Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Mondial2010: la France se donne un peu de sérénité

La France s'est dégagé la voie menant à l'Afrique du Sud en ramenant une victoire pénible 1-0 de Dublin en barrage aller de qualification à la Coupe du monde contre l'Irlande.


Mondial2010: la France se donne un peu de sérénité
Malmenée et brouillonne en première période, la France a eu besoin d'un tir de Nicolas Anelka détourné par un défenseur irlandais en deuxième mi-temps pour pouvoir aborder avec un peu plus de sérénité la manche retour mercredi au Stade de France.

"Pour le moment on n'est qu'à la mi-temps du match, il reste 90 minutes, peut-être plus", a dit le sélectionneur Raymond Domenech sur M6.

"Ce que les joueurs ont fait sur le terrain est bien, la deuxième mi-temps était mieux. Vigilance, concentration, on ne sait pas ce qui peut se passer."

Comme quatre ans plus tôt, les Bleus n'ont gagné que d'un but à Dublin. Il leur a amplement suffi, comme en a témoigné leur joie collective.

Dès l'entrée des joueurs sur le terrain, le public irlandais exprimait sa ferveur en répondant dans la fureur et le bruit à l'injonction du speaker - "Brandissez vos pancartes et couvrez Croke Park de vert" - avant de hurler son hymne à pleins poumons.

Comme promis, les premiers duels étaient engagés et les spectateurs grondaient de plaisir au moindre tacle glissé, ils vibraient à chaque remontée de balle irlandaise mais n'avaient guère l'occasion de s'enflammer sur des actions de but jusqu'à l'approche de la demi-heure de jeu.

Le danger était soudain extrêmement brûlant sur le but français, après une mauvaise appréciation par William Gallas d'une longue balle dans la surface.

Robbie Keane le devançait et se heurtait à Hugo Lloris, sorti dans ses pieds. Liam Lawrence reprenait à bout portant mais son ballon passait juste à côté du but.

COMMUNION

Trois minutes plus tard, Keith Andrews tentait sa chance, à son tour, d'une frappe enroulée à l'entrée de la surface. Elle n'effrayait toutefois pas Hugo Lloris, qui la laissait filer à côté.

Si les Irlandais ne construisaient pas beaucoup plus de jeu que les Français, au moins se créaient-ils des occasions.

Avec un Yoann Gourcuff effacé, la France n'alignait quasiment pas trois passes. Le meneur bordelais était bien involontairement le symbole de ce jeu brouillon et sans mouvement avec une talonnade pour personne après quelques jongles à 25 mètres du but irlandais.

Gourcuff tirait bien sur Shay Given (25e) et Thierry Henry parvenait à arracher un ballon un ballon dans la surface avant de frapper à côté (39e) mais les Français n'étaient pas dangereux.

Le début de deuxième période ne laissait pas entrevoir d'amélioration pour la sélection tricolore.

Pourtant, après un gros cafouillage devant leur but sur un corner irlandais, les Bleus se mettaient à presser davantage, à s'installer chez l'adversaire et à s'approcher du but de Shay Given.

Après des frappes lointaines de Lassana Diarra et de Nicolas Anelka, l'attaquant de Chelsea trouvait enfin le chemin des filets d'un tir détourné par Sean St Ledger avant le dernier quart d'heure de jeu.

Les Français étaient soulagés et, derrière le buteur, ils couraient dans tous les sens avant de communier longtemps autour d'Anelka.

Ils auraient même pu doubler leur avantage si André-Pierre Gignac n'avait pas expédié en touche une reprise face au but vide.

Hugo Lloris, lui, sauvait une dernière situation chaude à trois minutes de la fin du temps réglementaire en remportant son duel face à Glenn Whelan.

Une petite échauffourée entre joueurs éclatait au coup de sifflet final, témoin de la tension extrême qui régnait sur la pelouse de Croke Park.

Edité par Julien Prétot
yahoo
Dimanche 15 Novembre 2009 - 01:50
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 541