme cri de ralliement.

Après plus d’une vingtaine d’arrêts dans les ‘’PK’’, la soirée festive commence avec un méga concert organisé par les Femmes du changement et les autres mouvances de soutien au candidat des pauvres et de l’espérance : Mohamed Ould Abdel Aziz, fait une entrée remarquée avec son épouse Tekber Mint Ahmed, son fils et son ami et proche Mohamed Ould Bouamatou.

Plusieurs milliers de militants assistent à cette soirée haute en couleurs, qui se prolonge très tard dans la nuit éclairée par les lasers et les feux d’artifice, et sous la magie des prestations des groupes musicaux de Oulad Leblad, les artistes Papa Ould Cheikh le danseur acrobate, El Ghazali, Ehel Meydah et leur voix de soprano, Garmi Mint Abba qui tient de sa diva de sœur, le poète Mohamed Ould Taleb qui a enflammé les militants de ses strophes, chantant les prouesses du candidat et ses qualités humaines.

Tous ces artistes chantent avec brio, la victoire du candidat des pauvres, face à l’adversité des forces réfractaires. L’ambiance est festive, avec une parfaite communion avec les jeunes et les femmes qui chantent en chœur avec les artistes militants.

Le clou de la soirée est ce groupe de jeunes filles et de leurs petits frères, issu d’une famille non artistique, qui chantent un rap improvisé ‘’Non à la gabegie, votons Aziz’’ : Ahmed, le petit artiste qui, du haut de ses 3 ans bien assumé, a été ovationné par la foule des militants et vivement applaudi par le candidat Mohamed Ould Abdel Aziz, dont le regard se perd par moment en contemplation par cette foule immense qui croit en lui et qui partage ses rêves d’une Mauritanie nouvelle.

Aicha Mint Maouloud
cridem

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]

Mohamed Ould Abdel Aziz à Arafat et Riad : le délire des populations [Reportage Photos]
Mercredi 15 Juillet 2009 - 15:53
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542