Le bureau exécutif de l'AVOMM

"L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous." Jean-Paul Sartre

Le bureau exécutif de l'AVOMM
"L'Association d'aides aux veuves et aux orphelins de mauritanie (AVOMM) qui nous rassemble, a été créée le 25/12/95 à PARIS par d'ex-militaires mauritaniens ayant fui la terreur, l'oppression, la barbarie du colonel Mawiya o/ sid'ahmed Taya ......
Ces rescapés des geôles de ould Taya, et de l'arbitraire, décidèrent, pour ne jamais oublier ce qui leur est arrivé, pour garder aussi la mémoire des centaines de martyrs, de venir en aide aux veuves, aux orphelins mais aussi d'engager le combat contre l'impunité décrétée par le pouvoir de Mauritanie."
E-mail : avommavomm@yahoo.fr

Bureau exécutif

M. Amadou Bathily, président

M.Ngolo Diarra, secrétaire général

M. Hamdou Rabby Sy, porte-parole

Mme Mireille Hamelin, chargée de la communication

M. Demba Fall, trésorier

Chargé des droits de l’homme et des relations extérieures, M. Sarr Ousmane Abdoul

Chargée de l’action humanitaire, Mme Dia Rougui

Chargée de l’organisation, Mme Diop Marième

M. Boubacar Thiam, commisaire aux comptes

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

Le bureau exécutif de l'AVOMM

AVOMM

Moyens: Les pétards mouillés de la junte.


Moyens: Les pétards mouillés de la junte.
«Tant que je n’ai pas la possibilité d’exercer mes fonctions, je ne peux pas être satisfait. Mon analyse de la situation est que la Junte voudrait donner satisfaction à une demande formulée par la Communauté Internationale. La Junte s’est engagée à me libérer avant le 24 et je crois qu’elle avait intérêt à le faire. Maintenant depuis hier elle a commencé à dire à des gens de manifester contre la libération du Président. Ils commencent d’ailleurs à dire qu’il faut juger le Président.

Tout ce que peut faire un Chef d’Etat dans ces conditions je le ferai et tout ce que je ne ferai pas c’est que j’en étais empêché par la force». En tenant ses propos sur Rfi, le 22 décembre, le président démocratiquement élu aura-t-il vu juste? A peine, s’est-il confié, voilà que des manifestations sont organisées contre lui. En effet, quelques rares localités ont suivi le mot d’ordre qu’il attribue à la junte.

Selon l’AMI (l’Agence mauritanienne d’information), «les populations de Tintane ont organisé dimanche, 22 décembre, une marche au cours de laquelle elles ont affirmé leur soutien au mouvement de rectification du 6 août 2008 et exprimé leurs protestations contre la libération de l’ancien président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi».

Les manifestants n’ont fait dans la dentelle bien entendu. «Ils ont estimé, dira le reporter de l’AMI, que Sidi Ould Cheikh Abdellahi a, par une décision improvisée, causé la destruction de leur ville et contribué à l’exil de ses habitants». En tête des participants à la marche se trouvaient l’Association de Sauvetage et Développement et l’Association de la Défense des Sinistrés.

Des associations cartables sans doute comme il en existe des centaines chez nous.«La marche a été accueillie par le wali du Hodh El Gharbi, M. Mohamdy Ould Sabary qui a remercié les participants pour cette marche pacifique et leur soutien au Haut Conseil d’Etat, sous la direction du général Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de l’Etat».

Le dimanche 22 décembre, après-midi, la localité de Kankossa aura connu, elle aussi, un meeting contre Sidi Ould Cheikh Abdellahi.«Plusieurs intervenants, rapporte l’ANI, avaient demandé à ce que le président déchu soit poursuivi comme étant le premier responsable» du funeste bilan d’un mort par lequel se sont soldés les manifestations contre la montée des prix qui ont eu lieu à Kankossa.

Ledit «meeting a été l’occasion pour le sénateur de la Moughataâ Mohamed Mahmoud Ould Hamma Khattar, ainsi que le député Cheikh Ahmed Ould Khlifa d’annoncer leur retrait de l’alliance politique dirigée par l’ancien ministre et député Kaba Ould Aléwa et leur intégration du groupe conduit par l’ancien ministre Lemrabott Ould Bennahi».

Les similitudes entre les deux manifestations, toutes encadrées par des responsables locaux et les propos des manifestations en faveur des Etats Généraux de la Démocratie, seront si frappantes qu’elles confirmeront les déclarations de Sidi Ould Cheikh Abdellahi.

En fait, la junte cherche aujourd’hui encore à l’enterrer. Mais à voir de près, sa démarche ne sera qu’un coup d’Etat dans l’eau. Si quatre mois de diabolisation n’ont pas suffi pour enterrer Ould Cheikh Abdellahi, ce ne sont certainement quelques meutes des personnes qui manifesteront contre lui en lui prêtant des torts dont il n’est pas responsable qui feront le compte.

Et pour ne rien arranger pour ses détracteurs, l’homme, pour bon des mauritaniens, demeure le grand champion de la réconciliation nationale. Ses partisans comme ses détracteurs lui reconaissent le mérite d’avoir ouvert des dossiers que notre pays traine comme des véritables boulets. A bon entendeur…

Samba Camara

Biladi







Jeudi 25 Décembre 2008 - 14:35
INFOS AVOMM
Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 542